Baby Love

Baby Love

Au fur et à mesure de votre lecture vous découvrirez à quel point l’illustration de couverture est appropriée à ce roman. La jeune fille regarde bien son avenir et manifestement celui-ci est vide. Il s’agit de vies, d’individus, de bébés, de couples cernés par la vie et si nous avons une idée de l’époque où se situent les actions il ne vous sera peut-être pas facile de préciser de quelle époque il s’agit exactement. Sans doute aussi parce que tout simplement ce que Joyce Maynard nous raconte est intemporel.

Ce roman a au moins l’avantage de nous faire comprendre à quel point nous avons besoin de dieux, d’idoles, de gourous de toutes sortes pour se justifier ou se convaincre d’agir de telle ou telle manière. Pour se remettre des pertes d’équilibre que provoquent généralement dans les couples les fêlures, les ruptures ou les mouvements telluriques plus profonds que la vie impose, chacun des personnages de ce livre se choisit un héros, une héroïne (une mythologie) de son temps et fantasme. Ainsi un des garçons, père de famille, feuillette un magazine consacré à Linda Rondstad et une femme séparée de son mari et de sa fille, assise dans une voiture plus loin constate qu’il est en érection… Une autre chantonne régulièrement pour sa fille… Trois générations vivent sous nos yeux, de la jeune fille dévergondée qui fuit sa mère et craint sa colère, aux adultes vieillissants en mal de relations sexuelles heureuses et refermés sur leur imaginaire en passant par ces jeunes femmes de dix-huit/vingt ans qui sont mères après leur première relation sur une banquette arrière. Le style de Joyce Maynard est clinique, elle dissèque la vie à petits coups secs de bistouri. Et par endroit c’est un peu à nous qu’elle fait mal…

À lire pour le plaisir évident de se sentir différent de cet « american way of life ».

Baby Love
Auteure : Joyce Maynard
Editeur : 10/18

www.10-18.fr

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.