Alors que la lutte pour le championnat entre Vettel et Hamilton bat son plein, Codemasters sort sa nouvelle version du jeu de formule 1. Nouveautés, enrichissement et perfectionnement, le petit arrêt au stand du développeur a-t-il été bénéfique pour prendre la pole position?


Pas besoin de tourner pendant longtemps au tour du pot, ou plutôt du circuit, pour réaliser que F1 2018 est simplement splendide. Depuis quelques années déjà, Codemasters a su reprendre les fondamentaux de ce qui fait un bon jeu de formule 1. Un gameplay prenant et hyper agréable. Simple et exigeant. Une accessibilité totale pour satisfaire tout type de joueur. Du beginner casual au vétéran exigeant, tout est réglable et ajustable afin d’offrir l’expérience la plus adaptée aux demandes des joueurs. Ensuite, niveau contenu, codemasters étoffe son offre avec une carrière encore plus immersive avec, en plus des objectifs de saison de l’écurie et les rivalités entre pilotes, une dimension sociale avec des interactions dans le monde de la communication. Le pilote sera enclin à répondre aux questions des journalistes, ce qui influencera sa carrière. Le mode online fonctionne toujours bien du moment que les joueurs jouent fair-play. Les monoplaces rétros sont toujours là et augmentent en volume avec 6 nouvelles arrivées montant le total à 18. Tout est là pour satisfaire les fans de Formule 1 et leurs en donner pour leur argent.

F1 2018 est une simulation très poussée. Il faut être un fin connaisseur pour se rendre compte de tout ce qui est pris en compte dans le jeu. De la physique aux règlements compliqués, tout est là comme si on y était. La télémétrie est hyper complète. Il y a l’usure des pneus, du moteur ainsi que l’échauffement des gommes et du châssis, la gestion de l’essence, le revêtement de la piste, l’aérodynamisme, la météo, le DRS, le ERS et j’en passe. Bref, à peu près tout ce qu’il y a en Formule 1 est là, sauf les grid girls. Pour les amateurs de réalisme, c’est excellent. Pour les joueurs qui veulent plus s’amuser au volant d’une monoplace et se prendre pour Hamilton, F1 2018 offre des solutions avec des assistances à la conduite qui règleront tous les problèmes pour un jeu fun simple et plaisant à sa guise sans prise de tête.

La carrière est le mode principal du jeu et celui qui a reçu le plus d’attention. On crée son pilote, on le fait signer dans l’écurie de son choix en prenant compte des objectifs qui ne sont pas les mêmes pour toutes et on commence la saison. On rencontre Claire, une jeune journaliste. Elle nous pose des questions après les sessions d’essais, les qualifications ou encore après la course pour avoir nos impressions. Il faut répondre parmi plusieurs choix qui détermineront la suite de notre caractère. Dépendamment des réponses, notre pilote sera plutôt chauvin à se mettre en avant et faire cavalier seul en tête, ou, au contraire, il sera plutôt team player, un membre de l’équipe qui partage les lauriers et félicite ses collègues. L’attitude choisie influencera les futurs contrats lors des mercatos de la F1. Un peu comme dans FIFA The Journey, ce qui plait aux fans, ne plait pas forcément aux écuries. Ce système est une bonne idée avec un vrai impact sur la carrière. Par contre, le temps pour choisir sa réponse est souvent trop court. On a environ 10 secondes pour lire et ensuite choisir sa réponse. Il y a souvent 4 choix de réponse qui sont souvent assez longs à lire. Du coup, on lit rapidement les premiers mots en devinant la suite pour avoir du temps de réflexion.

Le reste de la carrière est très similaire à l’an dernier. On a 3 phases d’essai libre dans lesquels il faut effectuer des tests pour les mécanos afin d’améliorer la voiture. Il y a plusieurs types de test, comme l’usure des pneus, la reconnaissance du circuit, améliorer l’utilisation et l’accumulation d’énergie électrique, la gestion de l’essence, etc. En réussissant les épreuves, on gagne des points qu’il faut investir dans la R&D afin d’améliorer la voiture et rester compétitif avec les autres écuries. De plus, les règlements durant la saison peuvent changer. Il faut donc s’adapter rapidement et changer ses recherches afin de ne pas être à la traîne.

Puis, il y a les qualifications et le Grand Prix. Là, il est nécessaire de bien choisir les bons pneus ainsi que la bonne stratégie d’arrêt aux stands. Comme les courses sont paramétrables, les choix stratégiques peuvent changer. Par exemple, l’usure des pneus ne sera pas la même si les qualifs se font en un seul tour ou sur une session de 20 minutes. Idem pour le Grand Prix. Inutile de s’arrêter aux stands si la course ne fait que 5 tours. Par défaut, la course fait 15 tours. C’est assez long mais c’est un minimum pour se rendre compte de tous les petits pépins que l’on rencontre en course. Avec 15 tours ou plus, il faut faire attention au niveau d’essence, l’état des pneus, la température du moteur, etc. Car un arrêt aux stands perd énormément de temps sur une course de quelques tours. Sur une course de plus de 50 tours c’est déjà beaucoup, imaginez sur 5 tours.

La carrière est très immersive et on vit ce que l’on a l’habitude de voir à la TV les dimanches après-midi. La présentation réutilise les infographies de la FIA. Tout est identique à quelques oublies près, comme par exemple l’incrustation de la réalité augmentée en caméra embarquée qui affiche la vitesse et autres informations sur le nouveau halo de sécurité. D’ailleurs parlons s’en de ce halo. En vue cockpit, il y a maintenant une jolie barre au milieu de l’écran. C’est assez perturbant de conduire avec ça. Surtout que l’idée c’est de nous mettre à la place du pilote avec la même vue que lui, mais ce n’est pas le cas. Les pilotes en vrai n’ont pas la vue gênée comme dans le jeu. Du coup, mieux vaut jouer avec la vue juste au-dessus du cockpit pour un confort optimal.

