Les compagnons du chaos

Les compagnons du chaos

Voilà un livre bien embêtant à chroniquer. Si vous allez, comme beaucoup d’acheteurs potentiels, lire en quatrième de couverture ce que l’on vous dit à propos de ce roman qui est à la fois le premier de son auteur et le premier d’une trilogie, vous trouverez trois citations extraites de critiques. Je ne résiste pas au plaisir de les citer – dans le désordre -: « La meilleure série de fantasy de l’année ! », « Totalement jubilatoire ! » et « Une langue affutée, de l’action et beaucoup d’humour noir ». Bien que cela soit rédigé en français, il s’agit de critiques anglaises. Si la première semble venir de quelqu’un qui a lu les trois volumes et est là pour vous inciter à réserver la suite, elle repose aussi sur d’autres titres que vous ne lirez peut-être pas. Pour la seconde je laisserai aux Anglo-saxons le soin de leur jubilation, pour ma part je n’ai pas souri un seul instant. Enfin la troisième me donne sérieusement à penser soit que nous sommes très différents des Anglais pour ne pas dire diamétralement opposés, soit que le traducteur n’a pas été relu, car même s’il a respecté la langue anglaise côté français, c’est très très émoussé(*).

A priori, sans être vraiment originale, l’histoire pouvait être intéressante. Une cité est prise entre deux feux, le tyran qui la domine et les pouvoirs magiques de ses Exaltés et la Dame Blanche et ses espionnes qui veulent abattre le tyran. Les habitants, eux, ont choisi de faire confiance aux Compagnons du chaos, un ramassis hétéroclite (des mercenaires, un demi-mage, des vieux guerriers et deux jeunes orphelins). Le tout étant présenté en une succession de scènes plus ou moins violentes dont on ne voit pas immédiatement ce qui les unit. Mais je suis persuadé que les amateurs, les fans de ces tours de magie et des combats épiques entre les bons et les méchants sauront eux se satisfaire de l’aventure.

Bonne lecture.

(*) Je ne vous donnerai qu’un exemple de phrase étrange qui donne à penser. « Avec une panique grandissante, Cole vit ces yeux courir le long de son corps nu »… Tout cela pour dire que Cole, nu, est regardé par une femme. A vous de chercher les autres.

Les compagnons du chaos
Auteur : Luke Scull
Editeur : Fleuve

www.fleuve-editions.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.