Voilà, le jeu le plus hypé de ces dernières années (mais aussi le plus mystérieux, tant on ne savait pas ce que le software avait dans le ventre, ni à quoi s’attendre exactement) est enfin sorti. La communication s’est uniquement faite sur l’algorithme qui contrôle tout (oui, oui, TOUT) ce que l’on voit. Mais dès que des questions sont posées au créateur du jeu sur ce que le joueur pouvait faire dans le monde du jeu, les réponses étaient évasives: miner, explorer, voyager, regarder… Est-ce qu’il y a quelque chose d’autre à faire dans l’espace quasi infini mis à disposition ?


No Man’s Sky ou le paradis des explorateurs

Le jeu commence alors que vous vous réveillez à côté d’un vaisseau fumant sur une planète inconnue (et sur laquelle aucun autre joueur n’est encore venu, et ne viendra sûrement jamais). A vous de récolter des ressources afin de réparer votre carcasse et vous envolez dans les cieux afin d’atteindre le but ultime du jeu: arriver au centre de l’univers. Le voyage se fera d’abord par sauts de puce, car vous aurez besoin de carburant afin de changer de système solaire, mais vous pourrez trouver un autre moyen d’accélérer votre avancée. Bien entendu, tout déplacement se fait absolument sans aucun temps de chargement, que l’on quitte une planète ou voyage à travers l’espace.

Chaque planète que vous explorez, ainsi que plante ou animal que vous êtes le premier à voir (et croyez-moi, ça arrive souvent) peut être renommé par vos soins. De plus, vous pouvez envoyer le tout sur un atlas, ce qui vous fera gagner de l’argent. Autant dire que le fait d’atterrir sur une planète remplie de vie avec un magnifique panorama sur une planète dans le ciel (que vous pouvez aussi visiter), ça a de la classe… Par contre, il y a aussi (et c’est logique) des planètes ou lunes quasi vides, où il n’y a pas grand à faire, mis à part récolter des ressources afin de continuer son chemin.

Résultat de recherche d'images pour "no man's sky"

Le premier jour, l’algorithme créa l’univers

Comme dit précédemment, un algorithme est à la base de l’univers de No Man’s Sky. Ce dernier peut créer 15 quintillions de planètes à visiter, rien que pour vous (et autant de plantes / animaux). Alors autant dire que le jeu peut-être vu comme quasi-infini. Tout le monde commence dans le même univers, mais pas au même endroit. On se rend compte de l’immensité du monde de No Man’s Sky réellement quand on peut changer de systèmes solaires et que l’on peut voir la carte de l’univers. Sur les 25h de jeux que j’ai faites avant d’écrire ce test (et je ne suis pas du tout arrivé à destination), il ne m’est arrivé qu’une seule fois de voir une planète qu’un autre joueur avait déjà explorée. Autant dire que cela n’arrive quasi jamais tant le monde est énormissime. En bon scientifique que je suis, j’ai trouvé absolument génialissime le fait que de simples formules mathématiques permettent de créer le monde que l’on explore, même si certains animaux se ressemble (des ailes précédemment vues sur un animal sont remplacés par des cornes sur une autre planète, et hop, on a un nouvel animal.

Résultat de recherche d'images pour "no man's sky"

Bon, l’exploration, ça va un moment, mais on y fait quoi dans cet univers?

Ben on mine, on fabrique et on va un peu plus loin sur notre route tout en améliorant notre matériel et surtout en essayant au mieux de gérer son inventaire. En effet, ce dernier est restreint et il faudra apprendre à faire des choix et jongler entre l’inventaire de votre combinaison et celui de votre vaisseau. Surtout que tout utilise des matériaux: comme carburant, comme énergie pour votre combinaison ou pour vos boucliers.

Il y a aussi quelques lieux d’intérêt sur les planètes visitées. Ces derniers sont au nombre de 4:

  1. Les abris / lieu de commerce.
  2. Les bâtiments abandonnés / usine d’armement.
  3. Les ruines / monolithes.
  4. Les sites de crash.

