It’s Football season !!! Amateurs de football américain préparez vos crampons pour cette nouvelle saison du sport n° 1 aux Etats-Unis.


Comme les marronniers, EA sort sa nouvelle collection de jeux de sport pour cette fin d’année 2017. Ce sont donc les 18 qui sont à l’honneur cette fois, avec FIFA, NHL, NBA Live et bien sûr Madden NFL qui ouvre le bal à la rentrée.

Madden NFL, c’est l’unique jeu qui possède la licence officielle de la ligue de football américaine. Comme chaque année, EA essaye de s’approcher de plus en plus à la réalité et offrir une expérience sans égal. Tout y est pour s’y croire. Enfin tout, je ne sais pas, j’ai jamais vu les cheerleaders. Mais à part ça, c’est bluffant. L’ambiance, la modélisation des joueurs et des stades, les animations, les innombrables petites cutscenes, les effets sonores dans les stades auxquels on ne fait pas trop attention, les incrustations numériques comme à la TV. C’est le show à l’américaine par excellence et Madden NFL le rend super bien.

Madden NFL 18, c’est un gameplay rapide, précis où tout est dans le timing et la stratégie. Sport un peu moins connu en Europe, il se démocratise avec les années avec les diffusions du SuperBowl ces 15 dernières années. Pourtant, si des personnes pensent que le football américain est un sport de grosses brutes qui se sautent dessus, c’est totalement le contraire. C’est plutôt, les échecs du sport en équipe. Le jeu se passe en deux phases, l’attaque et la défense. Chacun son tour, les équipes intervertissent les rôles après avoir marqué ou avoir effectué quatre essais infructueux. La stratégie est clé au football américain. Il faut lire le jeu de l’adversaire et le surprendre. Ce sont les coaches et conseillers qui choisissent la stratégie et les athlètes qui l’appliquent le mieux qu’ils peuvent avec un certain degré d’improvisation. Madden NFL permet de revêtir toutes les casquettes. Il faut choisir la bonne attaque ou la bonne défense dans un panel de propositions. D’après le temps qu’il reste, la distance à parcourir, la position sur le terrain, la fiabilité des joueurs, l’équipe adverse, vaut-il mieux faire une petite passe au centre, une longue passe sur le côté ou courir pour ne pas risquer l’interception. Ce sont toutes des décisions qu’il faut prendre. Ensuite, il y a la mise en pratique. Sur quelques secondes, il faut analyser la situation et agir vite. Passer le ballon au bon moment et au bon joueur avant que le quarterback ne prenne un sack. Ou alors en défense, de voir l’opportunité de faire un blitz. Alors oui, ça peut paraitre beaucoup de chose à gérer, mais ça s’apprend vite et on prend rapidement du plaisir à faire des longues passes à travers le terrain pour le touchdown.

Le gros ajout de cette édition, c’est Longshot. C’est le mode histoire un peu comme EA l’avait fait l’an dernier avec Alex Hunter et The Journey dans FIFA 17. Dans Madden NFL 18, on incarne Devin Wade. Et là, sortez les violons. Bienvenue au fin fond du Texas. Petite musique country à la guitare, champs de maïs, girouette en bois, château d’eau et vieilles camionnettes rouillées, nous somme à Manthis, Texas. Alors, Devin wade a perdu sa mère lorsqu’il était petit, puis plus tard son père. Lui qui avait coaché son fils et tout enseigné sur le football. Devin était un grand champion et un espoir lorsqu’il était adolescent au collège, mais une mauvaise passe lui fait perdre le championnat et toute la ville le tient pour responsable et lui en veut. On se croirait dans Varsity Blues, où on dirait que les mecs n’ont rien d’autre dans leur vie que de s’intéresser à l’équipe locale de football et blâmer un jeune. Bref, du coup Devin quitte le football et s’engage dans l’armée. Après plusieurs années, il revient et son meilleur ami Colt Cruise le convint de reprendre l’entrainement et d’aller faire les essais afin d’être repéré et recruté pour la draft de la NFL. C’est durant les essais que Devin est approché par un producteur d’une nouvelle émission de téléréalité sur le football, Longshot. Devin hésite, mais il finit par accepter en se disant que ça pourrait être un bon tremplin. Il est loin de savoir ce qu’il l’attend…