F1 2018 est un très beau jeu de course. Les voitures sont encore plus belles et détaillées. Le souci du détail est une qualité chez les développeurs de Codemasters. Les circuits sont aussi un poil plus détaillés et plus fins que l’an dernier, j’ai l’impression. Ce n’est peut-être pas énorme, mais le rendu global est très satisfaisant. De plus, ils ont encore ajouté plus d’animations autour de la course pour être encore plus réaliste. Les animations de l’avant-course ou de l’après-course sont plus nombreuses et plus riches qu’avant. Par contre, elles ne sont pas toujours d’une fluidité exemplaire. Niveau fluidité, en course, aucun souci à se faire. Le jeu est fluide en toute circonstance.

Manette en main, F1 2018 est un pur plaisir. Les sensations sont très bonnes. Il faut commencer gentiment avec de l’assistance et les enlever petit à petit pour vraiment se sentir alaise aux commandes d’une Formule 1. On ressent toute la force de la voiture et toute la délicatesse qu’il faut avoir pour la dompter. Sans finesse et douceur, la voiture part en tête-à-queue ou ne tourne pas dans le premier virage. Très difficile à manœuvrer, sur avec la boîte à vitesse manuelle, il faut s’entraîner encore et encore pour y arriver correctement et faire de bons chronos. Si le réalisme n’est pas votre truc, rien n’empêche de garder les assistances par défaut ou d’en rajouter, mais attention à ne pas trop être en pilote automatique. Il faut garder le jeu plaisant avec un minimum de challenge quand même. N’empêche, c’est pratique pour faire jouer les tous petits qui veulent faire comme papa.

F1 2018 est un jeu qui demande concentration et discipline durant les courses. La moindre distraction ou perte de concentration et c’est la sortie de piste ou l’accident. Sur un Grand Prix de 15 tours, on est crispé sur la manette et l’effort d’endurance se ressent un peu. Heureusement, en cas de gros pépin, le jeu propose un système de flashback qui permet de revenir plusieurs secondes en arrière pour rectifier l’histoire et l’issue de la course.

Le online fonctionne bien. Il reste simple mais efficace avec des parties classées, non-classées et des championnats. On peut aussi faire des LAN en réseau local pour un ping minimum et du fun entre copains. Le système de niveau de sécurité classe les joueurs en fonction de leur attitude en piste. A force de jouer, on se forge une réputation de joueur propre ou dangereux. Les casse-cous auront tendance à se retrouver entre eux et les joueurs plus sérieux seront de leur côté. Rien n’empêche d’avoir de temps en temps des dépassements dangereux et des départs qui ressemble plus à du stock-car qu’à de la F1. Sur internet, on ne contrôle pas tout, mais dans l’ensemble les joueurs sont assez réglos et jouent correctement sans trop de sales coups. Heureusement. Après, il faut souvent être patient pour jouer online. Les parties sont souvent déjà commencées et il faut attendre la fin de la course et ça peut être assez long. Ensuite, il y a beaucoup de parties qui sont en mode réaliste avec dégâts, boîte manuelle, et aucune assistance. Bonne chance.

Vous l’aurez compris ce F1 2018 est un excellent cru cette fois encore. Sans révolutionner l’édition 2017, il apporte de petits ajustements et des améliorations au niveau de contenu, des graphismes ainsi qu’au gameplay pour perfectionner son simulateur de Formule 1. C’est fun, les sensations sont excellentes tout en proposant un gameplay à la fois accessible à tous et pointu pour les férus de simulation. Est-ce que ses améliorations sont suffisantes pour passer de la version 17 à 18? Peut-être pas. Le jeu est meilleur, certes, mais on a l’impression d’avoir tout de même un jeu très similaire et pas suffisamment différent pour repasser à la caisse un an après. Ils ont pensé à rajouter des monoplaces rétro, c’est une bonne idée. Il faudrait penser maintenant à ajouter de vieux circuits aussi comme Imola, Magny-Cours, Istanbul, Barcelone, Nürburgring et bien d’autres. La liste est vertigineuse. Il y avait même un circuit à Las Vegas dans les années 80. Sur les 21 circuits officiels de la saison 2018, il y a 2 nouveaux circuits, celui du Grand Prix de France Paul Ricard et celui d’Allemagne Hockenheimring. F1 2018 est un plaisir à jouer pour tous les adorateurs de F1 ainsi que les amateurs de bons jeux de courses de voitures. Et si, par bonheur, vous avez un volant pour y jouer, c’est le paradis.

Les plus :

  • Une simulation de F1 au top
  • Le plaisir au volant à 300 km/h
  • Encore plus complet et plus beau
  • La carrière mêlant conduite, stratégie, rivalité et égo
  • Plus immersif avec plus d’animations et de détails
  • L’influence des réponses sur la carrière
  • La météo dynamique qui influence la stratégie de course
  • Du multi local (LAN)
  • Comme à la TV et même plus encore

Les moins :

  • Le temps de réponse aux questions
  • Le halo de sécurité en vue cockpit
  • Toujours pas de musique en course (seulement les replays)
  • Quelques incrustations TV de télémétrie encore manquantes
  • Pas de circuit rétro


Éditeur : Koch Media
Développeur : Codemasters
Date de sortie : 24.08.2018
Plateforme : PS4, Xbox One & PC

Genre : Simulation de Formule 1

F1 2018
4.0Note Finale

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.