Warning: A non-numeric value encountered in /home/clients/69f240c24f67ed29e8afc4785d2ca8a1/web/wp-content/themes/valenti/library/core.php on line 1606

Warning: A non-numeric value encountered in /home/clients/69f240c24f67ed29e8afc4785d2ca8a1/web/wp-content/themes/valenti/library/core.php on line 1606

Warning: A non-numeric value encountered in /home/clients/69f240c24f67ed29e8afc4785d2ca8a1/web/wp-content/themes/valenti/library/core.php on line 1606

La réalité est souvent plus étrange que la fiction. La Nintendo Switch s’apprête à accueillir ses premières aventures Layton. A défaut d’être un nouvel épisode original, L’aventure Layton : Katrielle la conspiration des millionnaires est un remaster des versions iOS et 3DS sorties il y a quelques années. Cette édition Deluxe ajoute une refonte graphique HD par rapport à la version 3DS, de nouvelles énigmes, d’autres différentes et/ou améliorées, une ergonomie plus intuitive, les 2 DLC sortis  »fille à papa » et  »Sosie de Luke ». Il y a aussi une cinquantaine de tenues pour habiller nos héros.


C’est sans vous cacher une certaine déception lorsque j’ai appris qu’un Layton sur Switch allait sortir, mais que c’était un portage. Alors oui, il y a du contenu supplémentaire, les graphismes ont été mis à jour, etc. Mais un nouvel épisode après 2 ans d’attente, ça aurait été bien, plutôt qu’un portage. J’ai donc décidé de remasteriser l’article review de la version 3DS sorti le 17 octobre 2017. Mais attention…avec des commentaires différents ou améliorés et de nouveaux screenshots pour habiller l’article.

Aventures, mystères, énigmes et nouveaux personnages, les aventures du professeur Layton font peaux neuves. Au revoir professeur Herschel Layton, faites place à la jeunesse. Katrielle Layton, Kat, sa fille, reprend la boutique. C’est elle qui tient le rôle phare de la série. Maintenant, c’est elle qui devra résoudre les différents mystères. Level-5 ne change pas pour autant la formule. On a toujours droit à une histoire très mystérieuse, mise en scène comme un anime japonais bercée aux douces mélodies jouées au violon et à l’accordéon, une animation de très bonne qualité et des dialogues, en français, très bien écrits parsemés d’humour. Le tout truffé d’énigmes plus farfelues les unes que les autres.

Tout commence par un rêve. Une petite fille court vers un homme qui s’éloigne et disparait dans la brume. L’homme n’est autre que le professeur Layton. Sans en dire plus, une jeune demoiselle d’une vingtaine d’années se réveille dans son lit. C’est Katrielle Layton, la nouvelle héroïne de cet épisode. C’est son premier jour en tant que détective professionnel. Elle ouvre son agence de détectives au cœur de la vibrante ville de Londres. Elle a déjà une bonne réputation de détective, de par son nom, et le nouvel inspecteur Musot fait appel à ses services espérant que Katrielle soit aussi doué que son père.

Nouvelle héroïne, donc nouvel assistant et nouveaux acolytes. Bye bye Luke, faisons place à Oliver, l’assistant qui s’impose de lui-même. Un peu maladroit et un peu naïf, comme Luke, Oliver est le comic relief et soufre douleur sur lequel on plaisante facilement. Katrielle fait aussi la connaissance d’un chien qui parle, mais amnésique. Il engage Katrielle afin qu’elle retrouve son identité et son passé. Katrielle accepte et lui donne le nom de Sherl en hommage à Sherlock Holmes. Sherl va suivre Katrielle et Oliver dans leurs aventures. Alors, le chien parle, mais tout le monde ne peut pas l’entendre. Katrielle n’est pas non plus la seule à le comprendre et n’est donc pas schizophrène. Oliver peut l’entendre aussi, mais pas l’inspecteur, par exemple. Musot de Scotland Yard est toujours à côté de la plaque d’ailleurs. Il y a une petite nouvelle, rivale de Kat, Emilia. C’est une profileuse, détective, inspectrice, qui se fie plus à la logique et aux preuves matérielles qu’aux théories fantaisistes de mademoiselle Layton.

