La côte barbare

La côte barbare

Vous êtes, je suppose, habitué(e)s aux histoires de détectives privés, vous savez qu’elles fonctionnent toutes ou presque de la même manière. Quelqu’un qui se sent menacé ou qui a perdu quelque chose ou quelqu’un fait appel à un privé qui est censé écarter la menace ou retrouver ce qui a été disparu. Mais cela ne se passe jamais comme cela devrait. Soit le privé tombe dans un panier de crabe où chacun cherche à tirer les marrons du feu ou la couverture à lui… soit après avoir reçu un certain nombre de coups, il voit rouge et décide d’en découdre… soit enfin la police et son prétendu respect des lois oblige le privé à une certaine illégalité… On notera, et c’est ce qui fait un des charmes de ces histoires, que l’auteur profite de la fausse naïveté du privé pour dresser un portrait à charge du milieu dans lequel il le fait évoluer.

Là, et c’est un signe de grande qualité, il me semble que l’histoire n’est pas vraiment datée – une référence à la guerre de Corée, au truand Siegel, une affiche de Matisse -, sauf peut-être par les marques de voitures, pour qu’on puisse la lire presque comme contemporaine. Et ce d’autant plus que Ross Macdonald utilise ouvertement deux données rares dans le genre. L’homosexualité – un sujet guère apprécié aux États-Unis – et la psychanalyse freudienne – mal vue à l’époque – donnent du corps à l’histoire et justifient le discours de Lew Archer. Un discours qui stigmatise la corruption des élus et des policiers et même des artistes (on trouvera à ce sujet pages 157/158 une belle lamentation de scénariste). Dans cette histoire ce n’est pas franchement dit pour ce qui est de la police mais c’est raconté. Alors on pourrait ranger ce genre de roman du côté des romans édifiants. Des romans à morale qui donnent des leçons de conduite. Mais attention, cette leçon vous est donnée en toute subtilité, vous n’êtes pas obligés de sentir la volonté de Lew Archer/Ros Macdonald. Et il vous aide, il fait régulièrement son mea culpa en se traitant d’imbécile pour n’avoir pas su voir ce qui était évident… Ah ! mais je ne vous ai rien raconté de l’enquête… Ce n’est pas grave elle se lit avec plaisir.

Bonne lecture.

La côte barbare
Auteur : Ross Macdonald
Editeur : Gallmeister

www.gallmeister.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.