Comment exister encore ?

Comment exister encore ?

Avec un sous-titre : « Capital, techno-science et domination » et pour moi un énorme regret l’absence d’une bibliographie et d’un index. S’il vous plaît, si ce livre est un jour épuisé – ce qui serait souhaitable et mérité – et qu’une réédition s’impose, ajoutez biblio et index je suis sûr que vous pourrez ainsi augmenter le tirage.

Si je dis cela, ce n’est pas par caprice de chroniqueur, c’est tout simplement que, vu le grand nombre de notes de bas de page, ces deux notions apporteraient un meilleur confort intellectuel de lecture. Cela mis à part, ce livre me semble indispensable à tous ceux qui se soucient de la « marche du monde » et de la société dans laquelle ils vivent, comme vous et moi. Ce livre comporte huit chapitres et un épilogue. Je vous livre les titres de chapitre : Critique du capitalisme et de l’aliénation du travail, Critique du libéralisme, Critique de l’instrumentalisation politique du langage, Critique du progressisme technocratique, Critique de la mégamachine industrielle, Pour la suite du monde. L’épilogue, lui, s’intitule : Éducation ou révolution. Vous avez compris que l’auteur se livre à une analyse-critique du monde contemporain et vous serez peut-être surpris de constater que l’analyse, en se fondant sur des raisonnements solides (d’Aristote aux contemporains en passant par Marx et Feuerbach), semble des plus justes et nous renvoie aujourd’hui à nous-mêmes. Et rien de mieux, à mon avis, pour vous convaincre que quelques citations  qui vous donneront des idées :

 » … si auparavant nous pouvions potentiellement tout penser, nous ne pouvions matériellement pas tout faire. Maintenant c’est l’inverse, nous ne pouvons plus penser et sentir comme il faudrait pour être à la hauteur de ce que, pourtant, nous pouvons faire. »

« Aussi longtemps que la production marchande était marginale et que l’essentiel des besoins était couvert par l’autoproduction domestique et l’économie villageoise la notion de « travail » tout court, de « travail sans phrases », comme disait Marx ne pouvait avoir cours. On « fabriquait », « confectionnait », « préparait », « œuvrait », « peinait », « besognait », vaquait à des occupations »… »

Cela m’a renvoyé au mot  » Valeur » qui de Corneille (« la valeur n’attend pas le nombre des années ») à « Valeur » ajoutée me semble avoir changé de sens…

Bonne lecture.

Comment exister encore ?
Auteur : Louis Marion
Éditeur : Écosociété

www.ecosociete.org

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.