Warning: A non-numeric value encountered in /home/clients/69f240c24f67ed29e8afc4785d2ca8a1/web/wp-content/themes/valenti/library/core.php on line 1606

Warning: A non-numeric value encountered in /home/clients/69f240c24f67ed29e8afc4785d2ca8a1/web/wp-content/themes/valenti/library/core.php on line 1606

Warning: A non-numeric value encountered in /home/clients/69f240c24f67ed29e8afc4785d2ca8a1/web/wp-content/themes/valenti/library/core.php on line 1606

Le Dragon de Dojima, Kiryu Kazuma, est retour sur PS4 pour un dernier tour de piste à Tokyo. Pour ses dernières aventures, Sega a mis les petits plats dans les grands pour nous offrir un feu d’artifice vidéoludique. Préparez-vous pour un voyage mémorable au Japon, le pays des Yakuzas.


Sans vous cachez mon enthousiasme pour ce nouvel épisode de Yakuza, c’est une joie de retourner dans le quartier de Kamurocho à Tokyo avec Kiryu-san. Déjà sorti depuis plus d’un an au pays du soleil levant, c’était avec impatience que j’attendais l’arrivée des nouvelles aventures du Dragon de Dojima.

Depuis quelques années, Yakuza commence sérieusement à se faire une place de choix en occident. Depuis que les jeux sortent sur PS4, la série trouve un nouveau public et ce n’est pas pour déplaire aux fans de la première heure qui voient leurs jeux préférés arriver de plus en plus vite dans nos contrées. Yakuza 0 fut le premier à sortir l’an dernier sur PS4. Zéro était et est encore un fantastique opus, parfait pour les néophytes pour une entrée en matière dans le monde des Yakuza. Episode totalement original se passant à la fin des années 80, avant les événements de Yakuza 1, et introduisant les bases et les personnages principaux de la série. Vient ensuite, Yakuza Kiwami, le remake de Yakuza 1, sorti en Août dernier. Là encore, on a le droit à un jeu magistral et un remake de grande qualité, que je vous conseille autant que l’épisode 0.

Yakuza 6 fait un immense bon en avant dans l’histoire de Kiryu Kazuma sur PS4. On est en 2016. Il faut savoir que Yakuza 1 (Kiwami sur PS4) se passait en 2005 et que Yakuza 5 (sur PS3) se terminait en 2012. Kiryu a donc bien vieilli depuis ses premiers pas de Yakuza, et ils ont tendance à nous le rappeler souvent dans le jeu. Alors, il n’est pas nécessaire d’avoir fait les 5 ou 6 autres Yakuza, en comptant 0, pour suivre Yakuza 6. Ça serait mieux, effectivement, pour cerner plus rapidement les personnages, leurs motivations, le climat général, l’état d’esprit des protagonistes ou comment fonctionne la hiérarchie dans la mafia japonaise. Néanmoins le jeu propose un récapitulatif des personnages importants et de la relation qu’entretient Kiryu avec eux sous forme d’un rêve interactif et dispensable pour les connaisseurs si on le souhaite. Il y a aussi dans le menu principal du jeu un aide-mémoire qui résume chaque épisode, sauf 0, minutieusement et chronologiquement avec tous les détails importants pour bien comprendre et reprendre le fil de l’histoire. Le scénario, bien qu’étant une suite, est original et « indépendant » avec souvent de nouveaux personnages et de nouvelles intrigues.

Yakuza 6 commence avec un Kiryu fatigué qui en a fini avec la vie de Yakuza.  Il veut retrouver sa « famille » et vivre une vie normale, loin de son ancienne vie de truand. Il a battu ses derniers adversaires, mais il en est presque mort et finit à l’hôpital. Haruka, sa fille adoptive de cœur, est une star nationale de J-Pop, une idôle. Elle a révélé, dans Yakuza 5, ses liens avec Kiryu et donc avec les Yakuzas, ce qui choque sévèrement son public et les médias. La police décide de remettre Kiryu en prison quelques temps pour dégradation de lieux publics. Haruka, elle, retourne à Okinawa à l’orphelinat Morning Glory pour se faire oublier, s’éloigner des médias et s’occuper des orphelins le temps que les choses se tassent depuis ses révélations. Quatre ans ont passé, nous sommes en 2016. Kiryu a payé sa dette envers la société et ne rêve plus que d’une vie paisible à l’orphelinat, loin de Tokyo et des Yakuzas. Malheureusement pour lui, la pause sera de courte durée. Haruka est partie de l’orphelinat pour des raisons mystérieuses et n’a plus donné de nouvelles depuis plus d’un an. Kiryu décide donc de partir à sa recherche à l’endroit qu’il ne pensait plus jamais revoir, Kamurocho.

