Warning: A non-numeric value encountered in /home/clients/69f240c24f67ed29e8afc4785d2ca8a1/web/wp-content/themes/valenti/library/core.php on line 1606

Warning: A non-numeric value encountered in /home/clients/69f240c24f67ed29e8afc4785d2ca8a1/web/wp-content/themes/valenti/library/core.php on line 1606

Guy Béart et ses interprètes (1957/1962)


Warning: A non-numeric value encountered in /home/clients/69f240c24f67ed29e8afc4785d2ca8a1/web/wp-content/themes/valenti/library/core.php on line 1606

En quatrième de couverture on peut lire : « Au panthéon de la chanson française, on le tenait volontiers pour le troisième grand B avec Brel et Brassens ». Personnellement je n’ai rien contre cette affirmation, mais je la limiterais à la partie Auteur/Compositeur de Guy Béart. On me permettra de préférer à l’interprète Béart les interprètes du troisième CD. Je vais aussi m’autoriser à regretter que les orchestrations et arrangements d’époques soient autant datés et parfois d’une laideur épouvantable… Heureusement quelques-unes servent plus les chansons que les instrumentistes.
Côté auteur, vous connaissez Béart aussi bien que moi et vous n’avez aucun mal à vous souvenir des paroles. On lui doit quelques belles trouvailles poétiques (Poste restante). Côté compositeur, avoir composé sur André Hardelet et Marcel Aymé (Bal chez Temporel / La chabraque), c’est un bel hommage à la poésie. Et il faut avouer que les chansons qui vous restent en mémoire : « Qu’on est bien – Chandernagor – Le quidam – Il n’y a plus d’après – L’eau vive » sont de petits bijoux. J’ai déjà dit mon peu d’admiration pour le chanteur qui, à mon sens, ne donne pas toute la mesure de ses propres chansons – comparez sa version de « L’agent double » à celle de Patachou. Et surtout, faites-moi plaisir, copiez dans l’ordre inverse de vos préférences les quatre versions de « Il n’y a plus d’après » et passez-les-vous de temps en temps.

Vous trouverez peut-être comme moi la version du « Jardin d’Elvire » par Béatrice Arnac et regretterez peut-être aussi que personne n’ait proposé à Michel Simon de chanter « Printemps sans amour » en duo avec Simone Langlois.

Dany Lallemand, maître d’œuvre de l’ouvrage, écrit en quatrième de couverture : « Il était incontournable de rendre hommage aux prestigieux interprètes ». Oui ! hommage à celles et ceux qui valorisent à leur juste valeur les chansons du maître.
Bonne écoute.

  • Guy Béart et ses interprètes (1957/1962)
  • 3CDs
  • Editeur : Frémeaux & Associés

www.fremeaux.com

Guy Béart et ses interprètes (1957/1962)
5.0Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.