Warning: A non-numeric value encountered in /home/clients/69f240c24f67ed29e8afc4785d2ca8a1/web/wp-content/themes/valenti/library/core.php on line 1606

Warning: A non-numeric value encountered in /home/clients/69f240c24f67ed29e8afc4785d2ca8a1/web/wp-content/themes/valenti/library/core.php on line 1606

Warning: A non-numeric value encountered in /home/clients/69f240c24f67ed29e8afc4785d2ca8a1/web/wp-content/themes/valenti/library/core.php on line 1606

L’été est fini. Le froid est là. Et NHL 19 arrive à point nommé comme un marronnier. Le simulateur de hockey sur glace de EA continue d’évoluer et innover année après année pour une expérience de plus en plus riche, plaisante à jouer et complète. Ce NHL 19 se présente bien avec nouveautés et raffinements de son gameplay.


Entre les sorties de Madden et de FIFA, il y a NHL…et NBA Live. Si le premier se vend comme des petits pains outre-Atlantique, le second se vend par wagon dans le monde entier. Doté de budgets colossaux les deux poules aux œufs d’or de EA permettent d’autres productions qui se vendent encore bien, mais pas autant qu’avant, de perdurer en gardant la qualité. NHL fait partie de ces jeux. Il a un noyau de fans solide et les développeurs de EA Vancouver sont des passionnés qui donnent leur maximum avec un budget moins important qu’un FIFA ou un Madden. Et pourtant, NHL n’est pas avare en contenu ni en qualité, bien au contraire. Le hockey a un peu moins la côte que d’autres sports, c’est vrai. Quoique dans notre beau pays, le hockey est encore un sport populaire qui plait et qui est pratiqué par beaucoup d’adeptes. Pour compenser ce « manque » de popularité et afin de continuer d’exister et d’attirer des joueurs tout en gardant ses fans, NHL ne peut pas se contenter de se reposer sur ses lauriers. Du coup, les développeurs doivent innover avec leurs moyens en proposant du nouveau contenu et de la diversité pour satisfaire le plus grand nombre. De la simulation « pure » et profonde à l’arcade fun et simple sans prise de tête, NHL propose un grand éventail de modes avec chaque année des nouveautés originales et variées. NHL 19 ne déroge pas à la règle. Entre qualité et quantité, NHL 19 n’a pas eu à choisir et conjugue les deux à merveille.  Il apporte sa pierre à l’édifice pour atteindre le jeu de hockey ultime.

Le gros point fort de ce NHL 19, c’est son gameplay qui a été amélioré et ça se sent dès les première secondes gamepad en main. Sans le savoir au préalable, je me suis dit que c’était plus plaisant à jouer, plus fluide et contrôlable que d’habitude. Et c’est le cas. Le jeu est plus souple que 18. On est plus en contrôle de ses mouvements. Ça réagit au quart de tour. Le jeu est aussi un poil plus rapide et la brutalité des actions n’a jamais été aussi intense. Le plaisir de jeu n’en est que meilleur. Et rien que pour ça cette édition 19 vaut la peine. Fondamentalement, les commandes restent identiques aux versions précédentes. Il y a toujours les commandes classiques avec les boutons ou au stick pour une jouabilité au plus proche du sport et pour finir à l’ancienne à la NHL ’94. Mais tout est un peu mieux réalisé. Et ce sont ces petits changements par-ci par-là qui n’ont l’air de rien, mais qui rendent le gameplay plus plaisant et qui font du bien à la franchise en l’améliorant d’avantage. NHL n’a jamais été aussi plaisant à jouer depuis ’94. J’exagère, mais les progrès sont vraiment là.

NHL 19 est toujours très beau sur console, mais rien ou pas grand-chose n’évolue de ce côté-là. Les maillots font plus vrais que nature et les casques de gardien sont fantastiques, comme on en a l’habitude. Malheureusement, NHL 19 n’a pas encore fait le pas de passer sur le moteur Frostbite. Il tourne encore sur le Ignite engine. Le moteur tient encore la route, mais on ne sent pas beaucoup d’évolution au niveau graphique ni en ce qui concerne les animations. Ça vieilli un peu si on compare aux autres jeux de sport qui ont changé de moteur graphique. On reste sur du bon, mais sans prendre de galons. Cela étant dit, l’environnement est maitrisé de bout en bout pour un jeu fluide à 100%. Les arénas sont nombreuses et modélisées avec soin. Même l’aréna de Davos est reproduite avec exactitude. Pour ce qui est des visages, il ne faut pas aller trop près des joueurs pas trop connus. Niveau ambiance, c’est toujours au top. Les commentateurs sont toujours les mêmes. Ils font un bon job, mais ils se répètent un peu depuis les années. Le commentateur de CHEL et Threes par contre met une ambiance de malade en racontant un peu tout et n’importe quoi. Les musiques sont excellentes. Si Madden est plus porté sur le hip-hop, NHL, lui, est plus de la variété et rock alternative plutôt calme. Moins agressif que les autres années, la b-o se marie bien au jeu et n’éclate pas nos tympans.

NHL 19, c’est de modes à foison. Il y a plus de quinze modes de jeu différents avec encore d’autres modes dans les modes. On retrouve les classiques de la série comme Play Now, Playoff, Shootouts, Make a Pro, mais aussi les petits nouveaux comme NHL Threes qui a fait ses débuts l’an dernier et cette année, World of CHEL. Sans oublier, les modes onlines, le mode Ultimate Team (HUT), les seasons et les tournois.