Une fois sur place, Kiryu découvre un Kamurocho métamorphosé. Plus sale et violent que dans son souvenir. Il apprend que les triades chinoises ont déclaré la guerre aux yakuzas et investis les lieux pour essayer de prendre le contrôle des quartiers et détruire le clan Tojo. Mais chaque chose en son temps, Kiryu est là pour retrouver Haruka. Il tente de reprendre contact avec ses anciens amis et connaissances. Malheureusement, Kiryu arrive trop tard. Haruka est victime d’un accident. Elle se fait renverser par une voiture et est dans un état critique à l’hôpital. Kiryu découvre qu’elle avait avec elle son bébé, Haruto. Kiryu décide de prendre soin de l’enfant et de retrouver l’auteur de l’accident ainsi que le père d’Haruto. Ses aventures vont l’amener dans la petite ville marine d’Onomichi dans la préfecture d’Hiroshima. Kiryu va y faire la connaissance de la pègre locale et devra y faire face. Le scénario va se complexifier au fil du temps avec des arcs et chapitres parfois à rallonge et d’autres un peu tiré par les cheveux avec des réactions et décisions vraiment contestables. Mais ça reste intéressant et on a envie de connaitre la suite et découvrir ce qu’il va arriver à Kiryu, Huraka et Haruto.

Le scénario est une aventure dans laquelle Kiryu va enquêter et progresser gentiment en découvrant des éléments de réponses et des indices pour révéler la vérité. Bien évidemment, chaque réponse va amener de nouvelles questions et de nouveaux enjeux. Mensonges, traitrises, conspirations, dissimulations, manipulations, Kiryu devra démêler le vrai du faux et toujours garder œil sur ses ennemis ainsi que ses amis. La progression de l’histoire est assez lente. C’est très japonais de prendre son temps pour bien implanter le background, l’ambiance et introduire les personnages. Ils sont aussi très forts pour ne pas divulguer des informations trop rapidement pour allonger la sauce, même lorsque c’est assez évident. Et pour finir, on a le droit aux multiples explications et conclusions qui se répètent pour être sûr que tout le monde à bien compris. Si cette manière de faire, très japonaise, peut être un peu pénible pour certains, il faut savoir que c’est beaucoup plus digeste dans ce Yakuza 6 que dans les autres opus. On a toujours l’impression d’avancer et tous les dialogues doublés vocalement rendent l’expérience beaucoup plus agréable et on sent moins la lenteur scénaristique et le temps passer.

Il faut aussi savoir qu’un jeu Yakuza c’est hyper scénarisé. Il y a des cutscenes et des dialogues tout le temps qui coupent l’action. C’est peut-être même le contraire. C’est l’action qui entrecoupe les cinématiques. J’exagère un peu, mais il y a énormément de cutscenes. Il n’est pas rare, surtout vers les fins de chapitres, d’avoir 10, 15 minutes voire plus de dialogues entre les personnages. Après, c’est très agréable à suivre et regarder. C’est bien joué. Les acteurs japonais sont très bons. Les performances d’acteurs sont excellentes et la traduction anglaise de bonne facture. Du début à la fin, on ne s’embête jamais.

