Warning: A non-numeric value encountered in /home/clients/69f240c24f67ed29e8afc4785d2ca8a1/web/wp-content/themes/valenti/library/core.php on line 1606

Warning: A non-numeric value encountered in /home/clients/69f240c24f67ed29e8afc4785d2ca8a1/web/wp-content/themes/valenti/library/core.php on line 1606

Warning: A non-numeric value encountered in /home/clients/69f240c24f67ed29e8afc4785d2ca8a1/web/wp-content/themes/valenti/library/core.php on line 1606

Edmond

Il s’agit d’une pièce de théâtre dont le sujet est Edmond Rostand, le père de Jean, et sa pièce la plus célèbre, Cyrano de Bergerac. Mais vous aviez deviné en voyant le nez orange dont est affublé l’homme en couverture. On notera que la pièce a été créée au Théâtre du Palais Royal le 15 septembre 2016.

« Les grands acteurs rêveront de jouer Cyrano, les jeunes actrices rêveront de jouer Roxane. » dit la comédienne qui crée Roxane à Coquelin qui interprète Cyrano, la formule est destinée à rassurer mais nous savons ce qu’il est advenu. Et je peux vous avouer – il y a prescription – qu’ayant pratiqué le théâtre en amateur je me suis une fois fait plaisir en présentant sur scène la tirade des nez. Hélas mon plaisir à la jouer a noyé le talent quelconque qui m’animait. Bref, cette pièce, malgré ses vers que l’on peut qualifier de vers de mirliton, émeut toujours. Alexis Michalik nous raconte comment elle aurait été écrite. Edmond – marié à Rose, deux enfants – vient de subir un échec, mais Sarah – la grande boiteuse – Bernhardt, insiste pour qu’il écrive une pièce pour le très grand Coquelin… Et c’est dans la rencontre avec Jeanne, habilleuse, qu’aime son ami Léo, comédien, qu’il va trouver l’inspiration. Jeanne admire Edmond qui écrit les lettres poétiques que Léo est censé envoyer à la jeune femme. Le personnage de Ragueneau est inventé pour donner un rôle au fils de Coquelin qui joue fort mal. En quête d’inspiration à certains moments, Edmond fréquente les lieux à la mode et y rencontre Feydeau, Courteline, Tchékhov, Stanislavski, Georges Méliès et sa musique de scène est l’œuvre de Maurice Ravel… Voilà pour ce que l’on peut voir. Mais je recommande au spectateur/lecteur de faire très attention à des phrases comme celle-là : « Léo, mon doux Léo, superbe et généreux » qui rappelle Victor Hugo.

On appréciera les passages où le texte de Michalik commente et intervient au milieu du texte de Rostand.

Un régal pour les gens d’esprit amoureux de cette fin dix-neuvième.

Bonne lecture, bon spectacle.

Edmond
Auteur : Alexis Michalik
Editeur : Albin Michel

www.albin-michel.fr

Edmond
5.0Note Finale

Articles similaires

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.