Après un certain nombre de travaux de commande tels que Little Big Planet PS Vita ou encore Tearaway Unfolded, le studio Tarsier sort son propre jeu de plateforme : Little Nightmares, un titre qui donne déjà quelques idées sur ce qu’il renferme.


De mon côté, ce jeu n’était pas vraiment attendu, mais il m’a surpris très rapidement en bien. Les premières minutes de jeu vous mettent tout de suite dans l’ambiance si particulière de ce jeu à l’atmosphère travaillée. Malheureusement, pas de scénario ni de dialogue approfondi afin de connaître vos motivations. Uniquement une vidéo d’introduction (trop) courte et c’est tout. Initialement appelé Hunger, le jeu fait donc la part belle à la faim, que ce soit celle de l’héroïne qu’elle essaiera d’assouvir à la fin de chaque niveau, ou celle des ennemis qui vous poursuivront à travers les différents tableaux des niveaux. Au-delà de ce constat de base, à vous de tirer les conclusions que vous voulez sur le message du jeu qui pour ma part est resté relativement opaque.

 

Une atmosphère bien particulière

Comme déjà dit lors de l’introduction, l’atmosphère de Little Nightmares est très travaillée et est sans aucun doute son gros point fort. Sans que cela soit clairement dit, le joueur se rend compte rapidement que le jeu se déroule dans une cale d’un énorme navire. Que ce soit le roulis incessant ou encore les décors qui rappellent le monde maritime, le software sait vous faire comprendre où vous vous trouvez, mais malheureusement, vous ne saurez jamais vraiment le pourquoi vous y êtes… Au niveau des graphismes, le jeu est magnifique. Ce qui m’a le plus marqué est l’utilisation de la lumière et des ombres. L’héroïne est munie d’un briquet qui permet d’éclairer ses abords. Même si cela n’est que peu utile dans le jeu, le fait est que techniquement, ça a clairement de la gueule. Quant au design général du jeu, le moins que l’on puisse dire est qu’il est sombre. Que ce soit par les tons choisis (tout est dans les noirs/gris, seul le manteau de l’héroïne est jaune), par les designs des niveaux ou encore le design des ennemis, ce jeu est clairement à ne pas laisser entre les mains des plus petits d’entre vous. Même si le jeu ne fait pas peur à proprement parler, il a quand même une ambiance malsaine qui ne plaira pas à tout le monde. Les méchants du jeu qui n’auront cesse de vous pourchasser afin de vous attraper sont extrêmement bien conçu et sont difformes à souhait et le sentiment de faiblesse est bien présent car tout est beaucoup plus grand que vous (vous n’aurez qu’à vous accroupir afin de vous cacher sous un lit pour éviter un de vos poursuiveurs).

C’est bien beau, mais est-ce que c’est jouable ?

Au niveau du gameplay, mon avis est plus partagé. Il s’agit d’un jeu de plateforme en pseudo 3D. Le déplacement est possible de gauche à droite, en hauteur et dans une certaine mesure en profondeur, ce qui rend parfois le jeu frustrant car la gestion des sauts n’en devient que plus compliquée. Par contre, au cours des 4-5h qu’il vous faudra pour finir le software, aucune marque d’ennui, tous les tableaux sont différents avec des manières différentes de résoudre les petites énigmes qui sont sur votre chemin. Il s’agira la plupart du temps d’énigme relativement simple, sauf quand il vous faudra trouver comment échapper aux habitants des entrailles du navire. Heureusement, la clé de votre survie viendra des difformités de ces derniers ; par exemple, un ennemi au bras trop court ne pourra pas vous attraper sous un lit ou sur une étagère. C’est bien simple, le jeu est tellement prenant qu’au bout de 2h, vous n’aurez pas envie de poser la manette et arrivé à la fin, vous en désirerez assurément plus.

Les plus :

  •  Une ambiance malsaine très bien transcrite
  • Une technique irréprochable, surtout sur l’éclairage

Les moins :

  • Un poil trop court
  • L’histoire qui aurait mérité d’être plus explicitée

 

Éditeur : Bandai Namco Entertainment
Développeur : Tarsier Stuidos
Date de sortie : 28.04.2017
Plateforme : PS4, Xbox One, PC

Little Nightmares : Le petit chaperon jaune au pays des horreurs
3.5Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.