La grande nouveauté de ce Yakuza 6, c’est son nouveau moteur graphique qui fait des merveilles. Yakuza Kiwami et Zéro étaient basés sur un moteur trans-génération, car les titres étaient sortis au Japon à la fois sur PS4 et PS3. Du coup, les versions PS4 avaient eu droit à un magnifique traitement d’image avec anti-aliasing et surtout 60 images par seconde. Yakuza 6, lui, a été développé uniquement sur PS4, ce qui a permis aux développeurs de pousser les détails beaucoup plus loin que les précédents jeux. Et c’est vrai que le jeu claque, comparé aux autres. Les détails des décors, des visages, les expressions faciales, les cheveux, tout est à couper le souffle. Tokyo n’a jamais été aussi bien présenté et détaillé dans un Yakuza. Il y a plus d’objets comme des vélos, des voitures, des plantes, des pancartes, des écrans géants. Ça regorge d’éléments qui habillent les rues de Tokyo pour les rendre plus vraies que jamais. Il y a également plus de monde dans les rues et les gens sont un peu plus diversifiés. Le nombre et la qualité des textures sont phénoménales et les réflexions des lumières dans les rues mouillées de Tokyo donne un sacré cachet au titre. Il y a des routes pavées avec des inscriptions partout, des enseignes de restaurants et magasins tous différents. C’est hyper varié comme en vrai à Tokyo. Les effets de lumière sont beaucoup mieux gérés et donne un ton plus réel et plus naturel au jeu. Il y a aussi beaucoup plus d’effet de particules. Les environnements réagissent mieux physiquement avec des meubles qui se déplacent plus naturellement. Les animations sont aussi beaucoup plus réalistes. Les transitions sont plus naturelles et font beaucoup moins robotiques. C’est plus agréable à regarder. Tout n’est pas parfait, il y a parfois des petits oublis dans des cinématiques, des yeux fixent qui ne clignent pas, des personnages figés ou des déplacements raides comme des bâtons, mais c’est rare et en général, c’est beaucoup mieux.

Par contre, tout n’est pas glorieux, malheureusement. Déjà, il y a un aliasing assez prononcé sur les bâtiments, véhicules et autres objets qui gâche l’aspect général. Ça scintille pas mal. Les voitures sont pixélisées à mort et les objets au loin ce n’est pas grandiose non plus. C’est souvent flou à distance. Même sur PS4 Pro le résultat n’est pas sans faille. L’aliasing est moins flagrant due à la résolution plus élevée, mais reste néanmoins présent. Autre déception, moindre, mais quand même, et on s’y était habitué depuis Kiwami et Zéro, malheureusement, Yakuza 6 tourne en 30 images par seconde. Et ça, quand on a pris goût au 60 et qu’on retombe à 30, ça fait un peu mal. Le jeu parait tout de suite moins fluide. Après, ce n’est pas catastrophique non plus, pleins de jeux sont en 30fps et on en fait pas tout un patacaisse, ça se joue très bien et on finit par oublier, mais ça aurait été bien de privilégier le frame rate. Enfin, si c’est le prix à payer pour un jeu de cette qualité graphique avec autant de détails, ça vaut le coup. Et le jeu reste fluide globalement bien qu’on s’en de bonnes chutes de framerate dans les quartiers bondés et les combats avec beaucoup de participant. Il y a aussi du tearing à noter de temps à autres.

D’un point de vue artistique, Yakuza 6 est splendide. Quel que soit l’endroit, on ressent la vibe qu’on voulut donner les développeurs. Que ce soit à Kamurocho avec ses rues bondées de gens, ses petits et grands restaurants typiques, les fast-foods, les salles de jeux, on ressent toute l’énergie qui ressort de ce quartier. A Onomichi, c’est un cadre totalement différent, mais là aussi c’est pareil, on ressent aussi l’ambiance de cette petite ville côtière. C’est beaucoup plus calme, les rues sont étriquées et les bâtiments sont beaucoup plus petits et plus vieux. C’est plus rustique, plus pauvre et traditionnel avec des temples et des cimetières ancestraux. C’est très réussi. Un vrai dépaysement.

