khyber - extrait

khyber – extrait

Avant Indiana Jones et Lawrence d’Arabie il y a eu « Les trois lanciers du Bengale », je veux dire qu’il n’a jamais manqué de films d’aventures dans des pays colonisés ou en voie de décolonisation… Peut-être sommes-nous friands de ce genre d’aventure ? Peut-être avons-nous besoin de récits qui nous justifient ? D’abord un grand coup de chapeau pour le dessin et l’organisation du récit. Du noir et blanc maîtrisé au point de faire de chaque page une image en soi. Une image à regarder et à s’y perdre comme dans une production abstraite. On remarquera les jeux avec les traits de bords de cases et les phylactères.

L’action se déroule en 1874 dans une partie de l’Afghanistan sous domination britannique. Mais avant qu’elle ne commence lisez attentivement les trois pages qui vous présentent les principaux personnages. Ne prenez pas ce conseil à la légère. D’une part le portrait physique est à bien lire parce qu’une lecture trop rapide de l’histoire pourrait vous tromper et d’autre part le « portrait moral » vous aide à comprendre les comportements…

Reginald Winkie est un anglais métissé, caissier de banque et amant d’une anglaise que l’on va retrouver morte. Et tout va accuser notre métis qui bien sûr n’est à l’aise dans aucune communauté. L’ensemble sur fond de guerres tribales et d’opposition à l’Empire Britannique, soutenue par les Russes. L’histoire d’un homme mêlée à l’histoire des hommes. C’est subtil et cela s’impose doucement.

Lisez et laissez reposer puis reprenez pour voir ce qu’il vous en restait en mémoire… Vous devriez être surpris.

Khyber
One-shot
Dessinateur et scénariste : Attilio Micheluzzi
Éditeur : Mosquito

http://www.editionsmosquito.com/ouvrage.php?id=238

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.