Sagittarius

Sagittarius

Je ne sais qui préside au ni qui décide du choix des illustrations et des compositions des couvertures mais pour ma part je ne lui décernerais pas de médaille de bon goût.


Difficilement lisible, un rien malsaine par son rappel d’un peintre surréaliste et surtout au titre – bien coupé à la double consonne – mais dont chaque élément n’a plus de sens… On se croirait revenu au temps où les commerciaux dictaient aux directeurs de collections la couleur et le format des livres… Et c’est d’autant plus surprenant que l’auteur est cofondateur d’une maison d’édition. Pour le plaisir d’enfoncer le clou, je vais me permettre de vous citer les deux dernières phrases consacrées en quatrième de couverture… Si l’on décernait comme le Canard Enchaîné des récompenses aux sentences particulières, celles-ci mériteraient le pompon. Donc : »Sébastien Raizer livre avec Sagittarius un thriller métaphysique sous haute tension, où se télescopent les enjeux d’aujourd’hui et les combats de demain. Un univers total qui électrochoque la notion d’humanité, avec radicalité et panache.  » (Essayez pour voir de mettre certains mots de ce texte à la place d’autres mots de ce texte !!!). Personnellement, dans le genre thriller métaphysique (??!) j’en étais resté avec grand plaisir sur les bonnes œuvres d’un certain Maurice G. Dantec (décédé il y a quelque temps) et lui aussi publié en Série Noire. Lui au moins ne donnait pas cette fichue impression de tirer à la ligne en considérant qu’une phrase pouvait faire paragraphe – imaginez Alexandre Dumas ou Ponson du Terrail disposant d’un ordinateur ! Un roman pour moi sans grande surprise dont on aurait bien aimé connaître la playlist, pour doubler peut-être les effets d’électrochoc…

On attendra tranquillement le roman suivant pour confirmer ou infirmer…

Bonne lecture.

Sagittarius
Auteur : Sébastien Raizer
Editeur : Gallimard
Collection : Série Noire

www.gallimard.fr

Sagittarius
2.5Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.