Narkiss

Attention, il ne s’agit pas d’une banale édition de ce texte de Jean Lorrain. Celle-ci se veut reproduction fidèle de l’édition de luxe que l’auteur hélas n’a pu voir. Elle est illustrée de gravures. Mais à la différence des éditions de luxe numérotées elle est à la portée de toutes les bourses.

On notera que le texte est imprimé en capitales et ponctué, ce qui peut surprendre le lecteur habitué à lire vite. Heureusement le texte – la nouvelle – de Jean Lorrain demande un peu d’attention. Comme souvent pour les textes du 19ème siècle – publication de Narkiss dans « Le journal » en 1898 – l’auteur utilise un artifice : ce que je vais vous raconter c’est quelqu’un qui me l’a conté. Rappelez-vous Guy de Maupassant.

Lorrain prend ici prétexte d’un bouquet de fleurs posé sur son bureau pour évoquer un conte oriental… Un conte qui ressemble à celui de Narcisse, le jeune Grec qui se noie dans son reflet… On en profitera pour aller observer la vision du mythe peinte par Le Caravage… Nous sommes dans le monde d’Isis et d’Osiris. Narkiss est fils d’Isis et les prêtres qui servent la déesse décident d’isoler l’enfant, puis le jeune homme pour éviter qu’il se voie. On devine bien sûr ce qu’il advient. C’est dire que l’essentiel est peut-être ailleurs. Dans la luxuriance de la végétation, dans le parfum capiteux et envoûtant des plantes et des fleurs, comme dans l’odeur poignante de putréfaction des chairs des animaux sacrifiés peut-être. Ou dans la solitude de l’enfant sauvage qui ne se plaît qu’à la nuit quand la fraîcheur arrive. Petite remarque : au fil de ma lecture j’ai trouvé une certaine ressemblance entre ce jeune Narkiss et Alix le personnage imaginé par le dessinateur Jacques Martin.

Suggestion aux enseignants : proposer l’étude de la description du bouquet…

Bonne lecture.

Narkiss
Auteur : Jean Lorrain
Editeur : GayKitschCamp

www.gaykitschcamp.com

Narkiss
5.0Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.