Je vais commencer, si vous le voulez bien, par les reproches. Le premier concerne le titre, l’auteur croit-il vraiment que 101 dessins suffisent pour ne plus faire de fautes ? Si oui il est bien naïf ou bien prétentieux et dispose d’une vision bien étriquée de la langue française. Le deuxième explique peut-être ma remarque sur la vision étriquée : le personnage qui nous guide et présente les dessins a pour prénom : Graham. Il me semble que Robert (même en restant petit), Émile ou une petite fille Rousse auraient été plus « aptes » à nous expliquer des astuces pour mieux maîtriser le français. Le troisième enfin concerne le choix de certains mots illustrés et dont l’usage dans le langage courant ou même soutenu actuel me semble relever de la rareté. Quelques exemples. Qui aujourd’hui peut s’enorgueillir de lancer avec suffisance un « peu me chaut » de plus ou moins bon aloi ? Qui de nos jours sait faire la différence entre un colon mal galonné et un côlon ? Pourquoi traiter Où et Là et oublier Ou tout court ? Notre Graham sait-il au moins qu’il existe un volatile sans E ? En revanche j’aurais bien aimé qu’il me donne un moyen de distinguer adhérent d’adhérant, inclinaison d’inclination, du de dû. Graham m’a fait me souvenir que l’on m’avait seriné que l’accent de la cime était tombé dans l’abîme et que les feux de signalisation sont tricolores et non bicolores comme il l’a dessiné.

L’exercice est toutefois assez intéressant en soi et l’on dira à l’élève Samuel Rimbault qu’il peut mieux faire. L’idée est bonne et elle mérite un meilleur suivi. Il pourra pour ce faire s’adjoindre les services d’un certain Grevisse, Maurice de son prénom, et du petit Bescherelle qui a commis lui aussi un petit livre rouge.

Bonne lecture.

101 dessins pour ne plus faire de fautes
Auteur : Samuel Rimbault
Editeur : Opportun

www.editionsopportun.com

101 dessins pour ne plus faire de fautes
3.0Note Finale

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.