The Young World, tome 1

The Young World, tome 1

Attention, ce livre est des plus irritants pour le lecteur adulte qui s’intéresse à ce que lisent les jeunes… En quatrième de couverture on trouve l’information suivante : « à partir de 13 ans », moi je veux bien mais je recommanderais plutôt ce roman pour un jeune ayant une bonne connaissance de la littérature, pour un jeune averti et capable d’aborder certains sujets avec une maturité certaine. En couverture on peut lire « Bienvenue à New-York ville en voie d’extinction » (on notera que le terme disparition peut sembler plus juste) cette information nous permet de situer l’action dans une ville post « apocalypse ». Les adultes sont morts et les jeunes garçons meurent tôt après leur vingtième anniversaire. Nous sommes entre jeunes et la référence à « Sa majesté des mouches » (le chef d’œuvre de William Goldwin) est soulignée par l’auteur, tout comme à un certain nombre de feuilletons TV et de jeux vidéos. Dans ce monde sans adultes, les jeunes ont bien sûr adopté un comportement adulte – liberté sexuelle, consommation de produits interdits – et se livrent des guerres pour la mainmise sur des territoires et de quoi se nourrir. Nous suivons un petit groupe dont un des membres appelé BrainBox a tout de l’autiste et veut découvrir l’origine de la maladie qui décime le monde, il veut aller là où ont eu lieu les dernières recherches … Il est accompagné de Jefferson (dont le frère vient de mourir), de Donna dont Jefferson est amoureux, de Peter et d’Opaline une jeune chinoise et, un peu plus tard, de Kath qui fuit un groupe dominant. Ils vont rencontrer de multiples épreuves. Et l’histoire est racontée chacun leur tour par Donna et Jefferson. Chaque chapitre porte le prénom de celui qui raconte.

Vous n’avez pas jusque-là vraiment compris pourquoi je parlais de lecteurs cultivés et matures, je vous explique. Alors que le groupe se dirige vers une bibliothèque pour y chercher une revue que veut lire BrainBox, Peter demande à être arrêté devant une église et là il discute avec Jefferson du pari de Pascal, plus loin il est question de Mark Twain… Il n’est pas certain que beaucoup de jeunes lecteurs « à partir de 13 ans » connaissent un dénommé Blaise Pascal et aient lu Huckleberry Finn (vu en dessin animé c’est différent)… Combien même de lecteurs adultes se sont frottés à Blaise hors de l’usage d’une machine à calculer ?

Il n’empêche, c’est passionnant et on se laisse emporter par les réflexions de Jefferson et Donna.

The Young World, tome 1
Auteur : Chris Weitz
Editeur : Livre de Poche

www.livredepoche.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.