Une autre grande nouveauté de ce nouveau moteur graphique, c’est que les chargements ont pratiquement disparu pour une expérience seamless. Les transitions entre les bâtiments, les restaurants, les magasins, les combats sont sans aucun chargement. On rentre, on sort sans que l’action ne soit interrompue par un écran de chargement. C’est un plaisir total. Mais ce n’est pas tout. Il y a beaucoup plus d’immeubles à visiter. Ils sont aussi mieux interconnectés. On passe d’un étage à l’autre et on découvre des bureaux, puis à l’étage en dessous, il y a un bar à hôtesses, une salle de jeu, un restaurant, etc. C’est fabuleux de pouvoir se promener librement dans le quartier et les immeubles de Kamurocho avec autant d’authenticité. On peut parfois passer d’une rue à l’autre sans faire le tour mais uniquement en traversant un restaurant d’un côté à l’autre. Il faut de temps en temps prendre l’ascenseur pour atteindre le bar karaoké ou descendre un escalier étroit pour un petit restaurant à sushi sous-terrain. Juste se promener dans les quartiers des villes vaut déjà la peine. C’est un voyage en tant que tel. Les combats aussi ne nécessitent plus de chargement. Il suffit de foncer sur les groupes de Yakuza, triades, loubards et autres pour déclencher une bagarre. Le jeu et le monde continuent de tourner comme avant et reprend après le combat comme si de rien n’était. C’est plus rapide et agréable comme ça. Après, il reste quelques chargements, malheureusement. Si on change de zone avec un taxi pour aller dans des lieux éloignés, comme l’hôpital, le QG du clan Tojo ou une autre région comme Hiroshima (Onomichi), faudra être patient. Il y a aussi de lourd chargement en quittant les jeux vidéo, surtout Virtua Figther 5, des salles d’arcades Sega Club. Mais globalement, c’est génial de ne pas avoir de chargement toutes les 5 minutes juste pour aller dans un restaurant se faire un bol de ramen.

Yakuza 6 est encore une fois doublé uniquement en japonais. Alors, oui ça fait plus authentique, mais ça veut aussi dire que ceux qui ne comprennent pas la langue devront lire les sous-titres qui sont eux pour leur part en anglais uniquement. Et donc, il faut avoir un minimum de notion d’anglais et lire vite pour réussir à suivre le jeu et l’histoire. D’ailleurs les menus et tout le reste sont en anglais. Il n’y a rien en français, pas la peine de chercher, sauf le plat de bouillabaisse au restaurant la pente. Par contre, tous les dialogues sont doublés avec les voix d’acteurs. Fini les dialogues de mille ans sans son. Là, c’est beaucoup plus vivant. En plus, les jeux Yakuza sont réputés pour utiliser de grands acteurs connus au Japon pour le doublage ainsi que pour les visages. Au casting de ce Yakuza 6, on retrouve, en autre, l’acteur connu internationalement et mythe du cinéma japonais, Takeshi Kitano. Comme on visite différentes parties du Japon, il est normal que les accents des  acteurs soient différents. La traduction anglais change son style d’écriture en fonction de l’accent du personnage pour corroborer avec les voix. C’est pas mal.

Les combats sont toujours très dynamiques dans ce Yakuza 6. Je le rappel, la série Yakuza est jeu d’aventure, mais plus un beat’em up ou brawler qu’autre chose. Il y a un côté aventure avec scénario très important, mais la base du gameplay action, c’est du beat’em up en 3D. Un brawler, c’est un style de jeu dans lequel les combats sont portés sur le corps-à-corps, comme les Double Dragon, final fight ou Street of Rage à l’époque 2D. Il faut casser la figure à des hordes de yakuzas à main nue. C’est à 95% des combats qui se font avec les poings et les pieds. On tape sur des groupes d’ennemis jusqu’à plus soif. Kiryu a une panoplie d’attaques et de combos à sa disposition qu’il doit débloquer et apprendre à utiliser. C’est très bourrin. Kiryu s’en donne à cœur joie. Il saute sur les ennemis, les roue de coups. Il les attrape, les fait tourner et les balance comme dans un jeu de quilles. Il peut aussi ramasser ou prendre de la main de ses ennemis des armes ou objets pour taper plus fort. Il y a des katanas, couteaux, masses, armes à feu, mais aussi des cônes routiers, des pots de fleurs, des vélos, des pancartes, des bancs des poubelles et bien d’autres encore. Ses objets sont toujours à utilisation très brève, le temps d’un combo spectaculaire.

Yakuza 6 revient à un système de combat plus classique que dans Zéro et Kiwami. Kiryu n’a plus le choix entre trois styles de combat. Il n’en a plus qu’un. Il cogne, il attrape, il balance. Kiryu est un castagneur d’exception, un artiste dans son art. L’éventail d’attaques est assez varié. En plus, en se battant, il remplit sa jauge de « Heat » pour déclencher la fureur du dragon de Dojima. En mode heat, Kiryu devient très puissant durant un court laps de temps. Durant cette période, il inflige de gros dégâts, mais accède aussi à un nouveau panel de combos et d’attaques spéciales qu’il n’a pas accès en temps normal. Beaucoup plus spectaculaire, le mode heat est un festival de violence avec des attaques au ralenti. On ressent bien toute la rage et la puissance de Kiryu. Les phases de combat sont très réussies et très plaisantes. On ne s’en lasse pas. Heureusement, c’est la base du gameplay du jeu avec « l’exploration », l’aventure et son scénario.

