emprise - extrait

emprise – extrait

Clairement inspiré de Stephen King (l’hommage est évident), cet épais volume est la première bande dessinée d’Aurélien Rosset. L’ambiance est bonne, glauque et noire à souhait, le fantastique est distillé avec justesse même s’il manque d’inspiration pour réellement surprendre l’habitué. L’œuvre souffre également de quelques défauts de jeunesse. Le style graphique n’est pas encore très affirmé, assez gauche, et fait plus story-board ou ébauche que dessin finalisé et encré, un peu à la manière d’un Ronan Toulhoat. Pourquoi pas, mais la colorisation numérique rajoute parfois du flou là où cela semble vraiment superflu. Il n’empêche qu’il y a aussi de bonnes choses, comme ces dossiers intermédiaires faits principalement d’extraits de journaux qui ajoutent une part de réalisme bienvenu à l’ambiance de l’album. Il y a de belles promesses dans cette première tentative, même si ce sont surtout les amateurs du genre qui se prendront au jeu et s’amuseront à trouver les quelques clins d’œil.

Heureusement, ces hommages ne parasitent pas l’enquête de ce flic sur les étranges événements se produisant depuis quelques temps à Shelter’s Lot. Violences, sévices corporels, disparitions et meurtre d’enfant, l’investigation montrera rapidement des relents mystiques et fantastiques. Emprise et possession par des entités manipulatrices et malveillantes sont au rendez-vous et une fois pris au jeu le lecteur peut difficilement lâcher sa lecture, passant outre les imperfections. Un premier essai qui ne demande qu’à être transformé.

Emprise
One-shot
Dessinateur et scénariste : Aurélien Rosset
Éditeur : Akileos

http://akileos-editions.blogspot.fr/

https://vimeo.com/channels/emprise

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.