Sorti début mars 2017 sur Playstation 4, Nier : Automata est la suite directe de Nier sorti en 2010 sur Playstation 3. Cet action RPG post apocalyptique commence des milliers d’années après le premier opus.


Sur une planète Terre complètement dévastée et inhabitée (ou presque), des machines ont pris possession de notre monde et l’humanité, ou du moins ce qu’il en reste, a migré sur la lune. Pourtant, il existe une organisation se nommant YoRha qui a pour but de reconquérir la Terre à l’aide d’androïde de combat. Vous incarnerez donc 2B, une version féminine de ces androïdes, accompagnée de 9S qui ont pour mission de reprendre quelques bases stratégiques aux machines.

 

Le jeu débute par une mission assez spectaculaire pour une mise en jambes qui avait fait l’objet d’une démo fin 2016. Au premier coup d’œil, nous sommes subjugués par la qualité de la musique et par la gestion des caméras. Ces dernières sont soit libres dans les scènes de combat et dans certains moments d’exploration ou soit en plans fixes pour orienter le joueur dans ses déplacements. Une fois la mission d’introduction passée et le contexte posé, 2B et 9S partent sur Terre pour leur objectif réel. Il est vrai que ce jeu propose énormément de dialogues que ce soit entre les deux protagonistes principaux ou avec d’autres personnes. Vous aurez donc beaucoup de choses à lire sans compter les dialogues que vous pourrez déclencher avec les PNJ. Tout n’est pas important mais bon, étant donné la dimension RPG du nouveau titre de Square, la lecture en abondance est logique. En plus d’être un action RPG, Nier : Automata se transforme en Shoot’em up et en jeu de plateforme. Il y aura des phases où votre androïde de combat s’insérera dans un meca et devra tirer sur tout ce que bouge. A l’inverse, vous devrez aussi faire face à des passages purement inspirés des plus grands jeux de plateforme. Tout ceci rend le jeu plus dynamique et moins monotone par conséquent. Les passages d’un mode de jeu à l’autre se font juste avec une transition de la caméra et hop, nous voilà passé du action RPG classique à un Shoot’em up tout aussi classique mais super sympa.

 

Le gameplay est quant à lui très riche mais aussi également très abordable. La seule subtilité réside dans l’esquive des attaques ennemies qui, si elle est réalisée au bon moment, vous permettra d’obtenir une puissante contre-attaque dévastatrice doublée d’un court moment d’invincibilité. Pour le reste, c’est très simple : seulement deux boutons d’attaques et un bouton de saut (sans compter celui de l’esquive) qui, le tout combiné, vous fera exécuter une danse mortelle pour vos adversaires. De plus, 2B et 9S disposent d’un POD chacun qui à plusieurs fonctionnalités d’attaque ou de défense suivant la configuration. Les ennemis ne sont pas très variés, mais les combats sont intenses et intéressants.

 

Un point original de Nier : Automata est le fait qu’au début du jeu l’interface est vide : pas de barre de vie (ni pour vous ni pour les ennemies), pas d’affichage de l’expérience gagnée au fil des combats… ce sera donc à vous de personnaliser votre interface avec des puces électroniques trouvées ou achetées dans les divers lieux que propose l’aventure. La personnalisation des personnages suit également la même mécanique et vous pourrez donc « fabriquer » le comportement de votre androïd à votre guise avec une multitude incroyable de possibilités. Une autre originalité de ce titre survient lorsque vous mourrez : votre conscience est transférée vers un autre corps vide d’androïd similaire en tout point. Il vous faudra malheureusement aller récupérer sur le corps de l’ancien toutes les puces et autres babioles que vous aviez ramassées. De plus, si vous jouer en ligne, vous croiserez sûrement d’autres corps de joueurs morts et vous aurez la possibilité de récupérer leur contenu ou de les réparer afin qu’ils combattent à vos côtés pendant un petit moment.

 

Nier : Automata est un action RPG mais à l’inverse de la partie purement action, la partie RPG est assez sommaire dans l’ensemble. Le monde de ce titre n’est pas très vaste et est composé que de quelques zones qui sont pourtant charismatiques mais aussi bien souvent très monotones. Pendant l’exploration, ce vide sera comblé par beaucoup de narration et de dialogues entre les deux androïds. Vous aurez bien entendu la possibilité de parler à différents PNJ, de faire du commerce, de monter en compétence et de jouer des quêtes annexes pour certains des PNJ que vous croiserez. De ce côté-là, il n’y a guère d’innovations. Par contre, quand vous penserez avoir fini le jeu, ce ne sera pas vraiment le cas car Nier : Automata vous proposera de recommencer avec d’autres personnages afin de voir l’histoire sous divers angles. Il y a au total 5 façons de parcourir l’univers de ce jeu et par conséquent 5 fins.

 

Comme rien n’est parfait en ce monde, Nier : Automata n’échappe pas à la règle. Les graphismes datent d’un autre temps. En effet, Square a dû faire un choix et a donc sacrifier les graphismes et beaucoup d’effets au profit de la fluidité d’affichage pour que le jeu tourne en 60 fps en 900p sur PS4 et 1080p sur PS4 Pro. Quand on se balade dans la ville en ruine, les textures des immeubles sont vraiment horribles pour ne parler que de celle-là. Heureusement que l’ambiance générale est en partie sauvée par la bande son qui est exceptionnelle. Elle procure une immersion instantanée et impressionnante. C’est de la haute voltige ! Je n’ai pas souvenir d’avoir entendu aussi bien depuis pas mal de temps.

Les plus :

  • Originalités (histoire, interface,…)
  • Combats intenses et dynamiques
  • 60 fps
  • Character design soigné
  • LA bande son

Les moins :

  • Les graphismes
  • Un monde assez pauvre
  • Quelques bugs de collision

 

 

Editeur : Square Enix
Développeur : PlatinumGames
Sorti le 10 mars 2017
Disponible sur PS4 et PC
Testé sur PS4

NIER : Automata
4.0Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.