Alors bon si l’histoire est assez mielleuse avec de gros clichés, de faux rebondissements, des longueurs, de la musique émouvante, des dialogues moralisateurs dignes de Charles Ingalls, on se prend quand même d’affection pour ce Devin Wade qui est un bon gars que la vie n’a pas trop gâté. L’autre personnage fort de Longshot, C’est Fountain le producteur véreux de l’émission. Cupide, roublard et sans amour-propre, c’est la pourriture qu’on aime détester. Après les autres personnages sont moins intéressants, même si Colt et Ford ne sont pas trop mal. Petit bonus qui fait plaisir, il y a l’ancienne star du football, Dan Marino qui est là et ça, c’est sympa.

Le gros problème avec Longshot, c’est qu’on ne joue pas assez. On passe plus de temps à regarder un film interactif qu’à jouer. Dans The Journey dans FIFA, on passait quand même plus de temps à jouer que regarder la petite vie d’Alex Hunter. Les matches avaient des objectifs. Là, c’est le contraire. La plupart du temps, on ne joue pas, on suit l’apprentissage de Devin au travers d’épreuves, de questionnaires à choix multiple et d’exercices qui font plus tutoriel qu’autre chose.

Ensuite, il y a les dialogues et interviews auxquels il faut répondre rapidement pour forger le caractère à Devin ainsi que ses relations avec son entourage. Et tout ça, ça n’apporte rien. Certaines scènes changent un peu ainsi que la note générale de Devin, mais ça revient pratiquement au même. Si on se fiche de la note de Devin, il y a plein de passage qu’il n’y a même pas besoin de tenir la manette, ça passe tout seul. Ce n’est pas fun et c’est trop présent. Après, on joue un peu au football, mais c’est souvent trop court et trop rare. Sur les 3 heures que dure le mode, on joue vraiment au football peut-être la moitié du temps en encore je suis large. Il y a pas mal de QTE, en plus. Alors oui, ça donne de jolies scènes avec de beaux plans, mais bon. Il y a aussi des entrainements à lancer le ballon sur des cibles. Ça va 5 minutes, mais ce n’est pas ça qu’on veut, ou alors entre deux matches en sessions de moins de deux minutes, comme dans Journey.  Bon, il n’y a pas que du mauvais. Il y a des parties à 7 contre 7 contre Dan Marino. Pas de first Down, 4 essais, la première équipe à marquer touchdown gagne. C’est sympa, mais il en faudrait plus. Il y a genre deux matches comme ça. La dernière partie est plutôt cool, car on joue vraiment au football. En résumé, c’est original, assez bien fait, touchant, mais pas très intéressant niveau gameplay et c’est mielleux à mort. J’aurais préféré un copier-coller de The Journey avec les clubs et plein de matches. Et remporter le trophée Lombardi. Peut-être l’an prochain.

Oublions Longshot, car Madden NFL 18 ne se résume pas à ça. Madden NFL 18, c’est son mode Franchise qui permet de faire une saison complète avec son ou ses équipes préférées. De suivre et refaire l’histoire avec les vrais matches de la saison. C’est le mode Ultimate Team, qui est hyper complet avec son système de trading card (enchères). Monter sa propre équipe de rêve avec des athlètes d’aujourd’hui et d’hier. Forger sa réputation sur internet en participant à des tournois. C’est assez dingue tout ce qu’on peut faire dans ce mode. Même « continuer » l’histoire de Devin Wade si on veut. Bon après faut le niveau. Les Américains dominent le secteur.

