Konami tente toujours de toucher l’excellence avec son simulateur de football. PES 2018 est le jeu de foot pour une expérience authentique au possible.


Si la plupart des jeux vidéo de sports d’équipe sont développés par un gros éditeur connu. Il y a encore d’autres éditeurs, comme 2K, qui font de la résistance. C’est aussi le cas de Konami et son jeu de football Pro Evolution Soccer. Si Konami travaille d’arche pied pour obtenir le maximum de licences afin d’offrir l’expérience la plus complète possible, il faut bien être réaliste qu’on est loin du compte. On peut noter un effort au niveau de la Champion’s League, l’Europa League et l’AFC League. On peut faire ces championnats comme si on y était, sauf qu’il manque de grands clubs. Alors, oui, PES a la licence du Barça et de l’Athletico Madrid, mais pour jouer avec Manchester United, par exemple, ou le Réal Madrid, faut chercher les Manchester Red et les Madrid White. Pour les adorateurs du Bayern de Munich faudra repasser, ils sont absents. Donc, du coup, pas de Ribéry. Pour l’avoir, il faudra le créer de toute pièce avec l’éditeur de perso. Konami donne les outils pour recréer tout ce qui manque, mais faut avoir le temps et l’envie. Konami a toujours la ligue 1 Conforama et la Domino’s ligue 2 du championnat de France. Le championnat anglais est en parti présent, comme celui d’Espagne. Il y a aussi le championnat italien, portugais et hollandais. La Bundesliga, elle, n’y est pas, mais on retrouve quelques clubs comme le Dortmund. Ensuite, il y a des clubs d’un peu partout en Europe comme le FC Bâle, Yougboys, et quelques clubs russes et des pays de l’Est. Après on retrouve aussi des championnats sud-américains avec le Brésil, le Chili et la PLA League. Et finalement pleins de clubs asiatiques pour l’AFC League et le PAS. Alors oui, il y a de quoi faire si on regarde le volume avec en plus les équipes nationales, mais il manque de grand noms clés qui font la différence. Et ça se ressent fortement.

Si la sélection laisse un peu à désirer, malheureusement, le plus important dans PES, c’est l’expérience de jeu. Alors au niveau de la présentation graphique, on n’est pas déçu. Le Fox Engine fait toujours des merveilles niveau réalisation. Les visages, les tatouages, la pilosité et autres détails des joueurs sont bluffants de réalismes. Les Stades, les intérieurs des tunnels, la mise en scène, c’est toujours très bien fait. Après tout n’est pas parfait non plus. Les joueurs aux longs cheveux ne les ont pas lavés depuis des mois tellement ils sont rigides. Le motion blur est dégueulasse. C’est dommage de gâcher des si beaux graphismes avec un effet dégradant autant la qualité esthétique du jeu. Par contre, les animations sont plus fluides et nombreuses qu’avant. Il y a plein de célébrations. C’est très agréable de voir de jolis jeux de jambes avec le ballon. Autre point décevant du titre, les commentaires audios et l’ambiance des supporteurs en retrait. Le duo de commentateurs durant les matches sont agaçants au possible. Déjà, ils se répètent tout le temps, mais surtout ils disent toujours le contraire de ce qu’ils veulent dire, genre « ça aurait pu être une magnifique passe, mais ce ne fut pas le cas. » « Ils avaient tout pour réussir et marquer le but, mais non ». Bref, c’est un peu fatiguant.

Niveau gameplay, je dois avouer avoir été agréablement surpris. Le jeu est bien et propose un gameplay très posé et technique. Il faut bien construire ses attaques avec du placement et beaucoup de passes pour marquer. Etant plus habitué au concurrent direct de PES, le mapping des boutons perturbe un peu. Il m’arrivait de faire une passe devant le gardien au lieu de tirer au début. Faut s’habituer et en 2-3 matches c’est bon. PES est assez technique et propose plein de manipulations des boutons pour faire des contrôles de balles, des dribbles et autres pirouettes footballistiques, mais pour moi je reste aux bases avec une passe en profondeur qui fonctionne presque à chaque fois. Après faut voir le niveau de difficulté dans lequel on joue. En débutant et amateur, le jeu est vraiment facile et permet d’acquérir les bases pour ensuite passer en normal et ainsi de suite. Et là, ça devient vraiment de plus en plus technique. PES 2018 fonctionne aussi très bien sur internet pour des matches épiques contre d’autres joueurs. Mieux vaut tout de même savoir jouer la moindre avant de s’y lancer. Pour les puristes, il ne faut pas oublier mettre à jour les rosters, car de base, Neymar est encore au Barça à taper le ballon avec Messi. Pour le voir évoluer au PSG, faut aller dans les menus et updater les équipes. Et ceux qui veulent le garder au Barça ont juste à garder le jeu de base.

Pour ce qui concerne l’IA, c’est pas trop mal en général. Les gardiens sont assez bons depuis PES 2017. Mais, il y a parfois des petits soucis de défenses. Il arrive que les défenseurs restent un peu inertes et inutiles dans la zone du gardien. Cela provoque des buts un peu bêtes qui aurait pu être facilement évitable par un meilleur engagement des joueurs. Mais bon, mise à part ça, le reste fonctionne assez bien dans l’ensemble.

PES 2018 est pour moi une excellente surprise. J’ai découvert un jeu magnifique, même si tout n’est pas parfait. Le gameplay est juste excellent. Les sensations avec le ballon et le contrôle en général sont juste bien dosé comme il faut. L’emballage est bon avec un Fox Engine qui fait du très bon travail. La modélisation est magnifique et les animations sont tops et beaucoup moins robotiques qu’il y a quelques années. Le gros souci de ce PES, et de la licence, est toujours le même… Le manque de licences officielles. On ressent vite les lacunes en cherchant son club préféré. Il manque beaucoup de grands clubs. Et combler ce vide avec des championnats d’Amérique du Sud ou d’Asie ne suffit malheureusement pas. Et l’exclusivité sur le Stade Camp Nou ne va pas égaliser les bidons, même s’il est magnifique ce stade. Bon ils ont l’exclusivité sur la Champions League avec la musique officiel, ça c’est un joli coup pour Konami. Mais bref, c’est dommage d’avoir un aussi bon jeu, beau et plaisant à jouer, plombé par le fait qu’il n’ait pas le droit de mettre tous les clubs comme il le souhaiterait. Le contenu est tout de même important, du moins, plus qu’avant, il manque un peu de variété et d’intérêt. Si le manque de licences et le contenu classique du titre ne sont pas un frein et que pour vous le plus important c’est le plaisir de jeu, vous pouvez y aller. Pour son gameplay et ses graphismes, PES 2018 c’est le top. C’est vraiment un excellent jeu de football.

Les plus :

  • Un gameplay au top, posé et très agréable
  • Techniquement bon
  • Graphiquement très joli
  • Un contenu en progression
  • L’exclu de la Champions League
  • Le plaisir de jouer

Les moins :

  • Le manque de certains clubs et joueurs phares
  • Le contenu global moyennement intéressant
  • Les réactions parfois bizarres de l’IA en défense
  • Les commentateurs horribles
  • Le motion blur

Éditeur : Konami
Développeur : Konami
Date de sortie : 14 septembre 2017
Plateforme : PS4, Xbox One, PC, PS3, Xbox 360

Genre : Sport / Football

 

P.E.S. 2018
4.0Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.