Warning: A non-numeric value encountered in /home/clients/69f240c24f67ed29e8afc4785d2ca8a1/web/wp-content/themes/valenti/library/core.php on line 1606

Warning: A non-numeric value encountered in /home/clients/69f240c24f67ed29e8afc4785d2ca8a1/web/wp-content/themes/valenti/library/core.php on line 1606

Warning: A non-numeric value encountered in /home/clients/69f240c24f67ed29e8afc4785d2ca8a1/web/wp-content/themes/valenti/library/core.php on line 1606

Je me permettrai de trouver l’illustration de couverture très réussie (une aquarelle qui donne une impression de photographie) et rendant compte à mon sens de l’impression que peut provoquer la lecture du roman.

Il s’agit du premier livre de l’auteur traduit en français mais la liste de ses œuvres écrites et publiées en kurde est assez longue. Si l’on en croit l’Avis au lecteur qui suit le mot fin, le texte date de 2011. Il n’a donc pas été écrit initialement pour des lecteurs francophones et je pense qu’il faut y penser en le lisant. Cela permettra au lecteur de ne pas considérer les répétitions d’informations comme des maladresses d’écriture.

Le narrateur est kurde (Irakien), peintre et veilleur de nuit dans un hôtel (Europa) de bon standing en France. Il rencontre un Iranien ex-mollah qui ne parvient pas à obtenir de titre de séjour. Les propriétaires de l’hôtel sont de riches juifs portugais, une mère et son fils, ce dernier est un fin connaisseur de la culture iranienne et universitaire. Il a été l’amoureux platonique d’une belle Iranienne qui, sur l’ordre de son père, est retournée dans son pays. L’ex-mollah est mal vu par les autres immigrés qu’il fréquente. Mais ressemble comme deux « moitiés de pomme » à l’universitaire qui malgré le risque qu’il encourt rêve d’aller en Iran pour retrouver celle qu’il aime. Si l’histoire attachante peut être sans surprise on ne manquera pas d’apprécier les considérations échangées à propos de l’Orient et de l’Occident. Je ne sais pas si l’auteur a pensé à Charlie Chaplin en écrivant les phrases que je vous propose en citation, mais j’avoue pour ma part l’avoir fait : « Car je crois que le monde, comme un ballon, se dégonfle tout entier si le moindre trou existe. Si un seul point du ballon est percé, tout le globe est meurtri. » Ces propos sont tenus par le propriétaire de l’hôtel.

Bonne lecture. Un roman à faire circuler autour de soi…

Europa hôtel
Auteur : Ferhad Pirbal
Editeur : Maurice Nadeau

www.maurice-nadeau.net

Europa hôtel
5.0Note Finale

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.