Une deuxième enquête s’impose dès le début de l’histoire à Katrielle. Une des aiguilles des heures de Big Ben a disparu. Ni une, ni deux, Katrielle prend l’affaire et se lance à l’aventure. Le jeu commence vraiment à ce moment-là. Le long tutoriel, nous présente son gameplay et le constat est assez simple, on est en terrain connu. Les mécaniques de jeu n’ont pas changé d’un iota. On quadrille avec sa loupe les jolis décors dessinés à la main à la recherche de témoins ou d’éléments-clés qui feront avancer l’affaire en cours. Il faut aussi chercher les pièces pour obtenir de l’aide durant les énigmes. Neuf fois sur dix, on a le droit à de longs dialogues avec les personnages secondaires. Disons-le tout de suite. Il y a énormément de texte à lire dans le jeu et tout n’est pas intéressant. Alors, c’est très bien écrit, les situations et dialogues sont souvent cocasses. Il y a de l’humour et de la dérision, mais trop, c’est trop et on finit par skipper des dialogues entiers. Et là, on pourrait se dire quand faisant ça on ne va plus rien y comprendre. Pas de panique, Il suffit de lire les dialogues des parties importantes en fin de chapitres. Ça se répète et ça résume tout comme il faut, comme un bon vieux Hercule Poirot.

La structure de l’aventure est un peu différente cette fois. Si on avait l’habitude d’avoir une histoire principale parsemée d’énigmes, les aventures de Kat proposent plutôt plusieurs affaires. C’est beaucoup plus épisodique, si on veut. Il y a toujours une quête principale, mais elle va prendre son temps pour arriver et un peu s’estomper aux profits de nouvelles affaires parallèles avec plus ou moins de liens entre elles. Il y en a une douzaine à résoudre. Si la quête principale partait bien avec un mystère assez intéressant, comme le chien qui parle, la disparition du professeur et la conspiration des millionnaires (c’est quand même le titre), on perd un peu l’intérêt au fil du temps en passant d’une quête  »secondaire » à l’autre. Au moins, tous les cas de Kat sont très différents et ça apporte un certain renouveau dans le jeu et retarde un peu la lassitude. Enfin, très différent, d’un point de vue scénaristique. Niveau gameplay, c’est toujours pareil. Et bien qu’on mène l’enquête avec Kat, on sent bien que c’est elle qui mène la danse et qui décide de la suite des événements en attendant ses propres conclusions. On est plus spectateur que détective. Enfin ça a toujours été un peu le cas.

Mais, on fait tout ça pour jouer aux énigmes, pas vrai ? Alors parlons-en des énigmes. Les jeux Layton sont connus et réputés pour leur grand nombre d’énigmes de bonne-facture. L’aventure Layton rend honneur en perpétuant la tradition et produit une belle ribambelle d’énigmes en tous genres. 170 énigmes principales qui vous feront travailler votre matière grise. Logique, mathématique, observation, les puzzles sont très variés et intéressants, pour la plupart. Ils restent très semblables à ce que les autres épisodes de la série proposent. Les habitués ne risquent pas d’être déçus à ce niveau-là. Mais bon, ça reste très similaire, mais depuis le temps, c’est difficile de faire de nouveaux types d’énigmes totalement originales.

Niveau difficulté de résolution, c’est très relatif. Tous les joueurs sont différents avec différentes aptitudes à résoudre différents problèmes. Si certaines énigmes se font en quelques secondes, d’autres nécessiteront plus de réflexion, de temps et la prise de notes. Mais le niveau est bon en général. D’ailleurs, c’est là que la version Switch est un poil en dessous de la version 3DS. L’utilisation du deuxième écran et du stylet pour naviguer et prendre des notes était tellement agréable et utile plutôt que le doigt. Sur Switch en mode portable, l’écran tactile est utilisable, ainsi que les sticks, mais sans stylet, c’est moins précis. Le manque d’un deuxième écran en permanence alourdit la prise de note avec des menus.

