L'invention de la pauvreté

L’invention de la pauvreté

En pages intérieures vous trouverez l’information importante concernant l’auteur : c’est un économiste. Cela vous permettra de situer l’auteur de la deuxième citation critique en quatrième de couverture : Thomas Piketty. Un autre économiste, oui ! Et comme c’est censé être drôle je situerai cette œuvre entre du Woody Allen et les Marx Brothers pas trop loin toutefois de notre bon vieux Pierre Dac.

Rodney, un des personnages principaux, est conseiller à l’ONU et considéré comme le spécialiste mondial de la misère… Il se marie et rencontre l’amant de sa femme spécialiste du comptage des poissons qui va lui donner une bonne idée à propos de pauvreté. Une idée qui va lui permettre de donner une idée de la pauvreté qui satisfera les techniciens onusiens… L’amant de l’épouse de Rodney n’est jamais longtemps pauvre puisqu’il se doit de se trouver une femme à chaque fois plus riche pour payer les dettes qu’occasionnent ses divorces et les pensions alimentaires à verser. Vous avez compris, nous sommes dans la caricature d’un monde – à la manière du Fellini de Roma – où chacun est d’abord fort imbu de lui-même et donc soucieux du regard que les autres portent sur lui… Une sorte de « société du spectacle »… Mais même et surtout si c’est « malin » comme le dit le critique littéraire de Marianne cela se contente des idées à la mode et de conforter un peu le cynisme ambiant… Je me permets de vous proposer une phrase extraite du livre, elle a le mérite de me laisser un peu sceptique quant au but recherché par l’auteur. Elle me donne à penser que ce roman doit plus faire sourire dans les beaux quartiers que du côté des amis de Robin des Bois… « Le problème des pauvres, ce n’est pas d’être pauvres, c’est d’être pauvres parce que les riches en ont décidé ainsi. » Étonnant, non ?

Bonne lecture.

L’invention de la pauvreté
Auteur : Tancrède Voituriez
Editeur : 10-18

www.10-18.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.