Warning: A non-numeric value encountered in /home/clients/69f240c24f67ed29e8afc4785d2ca8a1/web/wp-content/themes/valenti/library/core.php on line 1606

Warning: A non-numeric value encountered in /home/clients/69f240c24f67ed29e8afc4785d2ca8a1/web/wp-content/themes/valenti/library/core.php on line 1606

Warning: A non-numeric value encountered in /home/clients/69f240c24f67ed29e8afc4785d2ca8a1/web/wp-content/themes/valenti/library/core.php on line 1606

L’homme stochastique

On passera très très vite sur la couverture aussi peu attirante que possible. Et l’on gardera en permanence à l’esprit que ce roman a été écrit en 1975 et que sa traduction en français date de 1977 – une révision aurait d’ailleurs été bienvenue, ne serait-ce que pour en modifier le titre réaliste mais rébarbatif.

Lew Nichols est un conjecturiste convoité. En fonction des données qu’il collationne, il est capable de déterminer les probabilités d’une chose. Lew est embauché dans l’équipe de campagne de Paul Quinn, un politicien qui pourrait viser la présidence des États-Unis en 2004. Et, pendant que sa compagne sort lentement de sa vie, Lew fait la connaissance de l’homme stochastique, un petit homme gris et triste, riche à milliards qui a la possibilité de « voir » l’avenir et surtout donne une explication à cette vision – explication astucieuse qui repose sur un autre thème de science-fiction que le voyage temporel… L’homme s’appelle Carjaval et effraye un peu le brave Nichols.

Une fois entré dans le roman, difficile de l’abandonner. Mais je me permettrai deux remarques. Ces deux points datent l’œuvre et l’alourdissent. D’abord un trop d’explicitations, trop de tentatives de faire admettre comme plausibles cet homme stochastique et les conjectures diverses. Ensuite les connotations politiques à usage US unique qui traitent de partis, de groupes qui peuvent donner au lecteur l’impression que les élections aux USA se déroulent encore comme dans le livre. Dernier point secondaire, on peut parfois avoir le sentiment que la traduction alourdit la lecture. Mais on appréciera les notations annexes sur l’éclatement de New York et la nouvelle religion qui emporte la compagne de Lew. Disons que ce roman eut sans doute en 1975 plus de retentissements pour le lecteur américain qu’il n’en aurait aujourd’hui… reste à savoir comment le public francophone l’accueillera maintenant.

Bonne lecture.

L’homme stochastique
Auteur : Robert Silverberg
Editeur : Robert Laffont
Collection : Pavillons Poche

www.laffont.fr

L'homme stochastique
4.0Note Finale

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.