World of CHEL, c’est le nouveau mode. L’idée est assez simple. C’est du 3 contre 3 et l’idée c’est de faire progresser son joueur en le faisant passer d’amateur à professionnel en jouant sur des patinoires extérieures. Comme lorsqu’on était plus jeune et qu’on jouait au hockey sur les lacs gelés ou les patinoires de plein-air. Bonnet sur la tête, patins moyennement aiguisés, c’est parti pour un match à l’ancienne avant un bon chocolat chaud. Dans World au CHEL, on devient le meilleur joueur de hockey en prouvant sa valeur sur la glace. Règlement minimum, l’arbitre n’est là que pour les faceoffs. Pas de hors-jeux ou de fautes pour brutalité ou rudesse comme disent les têtes-à-claques. Donc, 3 contre 3, des périodes de 2 minutes pour des matches courts mais intenses. Si les premiers matches sont simples, plus on avance et plus ça se complique. Les joueurs stars deviennent plus performant et se font moins avoir. Les gardiens sont plus vigilants et réactifs. C’est un mode sympa, surtout qu’il nous fait sortir des arénas fermées pour prendre un peu l’air. Cependant, ça ressemble un peu au mode Threes du jeu, mise à part que ce dernier a le côté wtf avec les mascottes et les buts spéciaux, là c’est plus classique. Et aussi, il a la grande différence que l’on ne contrôle que et uniquement son joueur et pas les coéquipiers, contrairement à Threes où on change de joueur. On peut aussi jouer en ligne à ce mode mais aussi au mode Docks. Là, c’est du 1vs1vs1 sur une demi patinoire. Rapide et très rigolo, c’est du chacun pour soi.

World of CHEL, c’est aussi de la customisation. On peut équiper son personnage de la tête au pied à sa guise, visage et cheveux compris, au travers d’une galerie de bonnets, pantalons, parka, hoodies, maillots, gants et autres vêtements. Les accessoires comme les patins et les cannes sont aussi personnalisables. Adidas et les équipementiers officiels de la NHL sont aussi là pour des produits de marque. C’est pas mal. Plus on gagne, plus on récupère des caisses de matériels pour mieux se représenter. On peut aussi remporter des casques de gardien pour customizer son équipe et même des emotes pour célébrer les buts. On peut aussi choisir, parmi un éventail de catch phrases, des mots doux échangés lors des body-checks ou des buts. Ce qui est rigolo, c’est qu’il y a des phrases en français ou plutôt en québécois. Il est possible de jouer en ligne depuis world of CHEL pour des parties rapides en extérieur ou à NHL Threes. NHL Threes reste fidèle à lui-même avec son tour de l’Amérique. Toujours aussi fun avec une ambiance de malade.

Le point faible du jeu serait la gestion des menus. Ils sont innombrables. On passe d’un menu à l’autres sans arrêt. Il y a des chargements un peu partout. C’est lent à naviguer. Il faut valider ses choix. Etc. Etc. C’est lourd à la fin. En plus, le jeu ne pense même pas à garder la position de la progression dans les menus. Par exemple, dans World of CHEL, au lieu de sélectionner l’épreuve suivante automatiquement, le jeu reviens toujours à la première épreuve. C’est assez ennuyeux et faut pas oublier, car avec la lisibilité, on ne remarque pas toujours tout de suite et on se fait avoir.

NHL 19 est marqué cette année par l’arrivé du nouveau World of CHEL qui est mode fort sympathique. Un bel ajout aux nombreux modes déjà disponible pour la franchise NHL. Ce qui est la vraie nouveauté, à mon sens, cette année, c’est l’amélioration du gameplay. On s’en rend tout de suite compte. Le jeu répond mieux, on est meilleur, c’est plus dynamique. Ce n’est peut-être pas grand-chose et ça ne saute pas aux yeux tout de suite, mais manette en main, ça change pas mal. Et c’est pour moi le plus gros argument de vente de ce NHL 19. Le plaisir de jeu est sans égal à la version 18 qui était très bien déjà, mais là c’est un autre niveau de perfectionnement. Il y a tout qui fonctionne mieux. C’est plus naturel. On est en contrôle. Ça va plus vite. Le jeu est simplement, plus intense. C’est du grand spectacle. Après, le jeu est gavé de contenu et propose des expériences bien différentes avec Threes et CHEL, tout en gardant ses modes classiques pour faire sa saison complète, les playoffs, gérer et monter son équipe avec Draft, créer et faire évoluer son joueur dans Be a Pro et bien d’autres. Il y a plus de quinze modes de jeu. Si on aime le hockey, il y a de quoi faire pendant des mois. Il y a des entrainements avec commentaires et vidéo explicatives pour apprendre et perfectionner son niveau de jeu avec le Team Canada. Il y en a pour tout le monde. Il y a de l’arcade et de la simulation. C’est fun et sérieux. On peut jouer simplement avec ses équipes préférées ou plonger plus profondément dans la gestion de clubs avec Draft et Ultimate team. Il y a la Swiss National League ainsi que beaucoup d’autres ligues européennes et nord-américaines. C’est vraiment une expérience complète pour les amateurs de hockey. NHL 19 est la référence vidéoludique du Hockey.

Les plus :

  • Les améliorations du gameplay
  • Plus rapide, plus fort, plus maitrisé que jamais
  • World of CHEL, un mode sympa offline et online
  • Threes toujours présent et fun à jouer
  • Un contenu impressionnant

Les moins :

  • Les menus à rallonge lourd et lent à naviguer
  • Quelques oublies pour faciliter et fluidifier la progression dans les menus
  • Pas d’amélioration graphique et toujours pas de Frostbite
  • Manque parfois de joueurs online


Éditeur : EA
Développeur : EA Vancouver
Date de sortie : 14 septembre 2018
Plateforme : PS4 & Xbox One

Genre : Hockey sur glace

NHL 19
4.5Note Finale

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.