Yakuza 6 est un jeu d’action aventure. Un brawler scénarisé avec beaucoup d’exploration. Il y a aussi des notions de RPG. Kiryu doit augmenter ses stats pour devenir un yakuza plus fort, plus résistant, plus complet. Il va donc gagner au cours du jeu des points d’aptitudes qu’il faut répartir dans diverses catégories. Que ce soit pour le combat, pour les stats de bases (vie, force, défense…), ou d’autres, il faut payer en points. Il y a 5 types de points que l’on gagne en fonction de l’activité. Que ce soit une mission, un combat ou manger des repas au restaurant, on accumule différents types de points. Il y a les points force, agilité, esprit, technique et charme. Dépendamment de l’amélioration à débloquer, certains types de points seront plus requis que d’autres. Il faut apprendre à gérer ses points et savoir où et comment en gagner lorsque c’est nécessaire. Il y a pleins d’aptitudes à débloquer et il faudra énormément de point pour tout avoir et ainsi faire de Kiryu un yakuza imbattable. Il ne faut pas hésiter à faire des combats dans la rue, ainsi que des missions ou activités secondaires comme, par exemple, les exercices de fitness ou les missions Troublr.

Le jeu se déroule en 2016. Et donc toutes les infos pratiques et autres gestions de Kiryu se font via son smartphone. Il y a une app pour ses compétences, pour les missions, pour les options du jeu, pour prendre des photos, etc. Vous connaissez la chanson, ce n’est pas le premier jeu qui fait ça. C’est très pratique, rapide et simple. On reçoit aussi des textos pour des missions de protection ou autres. Ils proposent des activités secondaires qui valent parfois la peine, mais souvent ce sont des quêtes FedEx ou simplement aller taper des thugs dans la rue. D’ailleurs, pratiquement toutes les missions se terminent par une bagarre pour une raison ou pour une autre. Ça fait des points, mais ce n’est pas toujours ce qu’il y a de plus intéressant. Les vraies missions secondaires sont plus intéressantes. Elles introduisent souvent de nouveaux personnages, pour la plupart du temps complétement barrés, avec leurs histoires complètements folles et des dialogues ou comportement qui non ni queue ni tête. C’est très japonais. Et c’est ça qu’on aime dans les jeu Yakuza. C’est ce côté complétement fou qui ne se prend pas au sérieux et que seuls les Japonais ont le secret. On a un Kiryu sérieux qui en quelques secondes se met à chanter à tue-tête dans un bar Karaoké déguisé en mascotte ridicule.

D’ailleurs, parlons-en des activités disponibles, comme d’habitude en marge de la trame principale, Kiryu peut passer son temps à goûter à la vie tokyoïte ainsi qu’au mode de vie plus tranquille de Onomichi. Kiryu pourra s’adonner au baseball, grand classique de la série. Il pourra pousser la chansonnette dans les bar karaoké. Jouer aux fléchettes. Mais aussi aller parler aux hôtesses via un jeu de cartes. Il a aussi un live chat avec deux vraies actrices. Il y a aussi un bar à chats, les salles d’arcades Sega Club avec des vieux classiques, mais aussi Virtua Fighter 5 Final Showdown et Puyo Puyo. Il y a moyen aussi de faire de la pêche, du fitness, jouer au mahjong ou encore boire des verres et se faire des amis. Il y a des tas de choses à faire. Toutes ses activités sont sympathiques et divertissantes, mais me paraissent moins folles ou moins barré que dans Yakuza 0. C’était plus drôle dans Zéro. C’était peut-être due à Majima qui était complétement fou.