Les premiers sont des endroits où vous pourrez trouver des extraterrestres de types différents. En aidant ces derniers, vous pourrez recevoir des prix intéressants vous aidant à avancer dans l’aventure. Par contre, comme vous ne parlez pas leur langue, impossible de comprendre ce qu’ils vous disent et il vous faudra parfois faire des choix à l’aveugle. Les bâtiments abandonnés sont semblables aux abris, lieux de commerce sauf qu’ils sont vides et vous permettront d’obtenir du meilleur matériel pour votre exploration. Les sites de crash, une fois le vaisseau réparé, vous permettra de changer de moyen de transport interplanétaire. Les ruines et monolithes quant à eux, vous permettront d’apprendre des mots des langues extraterrestres et ainsi améliorer votre compréhension des NPCs, mais ils vous mettront aussi sur la voie de l’Atlas qui vous mènera vers un autre chemin à la fin (qui n’en ai pas vraiment une en fait) autant mystérieuse qu’inattendue. En gros, pleins de choses à faire, même si elles se ressemblent toutes. Petit bémol, même si tout est dans un monde en 3D, un texte nous décrit ce qu’il se passe à l’écran, nous laissant le soin d’imaginer ce qu’il se passe lorsque l’on parle à un extraterrestre, ce qui nuit un peu à l’immersion.

Résultat de recherche d'images pour "no man's sky real screenshot"

Alors finalement, ça vaut le coup ou pas?

Même si on a l’impression de tourner en rond en avançant relativement peu, certains moments sont clairement épiques. Arriver dans un nouveau système solaire alors qu’un combat spatial fait rage, il n’y a pas à dire, ça a pas mal la classe. Aussi, se balader sur une planète luxuriante, passer au-dessus d’une montagne alors que s’ouvre devant vous un panorama où une autre planète est en vue à l’horizon, c’est pas mal aussi. Mais malheureusement, ces moments sont relativement rares et on a souvent l’impression de faire tout le temps la même chose: farmer des ressources, crafter, voler vers une autre planète, crafter, etc.. J’ai quand même trouvé dans No Man’s Sky un certain charme et je me suis souvent mis à me balader sur une planète juste pour le plaisir des yeux, où j’étais plus en mode balade contemplative qu’abatage de la population de la planète. Car oui, il est possible de tuer et détruire dans l’univers, mais je doute que vous y passiez beaucoup de temps, tant le gameplay du jeu à ce niveau-là n’est pas très plaisant. C’est faisable, mais un peu rigide. Personnellement, j’espère que Sean Murray et son équipe continueront d’améliorer l’expérience de jeu avec des DLC gratuits.

Pour moi, si le jeu avait été vendu moitié moins cher (pour l’instant, il est à 60.-), je le conseillerai à tout le monde, car il offre pour une fois quelque chose de différent en terme d’ambiance et de gameplay. Maintenant, vu le prix, tous les fans d’exploration y trouveront leur compte ainsi que certains fans de SF.

Au final, oui, les déclarations de Sean Murray, créateur du titre, étaient pour la plupart laconiques, quand elles n’étaient pas fausses. En plus, le jeu n’est pas celui qui nous a été vendu. Mais je dois dire que j’espère vraiment que les mises à jour vont permettre d’arriver petit à petit au jeu génial que No Man’s Sky aurait pu être. Jusque-là, le jeu restera une magnifique vitrine technologique de ce que peut faire la génération procédurale, mais un jeu moyen passé les 15 premières heures qui resteront pour moi une super expérience vidéoludique.

 

Résultat de recherche d'images pour "no man's sky official screenshot"

Les Plus:

  • Un  univers quasi infini
  • Design et atmosphère très intéressante
  • BO magnifique
  • La course à l’upgrade
  • Dimension contemplative du soft

Les Moins:

  • Après ~20-30h de jeu, on a l’impression d’avoir fait le tour de ce que le jeu a à offrir.
  • Prix très important pour un jeu de type indépendant.
  • Le jonglage incessant d’inventaires

No-Mans-Sky_boxÉditeur : Sony Interactive Entertainment Europe
Développeur: Hello Games
Sortie : 10.08.2016
Disponible sur PS4 & PC
Testé sur PS4

 

No Man's Sky: Dans l'espace, personne ne vous entendra miner... ou ronfler pour certains.
4.0Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.