Pour la première fois, on peut jouer à un Layton sur une TV. Du coup, tout est plus grand et on profite mieux des graphismes. Par contre, on perd la fonctionnalité du tactile. Du coup, pour prendre des notes, avec les sticks, ce n’est pas ce qu’il y a de mieux, ni de plus précis. On peut cependant utiliser les motion sensors des manette Switch pour déplacer le curseur en appuyant sur ZR ou ZL. Pratique pour passer une scène à la loupe en quadrillant l’écran rapidement pour ne pas rater une pièce indice.

Par contre, il y avait aussi des énigmes un peu maladroites avec des énoncés longs et confus manquant d’éléments d’explications importantes à la résolution des problèmes. Même avec les indices débloqués et la solution connue, certaines énigmes restent un mystère non résolu. Est-ce que cela provient de mauvaises traductions ou d’énigmes faites à la va-vite, mystère. Mais les internautes se retrouvent tous sur les mêmes épreuves non résolues avec des explications bancales et différentes pour chacun. Quand on en est là, c’est que l’énigme ne fonctionne pas correctement. Heureusement, on peut skipper les énigmes pour y revenir plus tard et ainsi continuer l’histoire. Level-5 à l’air de s’être rendu compte du problème et a remplacé ses énigmes par des nouvelles.

Les nouvelles énigmes sont dispersées un peu partout dans les différentes affaires. Certains cas sont identiques aux autres versions et d’autres sont touchés plus profondément. En gros, il doit y avoir aux alentours de 15 à 20 % d’énigmes retouchées ou changées. Ce n’est pas énorme pour ceux ayant déjà fait l’aventure.

En marge du scénario principal, il y a plein de chose à faire et d’énigmes à résoudre. Il y a les énigmes du jour online qui se renouvellent. On nous propose une série de challenges plus ou moins corsés. Il y a les énigmes des plats. Il faut servir un repas complet à des clients capricieux. Les énigmes shopping. Là, il faut faire acheter des objets à des clients pressés. C’est un jeu de path finding. Et les épreuves de Sherl qui sont des labyrinthes puzzle-games. Tout mis ensemble le contenu est plutôt copieux. Le jeu annonce plus de 550 énigmes au total. Ce n’est pas rien.

L’aventure Layton : Katrielle et la conspiration des millionnaires n’est de loin pas un mauvais épisode. C’est plutôt pas mal à suivre avec des énigmes parfois intéressantes, mais ce n’est pas pour autant un épisode marquant de la série. Mise à part le changement des protagonistes, qui sont globalement assez réussis, on retrouve pratiquement toutes les vieilles ficelles de la série. Ce n’est pas un défaut en tant que tel, mais le manque de nouveautés couplé à un scénario un peu faiblard et décousu donne un sentiment global plus que mitigé et c’est dommage. Cette version Nintendo Switch corrige quelque souci d’énigmes en les remplaçant par d’autres. Les graphismes HD et la possibilité de jouer sur grand écran sont sympa, mais n’est pas un argument suffisant pour repasser à la caisse. Les deux dlc inclus sont déjà un meilleur argument de vente s’il n’ont jamais été fait.

Les plus :

  • Toujours aussi joli et enchanteur
  • La bande-son fidèle à la série
  • Les nouveaux personnages sympathiques
  • 170 énigmes diverses et variées qui font souvent réfléchir
  • Un VF et une bande-son de bonnes qualités
  • Des graphismes HD plus chatoyant que sur 3DS
  • Plus de contenu (550 énigmes au total)
  • Jouable sur une TV

Les moins :

  • Un portage sans grandes ambitions
  • Manque de renouveau pour un renouvellement
  • Le style épisodique, une bonne idée mal intégrée
  • Trop de dialogues écrits inutiles et inintéressants
  • Ce jouerait mieux en mode tactile…avec un stylet

 

Éditeur : Nintendo / Level-5
Développeur : Level-5
Date de sortie : 8 novembre 2019
Plateforme : Nintendo Switch

Genre : Aventure, Puzzle

L'aventure Layton : Katrielle la conspiration des millionnaires - Édition Deluxe
3.0Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.