Yakuza 6 essaye d’intégrer, légèrement, les concepts d’être un parent responsable, les valeurs familiales. Comment s’occuper d’un enfant. Comment être un bon père, un bon frère, etc. A plusieurs reprises dans le jeu avec Kiryu ou d’autre personnages, on a droit à des scénettes moralisatrice pleine d’exemples de ce qu’il faut faire ou ne pas faire. Kiryu se voit charger de la garde d’un bébé. Il doit donc en prendre soin, le nourrir, lui changer les couches, etc. Heureusement, on ne doit pas faire toutes ses tâches. Des cinématiques s’en chargent pour nous. Par contre, il y a des missions dans les quelles il faut aller chercher du lait en poudre au plein milieu de la nuit. Ça serait à Tokyo, aucun problème, mais à Onomichi les magasins ne sont pas ouverts 24 heures sur 24. En plus, Haruto, le bébé, se met souvent à pleurer et il faut le consoler et le calmer via un mini game qui n’est pas des plus amusant. Une fois, ça va, mais à la 4 ou 5ème fois qu’il faut apaiser les pleures d’Haruto, ça commence à bien faire. On essaye peut-être de nous apprendre la patience. Les femmes ont une place un peu plus importante dans cet épisode. Bien qu’elles ne soient toujours pas au premier rang, certains personnages féminins, comme Kiyomi, font un poil moins potiches que dans les anciens. Elles sont un peu mieux considérées, même si cela reste très machiste. C’est un premier pas dans la bonne direction.

Kiryu recrute dans Yakuza 6. En effet, il va devoir former une milice de volontaires qui va se battre dans les rues contre la bande de gangster qui se fait appeler JUSTIS. Kiryu va rencontrer des PNJ à partir du chapitre 6 qui vont proposer leurs services et rejoindre les rangs de Kiryu. Il faut souvent faire quelque chose pour eux avant, comme leur donner un bento, se battre contre eux pour prouver sa valeur, ect. Ensuite, il y a les batailles avec les PNJ recrutées. Un peu stratégique, il faut envoyer ses troupes affronter les troupes ennemies. C’est de la gestion et de la stratégie en temps réelles. Kiryu ne se bat pas, il ordonne. Il y a différents types de troupe. Les rapides, les lents, les forts, ceux pour le corps-à-corps, ceux pour le combat à distance, les héros qui sont plus fort et résistants, etc., etc. Le but est de choisir les bonnes stratégies pour remporter le combat dans le temps limites avec ses troupes qui sont aussi limitées en nombre. Si ces phases « RTS » apportent un peu de changement et de nouveauté dans le gameplay, elles ne sont pas très intéressantes. Par contre, elles rapportent beaucoup, c’est déjà ça. Elles sont totalement optionnelles et en marge de la trame principale.

Kiryu peut aussi facultativement gérer une équipe de baseball. Il recrute des joueurs en les rencontrant et en leur offrant ses services, comme d’habitude. Ensuite, il faut jouer les matches. Il y a une partie coaching, en remplaçant les joueurs défaillants pour de plus performants, mais il y a aussi une partie en tant que batteur. Il faut frapper la balle correctement et espérer faire un home run. C’est sympa, surtout la partie active du match. Le coaching, c’est très moyen et les menus ne sont pas très clairs.

