Forbidden Places, volume 3

Avec un sous-titre : Explorations insolites d’un patrimoine oublié. Je suppose que ceux qui ont déjà en leur possession les volumes un et deux vont s’offrir ou se faire offrir cet opus trois.

Attention, selon moi, il ne s’agit pas d’un livre dont on tourne sagement les pages de la première à la dernière. C’est le genre d’ouvrage qui se feuillette et se regarde lieu après lieu, mais pas plus de deux à la fois. D’une part, il faut regarder attentivement et, d’autre part, il faut confronter les lieux entre eux pour bien voir ce que l’auteur des photos veut nous donner à voir. Il me semble, par exemple, que l’on ne peut voir et regarder la villa de l’urologue Kraft, la villa du notaire et la villa des Marra de la même façon, même si le mot villa unit les trois sites. Les deux premiers paraissent avoir été abandonnés dans une sorte d’urgence, tout est montré comme si les habitants allaient revenir ranger ou jeter… Pour le dernier on a le sentiment que les lieux ont été confiés aux bons soins des fantômes locaux.

L’insolite relève à mon sens de deux choses présentes ici. D’abord la désaffectation des lieux (très dense pour ce qui est de l’asile et de la centrale), c’est vide et l’on sent peser des résidus, des bribes de fonction. Ensuite l’originalité du regard. Si vous regardez tout d’une traite et un peu trop vite elle risque de vous échapper. Si vous faites quelques photos – même avec votre portable – j’espère que – pour les lieux – vous commencez par regarder ce qui est intéressant à montrer. Là on imagine Sylvain Margaine faire un premier choix des choses à proposer à votre regard, photographier et décider sur la planche contact ou devant son écran de ce qui partira chez l’imprimeur…

Une réussite idéale pour se « rincer » l’œil comme l’on dit et faire vibrer son imagination.

Forbidden Places, volume 3
Photos :Sylvain Margaine
Textes :David Margaine
Editeur : JonGlez

www.editionsjonglez.com

Forbidden Places, volume 3
5.0Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.