Warning: A non-numeric value encountered in /home/clients/69f240c24f67ed29e8afc4785d2ca8a1/web/wp-content/themes/valenti/library/core.php on line 1606

Warning: A non-numeric value encountered in /home/clients/69f240c24f67ed29e8afc4785d2ca8a1/web/wp-content/themes/valenti/library/core.php on line 1606

Warning: A non-numeric value encountered in /home/clients/69f240c24f67ed29e8afc4785d2ca8a1/web/wp-content/themes/valenti/library/core.php on line 1606

Certains morts respirent encore

Avant de vous dire tout le bien que je pense de ce livre, je voudrais vous signaler deux lectures potentielles. Vous savez, comme il est indiqué sur certains sites : lectures annexes. Une d’abord en lointain rapport mais passionnante de Guido Ceronetti Le silence du corps (c’est chez Albin Michel) et l’autre plus directe, les deux volumes qui traitent des aventures du Gang de la clef à molette d’Edward Abbey (c’est chez Gallmeister).

Ce livre est le dernier volume d’une trilogie qu’éditorialement on a baptisé : Une histoire pas naturelle de l’Amérique. C’est aussi le dernier élément de réponse fourni par l’auteur à la question qu’il s’est posé avant d’entamer cette trilogie. « Comment un individu peut-il avoir une vie morale au sein d’une culture de la mort ? » Jim Harrison écrivait en 2012 à propos de Charles Bowden : « Lisez-le, vous n’avez rien à perdre, si ce n’est quelques fausses certitudes. Aucun autre écrivain dans ce pays ne porte un regard aussi détaché et aussi lucide sur notre culture. » Si vous voulez le situer, je pense que vous pouvez le mettre à la suite de Woody Guthrie et de Bob Dylan. Il écrit par touches, par images, un peu à la façon des Polaroïd. Il montre une scène et nous laisse nous débrouiller avec la conscience que nous pouvons en avoir. Un peu à la manière du peintre David Hockney qui avait reconstitué une réduction du Grand Canyon du Colorado en mettant bout à bout des polaroïds du Canyon… Charles Bowden nous propose une suite de scènes de vie qui rendent compte de l’Amérique telle qu’il l’a perçue. A mon humble avis, un livre indispensable, un livre, une trilogie à offrir. Il m’étonnerait que l’on vous reproche ce cadeau.

Citation, pour le plaisir : « Je vis une époque gouvernée par la peur, mais cette peur n’est pas celle de la guerre, des intempéries, de la mort, de la pauvreté ou du terrorisme. C’est la peur de la vie elle-même. C’est la peur du lendemain, d’un temps où les choses ne deviennent pas meilleures mais pires. »

Bonne lecture.

Certains morts respirent encore
Auteur : Charles Bowden
Editeur : Albin Michel

www.albin-michel.fr

Certains morts respirent encore
5.0Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.