Yakuza 6 est une réussite à pratiquement tous les niveaux. Sega et le Ryū ga Gotoku Studio ont parfaitement orchestré le développement et la réalisation de l’épilogue des aventures de Kiryu Kazuma. Ce nouveau Yakuza améliore la formule pour un spectacle final magistral. Le nouveau moteur graphique en met plein les yeux. Les rues de Kamurocho à Tokyo n’ont jamais été aussi criantes de réalisme. La multitude de détails que les artistes ont mis pour rendre les décors aussi crédibles que possible est hallucinant. L’ambiance dans les rues est parfaitement reconstituée au niveau visuel mais aussi sonore avec le bruit typique et incessant des magasins, des annonceurs et des gens à Tokyo. Et tous les dialogues du jeu sont doublés en japonais intégralement. D’ailleurs les sous-titres sont uniquement en anglais comme les menus et tout le reste. Faut s’y faire. La ville portuaire de Onomichi est aussi une réussite. Plus calme et traditionnel, Onomichi est un plaisir à découvrir en arpentant ses petites ruelles étriquées. Mention spéciale aussi aux visages qui sont encore plus criant de vérité. On voit carrément les pores de la peau. Les animations sont aussi beaucoup plus nombreuses et les transitions sont mieux faites pour un résultat moins robotique. Le gros plus de ce 6ème opus, c’est d’avoir pratiquement éradiqué tous les écrans de chargements. On peut se balader tranquillement dans les rues, rentrer dans un magasin, faire ses achats, ressortir de l’autre côté de l’immeuble et aller dans un restaurant manger ses sushis, sans un seul écran de chargement. C’est beaucoup plus fluide et plaisant sans les interruptions de chargement. Yakuza 6 propose un scénario plutôt classique, mais solide qui se laisse manger. Il y a de bonnes surprises avec des rebondissements surprenants qui font plaisir et d’autres plus attendus, prévisibles et parfois un peu maladroits dans la manière qu’ils sont amenés. Kiryu a vieilli et on n’arrête pas de le lui rappeler dans le jeu. Il est confronté à la nouvelle génération de jeunes et de yakuzas qui n’ont pas toujours le même sens du respect et des traditions que les anciennes. Kiryu doit aussi s’occuper d’un bébé et prendre ses responsabilités et fixer ses priorités différemment. Heureusement, le jeu donne beaucoup d’importance à cet aspect du scénario sans pour autant en plomber les mécaniques de gameplay. Ce qui aurait pu être le cas. Non, ils s’en tire bien de ce côté-là. Même si le scénario et le rythme sont en général bon et mieux que dans les autres Yakuza, à mon avis. Il y a des longueurs pour un peu étirer la sauce, certes, mais comme c’est bon, on en reprend sans se forcer. Pour ce qui est des activités annexes, side missions, loisirs et autres, on reste sur du classique de ce que l’on connait des anciens Yakuzas. Il y a quelques nouveautés comme le Live chat et les bagarres de gang. On notera la possibilité de jouer à Virtua Fighter 5 dans les Sega Club dans une version arcade avec un contenu assez bluffant. Yakuza 6 est peut-être un peu plus sérieux, ou plutôt moins barré ou bizarre que Yakuza 0.  C’est moins drôle globalement. Et c’est peut-être le seul petit défaut à lui reprocher. Ça reste souvent ridicule et marrant, mais ça manque un peu de folie. Le jeu est long. Il y a 13 chapitres. Si on prend son temps à faire les à-côtés, ce qui est plutôt recommandé pour capter toute l’essence des Yakuza, il y en a facile pour une trente heures, voire quarante. Le système de combat est toujours aussi dynamique et plaisant. Exit les trois styles de combat de Zéro et Kiwami, pour un seul style plus classique. Kiryu a beau avoir prix de l’âge, il est toujours le plus fort et le prouve une nouvelle fois. Les combats ont de la patate et on ne se lasse pas de casser la figure à des dizaines et des dizaines d’ennemis. Yakuza 6 nous offre une dernière aventure avec aux commandes Kiryu-san comme principal protagoniste. Tout a été fait pour finir l’histoire en apothéose, de l’emballage graphique et sonore somptueux, au contenu riche et généreux. Les émotions sont aussi au rendez-vous. Il y a des moments forts en émotion. On rit, on s’énerve, mais il y a également des passages qui sont émouvants, tristes et touchants. Yakuza 6 ne révolutionne pas la formule, mais il la sublime. Un indispensable dans sa ludothèque PS4.

Les plus :

  • Le nouveau moteur graphique
  • Kamurocho et Onomichi splendides, remplies de détails
  • Beaucoup plus de connexions entre les rues et les bâtiments
  • Pas de chargement pour rentrer dans les bâtiments
  • Un scénario touchant et palpitant
  • Tous les dialogues sont doublés en japonais
  • Plein d’activités auxiliaires, restaurants et mini games comme d’habitude
  • Hyper complet avec beaucoup de contenu
  • A la fois sérieux et drôle
  • Takeshi Kitano au casting

Les moins :

  • L’aliasing prononcé et quelques ralentissements
  • Toujours qu’une traduction en anglais uniquement
  • Des murs invisibles frustrants
  • Quelques missions FedEx barbantes


Editeur : Sega
Développeur : Sega / Ryū ga Gotoku Studio
Date de sortie : 17.04.2018
Plateforme: PS4 en exclusivité

Genre : Action & Aventure / Beat’em up scénarisé

Yakuza 6 : The Song of Life
4.5Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.