Poumon vert

Si l’on établissait un classement des collections littéraires je verrais bien celle-ci occuper un niveau très élevé, ne serait-ce que pour le rapport qualité/prix. De courts romans, des couvertures finement illustrées, des traductions de haut niveau, des auteurs de choix… Tout pour ne pas s’ennuyer. Et, pour ce que j’en ai lu, une science-fiction qui change.

Nous sommes en effet avec ce titre très très loin de ce qui marche en matière de cinéma par exemple… (Wonder woman). Ces histoires de guerre des étoiles sur fond de clones et de force intériorisée. Poumon vert raconte le passage de l’enfance à l’âge adulte dans une société matriarcale. Jalila, douze ans, déménage des hautes plaines vers la ville. Avec ses trois mères elle s’installe à Al Jamb. Elle va découvrir la civilisation interstellaire, les hommes, l’amour et la société. Et cela sans la moindre violence, sans la moindre bagarre. Il s’agit d’une science-fiction que je baptiserais « douce ». Sa première caractéristique me semble être de montrer que l’on peut vivre sans heurt avec les autres malgré les différences. Les règles de cette société sont découvertes en situation, en mouvement, quand Jalila s’y confronte. Non seulement cette société est en accord avec la planète qui l’abrite mais les deux ensembles constituent « un accord écologique ». Nous sommes dans une société matriarcale écologique et si vous avez fait attention au prénom de l’héroïne et au nom de la ville vous avez repéré leur sonorité arabisante… Nous sommes donc dans une science-fiction humaniste, soucieuse d’autrui. Et qui se lit avec un plaisir de lecture manifeste. Ça coule comme du petit lait…

Une science-fiction qui repose et qui donne insidieusement à penser.

Bonne lecture.

Poumon vert
Auteur : Ian R. Macleod
Editeur : Le Bélial’
Collection : Une heure lumière

www.belial.fr

Poumon vert
5.0Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.