L’inceste

Quelle étrange illustration de couverture ! On pourrait se demander en regardant la petite reproduction de l’intégralité de ladite photo en quatrième de couverture (et son titre : El salvador) s’il n’y a pas d’erreur, si quelqu’un n’a pas interverti avec un autre livre.

J’ai pour ma part découvert Christine Angot avec son premier livre « Vu du ciel » (Folio) et je l’ai un peu suivie par la suite et puis je ne sais quoi de germanopratinisme (Saint-Germain-des-Prés), d’un peu surfait, de par trop médiatique m’en avait écarté… Il est indéniable qu’elle sait écrire et même – à mon humble avis – beaucoup mieux que certaines de ses consœurs apparues après elle et qui plaisent aujourd’hui.

En entrant dans ce livre vous risquez d’être surpris par le rythme des phrases et la forme de la confession. Cela ressemble à une retranscription d’un enregistrement. Mais essayez tout simplement de lire à haute voix. Ce n’est pas du parler, c’est de l’écrit et même fort stylé. Et cela renforce le côté théâtral, joué. A mon sens la démonstration est convaincante. Si l’on se contente de dire ce qui est, ce qui s’est passé, cela manque de crédibilité. Cela ne semble pas vrai, cela n’est pas vraisemblable. Il faut exagérer les effets pour qu’ils fassent de l’effet. Il faut enfoncer le clou. Page 114 la démonstration se renforce avec une série de définitions qui ont le mérite de mettre des mots sur du vécu et donc de créer pour le lecteur une sorte de décalage qui, je pense, fait prendre conscience.

Si vous lisez ce livre, ce qui est hautement souhaitable, faites-le d’une traite. Sans vous laisser distraire…

L’inceste
Auteure : Christine Angot
Editeur : J’ai Lu

www.jailu.com

L'inceste
5.0Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.