Warning: A non-numeric value encountered in /home/clients/69f240c24f67ed29e8afc4785d2ca8a1/web/wp-content/themes/valenti/library/core.php on line 1606

Warning: A non-numeric value encountered in /home/clients/69f240c24f67ed29e8afc4785d2ca8a1/web/wp-content/themes/valenti/library/core.php on line 1606

Warning: A non-numeric value encountered in /home/clients/69f240c24f67ed29e8afc4785d2ca8a1/web/wp-content/themes/valenti/library/core.php on line 1606

Plop

Contrairement à ce que vous pourriez penser en voyant la couverture, c’est bien elle qui m’a d’abord attiré : ces quatre personnes qui montent dans une « obscure clarté » (merci à Corneille et Rembrandt) ont retenu mon attention et puis le titre. Puis, en quatrième de couverture, le texte de présentation a achevé de me convaincre. Je vous laisse découvrir l’origine du titre qui est aussi le nom du personnage principal… Si vous voulez un premier écho de lecture, souvenez-vous de « La guerre du feu » et de « Le Félin géant » de J.-H. Rosny ainé… La différence est que Plop se situe dans un univers post apocalypse sur lequel il pleut presque tout le temps et que les tribus qui l’arpentent piétinent dans la boue. Leur vie comptabilisée en solstices se résume en survie entrecoupée de fêtes et de batailles rangées avec quelques séquences de Troc, avec une obligation précise « interdiction de montrer sa langue à l’autre ». Plop est plus intelligent que les autres grâce à celle qui l’a recueilli et élevé. Il a appris à lire… Il a eu des amis, Tini et Urso, Et un jour il a voulu être chef.

Une vie racontée par on ne sait qui en chapitres plus ou moins longs et avec des ellipses sans que nous puissions faire un décompte exact des solstices. Mais cela n’a pas d’importance. Ce qui importe c’est la vie de ces errants, vie de solitaire où la famille et l’entraide semblent des anomalies. A la sexualité débordante mais où l’on distingue utiliser l’autre et faire du sexe… Des errants qui ressemblent à des migrants en quête d’un asile sûr… Il y a même un « messie » qui vient leur parler d’une Terre Saine où il voudrait mener tout le monde. L’écriture est dense et ne laisse pas de temps morts. Et ce texte court – moins de deux cents pages – s’il ne laisse pas le lecteur sur sa faim le laissera, je crois, dubitatif. Comment « juger », considérer « Plop » l’individu ? L’auteur se laisse le soin de décider comment le ranger, dans quelle catégorie d’individu. Faites circuler, offrez et confrontez vos opinions…

Bonne lecture.

Plop
Auteur : Rafael Pinedo
Editeur : Folio SF

www.folio-lesite.fr/SF-Fantasy

Plop
5.0Note Finale

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.