Pour ceux qui sont novice avec Madden et la NFL ou pour ceux qui veulent s’entrainer, il y a le skills trainer et le open practice. Très pratique pour se familiariser avec les règles et les mécaniques du jeu, attaque ou défense, tout est paramétrable et s’enchaîne rapidement pour se concentrer sur l’essentiel et apprendre. C’est assez indispensable de bien connaître les boutons dans les Madden. Si dans les autres sports on a le temps de chercher, là non. Une action dure moins de 10 secondes. Tout va très vite. Il y a des petits trucs à savoir et expérimenter, comme laisser appuyer le bouton de passe fera un lancer direct, plat et rapide sur le receveur au lieu d’une petite cloche. Bon après pas besoin de jouer pro non plus. Les bases sont assez simples. Ensuite tout est une question de sentir le jeu. Savoir ce que l’adversaire va faire. Choisir le bon jeu au bon moment. Mais là, encore pas d’inquiétude. Madden fait des propositions de jeux par rapport à la situation. On peut aussi ignorer les conseils et aller directement dans le playbook.

Madden NFL 18 instaure un nouveau choix de gameplay. Il est possible de jouer en version simulation pour une expérience authentique avec toutes les règles, les blessures, etc. Et il y a un mode arcade pour une expérience plus fun et spectaculaire avec des règles allégées, des lancés de balles qui traverse le terrain et des chocs brutaux. Le jeu s’adapte aux préférences du joueur pour lui offrir la meilleure expérience possible qui lui convient. En plus de style de jeu, on peut choisir la difficulté, rookie, pro all-pro ou all-madden.

Madden NFL 18 est un bon cru cette année, sans être révolutionnaire non plus. Les sensations de jeu sont bonnes, l’ambiance est fantastique, comme d’habitude, et le moteur graphique Frostbyte fait des merveilles. Néanmoins, les améliorations et ajouts restent un peu discrets. Cette année, le focus est de s’amuser en faisant ce qu’on aime. Le mode franchise permet de jouer uniquement les phases intéressantes d’un match et simuler le reste avec le mode Key Moment. Ou uniquement de jouer l’attaque et skipper la défense, si on n’aime pas. Ou le contraire. Le mot d’ordre c’est direct à l’essentiel. Le mode arcade permet lui aussi de bien s’amuser sans se prendre la tête avec des règles allégées et des lancés spectaculaires. On peut toujours jouer façon simulation pour rester authentique au jeu. C’est comme on préfère. Le football américain est un sport assez compliqué, mais Madden propose plusieurs tutoriels qui expliquent tout ce qu’il faut savoir aux novices, grâce à skills trainer. Bon, les explications, et tout le jeu du reste, sont en anglais et rien d’autre. Longshot est décevant. Avoir voulu mettre l’accent sur les personnages et l’histoire en dépit du gameplay n’était pas la meilleure des idées. C’est dommage. En tout cas, ce n’est pas un argument pour acheter le jeu surtout pour ceux possédant l’édition de l’an dernier. Le mode ultimate team est toujours au top et au centre du jeu. On gagne tout le temps des points à dépenser dans MUT (Madden ultimate team). On nous propose souvent des événements, matches et tournois pour gagner des récompenses MUT. Pour une expérience de football américain authentique ou arcade, Madden NFL 18 remplit parfaitement son cahier des charges. C’est une valeur sûre pour se lancer dans ce sport mythique.

Les plus :

  • Un gameplay toujours aussi bon
  • Graphiquement joli et détaillé
  • L’ambiance de malade
  • Toujours très complet
  • Beaucoup d’options pour jouer comme on aime
  • Pouvoir éviter de jouer les phases qu’on n’aime pas
  • Très bons modes Franchise et Ultimate Team

Les moins :

  • On ne joue pas assez dans Longshot
  • Longshot trop court et oubliable
  • Pas le sport le plus facile ni le plus accessible
  • Pas de 7 vs 7 hors Longshot
  • Pas de mode Be a Pro
  • 100% en anglais même pas de sous-titres en français

Éditeur : EA Sports
Développeur : EA Sports
Sortie : 25.08.2017
Disponible sur PS4 et Xbox One

Genre : Sport

Madden NFL 18
4.0Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.