Warning: A non-numeric value encountered in /home/clients/69f240c24f67ed29e8afc4785d2ca8a1/web/wp-content/themes/valenti/library/core.php on line 1606

Warning: A non-numeric value encountered in /home/clients/69f240c24f67ed29e8afc4785d2ca8a1/web/wp-content/themes/valenti/library/core.php on line 1606

Warning: A non-numeric value encountered in /home/clients/69f240c24f67ed29e8afc4785d2ca8a1/web/wp-content/themes/valenti/library/core.php on line 1606

Les 90’s, c’est rétro. Certains prendront un coup de vieux, mais c’est un fait. Que ce soit en musique, coupes de cheveux ou question de jeux-vidéos, les années nonante ont laissé d’impérissables souvenirs. Lancez un clip des Spice Girls, un épisode de Friends ou… une série d’Age Of Empires, et vous verrez! De grandes séries de jeux de stratégie (STR) y sont apparues dont Warcraft, Starcraft premier du nom, qui soit dit en passant a été lui aussi remasterisé récemment, mais aussi, ce dont il est question dans cet article : Age of Empires premier du nom.


Plus de vingt ans après donc, c’est avec excitation teintée de nostalgie que je relance une partie d’Age Of Empires (AoE). Graphiquement, Age of Empires : Definitive Edition n’a plus rien à voir avec son alter égo du passé : les textures ont reçu un sacré lifting et une chaude luminosité embaume le tout. Très réussi. Mais au fait, « AoE », c’est quoi ? Tout simplement l’un des « Papas » des jeux de stratégies. Celui qui a inspiré les générations suivantes de STR. L’action prend d’ailleurs place aux prémices de l’humanité, de la préhistoire à l’Antiquité. Comme un symbole.

Retour tout d’abord sur le but du jeu. Au démarrage d’une partie, on se retrouve avec un bâtiment principal, le forum, et trois mecs en pantacourt, les villageois. Tout est alors question de récupérer rapidement les ressources disséminées autour du camp de base qui sont au nombre de quatre : les basiques nourriture et bois, puis l’or et la pierre. Ces ressources servent à construire d’autres structures et à entrainer toutes sortes de soldats : infanterie, archers, cavalerie, etc. Ces ressources servent aussi à passer  à travers les quatre âges, de celui de la pierre jusqu’à l’âge du fer, débloquant de nouvelles technologies et possibilités de combat. Toute la stratégie de départ est d’allouer les villageois aux ressources selon le plan de bataille : que ce soit former une armée rapidement et attaquer avec un timing précis ou se la jouer tortue avec pléthores de murs, tours de défense et… armée d’éléphants. Pour atteindre la victoire, plusieurs options s’offrent au joueur : la conquête militaire, c’est-à-dire, l’annihilation totale de l’adversaire, les reliques à rassembler, ou enfin construire une « Merveille », bâtiment extrêmement grand et coûteux, puis la protéger pendant un certain laps de temps.

Age of Empires propose par moins de 16 civilisations à contrôler, soit celles du jeu original et de son extension Rise of Rome. Ces civilisations partagent toutes le même arbre technologique, mais disposent d’unités, technologies ou bonus spéciaux à débloquer. Égyptiens, Grecs, Romains, Perses, Hittites, Macédoniens, Carthaginois, Yamato… des noms qui sentent la vieille pierre et dont l’Histoire se mélange aux mythes et légendes. L’aspect historique est par ailleurs central – les campagnes retraçant les péripéties des héros de l’Antiquité – et vous tiendront en haleine des dizaines d’heures. Surtout qu’il faudra refaire certaines missions, l’IA étant de manière générale hyper agressive et très difficile à déjouer. Vous voilà prévenus.

Niveau gameplay, quelques améliorations ont été apportées comme la possibilité de faire une attaque et de se déplacer à une position : un ajout bien utile qui avantagera surtout les archers et les armes à distance. En revanche, certains mécanismes sortent, pour le coup, d’un autre âge, comme le chemin pris par les unités (pathfinding) : il n’est pas rare, alors que l’on lance ses troupes sur son adversaire, d’en retrouver la moitié coincée au détour d’une forêt ou d’un bras de rivière. On n’avait pas vu cela depuis… depuis 20 ans. Pas non plus de renouvellement automatique des fermes, de formations automatiques des soldats, d’unités spéciales… Toutes sortes de points qu’Ages Of Empires II : Ages Of Kings avait magnifiquement gommé en son temps.

En fin de compte, jouer à Age of Empires : Definitive Edition, c’est effectuer un voyage dans le temps, à tous points de vue. Comme un (excellent) vieux film, un classique même, sorti à l’époque en VHS et réédité récemment en Blueray, il se savoure avec tout le charme et les défauts techniques de son époque.

Les plus :

  • Retrouver le premier épisode d’une série mythique
  • Le rendu graphique extrêmement satisfaisant
  • Découvrir les civilisations antiques
  • Quelques (rares) améliorations du gameplay
  • Le prix
  • Les célèbres « Yololoooo » des prêtres

Les moins :

  • Certains mécanismes de jeu ont bien vieillis
  • Gameplay bien moins abouti qu’Age Of Empires II
  • L’IA ne laisse aucune chance


Editeur : Microsoft
Développeur : Microsoft Game Studios / Forgotten Empires
Date de sortie : 20.02.2018
Plateforme: Windows 10

Genre : Stratégie en temps réel (STR / RTS)

Age Of Empires : Definitive Edition
4.0Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.