Récit d’un témoignage réel mis en bandes dessinées à partir des enregistrements d’un petit-fils de la famille qui a eu la bonne idée de préserver ses souvenirs avant qu’elle ne meurt. Francine a été déportée pendant la seconde guerre mondiale dans le camp de Ravensbrück. C’est sur son lit de mort hospitalier qu’elle ressent le besoin de transmettre son expérience afin que les générations futures se souviennent de l’horreur vécues par des millions de personnes.

Le choix du noir et gris installe une ambiance au plus proche de la réalité morbide qu’ont vécus les victimes des déportations. Cela traduit à merveille le désespoir, l’incompréhension et l’injustice des acteurs qui ont finalement subit jusqu’à y rester les affres de la guerre. On se prend au jeu rapidement jusqu’à ressentir les situations des actions de résistance dont Francine R. faisait parte, à son arrestation, aux ballotages dans le mécanisme carcérale militaire et pour finir les souffrances et résignations des camps de concentrations pour arriver à sortir le plus vivante possible de ses mouroirs. Dans le style de témoignages en dessins, Maus est toujours une référence, mais tant que l’humanité n’apprendra pas ce genre d’ouvrage sera salutaire et nécessaire à la transmission de la souffrance. Comme Maus également, ce n’est pas un livre de propagande ou de prosélytisme, simplement le témoignage d’une personne de plus qui a réussi à survivre. Rendons hommage à nos aînés pour se souvenir de la guerre et ne pas retomber dans les mêmes erreurs. Malheureusement, l’histoire nous montre que nous sommes de sombres idiots de ce point de vue en tout cas. En attendant, savourez cette bd qui en dit bien plus long que ce qu’elle paraît. D’autant, qu’elle se lit super vite tant la qualité du dessin et du scénario sont bien ficelés.

Alessio Buffon

  • Boris Golzio
  • Glénat
CHRONIQUES DE FRANCINE R. – Résistante et déportée
5.0Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.