Warning: A non-numeric value encountered in /home/clients/69f240c24f67ed29e8afc4785d2ca8a1/web/wp-content/themes/valenti/library/core.php on line 1606

Warning: A non-numeric value encountered in /home/clients/69f240c24f67ed29e8afc4785d2ca8a1/web/wp-content/themes/valenti/library/core.php on line 1606

Warning: A non-numeric value encountered in /home/clients/69f240c24f67ed29e8afc4785d2ca8a1/web/wp-content/themes/valenti/library/core.php on line 1606

On passera très vite sur l’aspect insipide de l’illustration de couverture en s’étonnant cependant que personne n’ait trouvé mieux. Mais je me permettrai d’insister sur deux points. Le premier concerne les auteurs primés… Ici un des romans de l’auteure a obtenu trois prix : il s’agit de Bondré (même éditeur). On supposera que ceux qui ont aimé ce roman primé ont voulu suivre l’auteure mais rien ne garantit qu’il ou elle retrouve la même exacte qualité. Le deuxième concerne les accents, ceux qui donnent à une langue un aspect particulier (une lenteur, des R roulés, des expressions typiques, etc.) et utilisent des mots qui n’appartiennent qu’à elle (cette langue). Et là, j’avoue que si mes cousins du Québec parlent le français, ils emploient des mots et des expressions que je ne connais point. Un lexique m’aurait été fort utile pour « goûter » les récits proposés.

Le premier intitulé Blizzards raconte comment la peur arrive à piétiner toute raison et à faire commettre des actes particuliers. L’auteure a choisi de raconter cela à la première personne. Son héroïne est une femme, Marie Saintonge, qui a hérité une maison isolée d’un oncle qui vient de se suicider. Elle y arrive alors qu’une grosse tempête menace. La maison est particulière à ses yeux. Et elle pense être observée par un bonhomme de pierre ou de bois qui avance vers elle pas à pas… La question est : Est-ce que le lecteur intègre le « Je » de Marie et peut avoir peur ?

Le deuxième intitulé Orages raconte comment Ric Dubois, un « prête-plume » (un « nègre » d’écrivain), qui vient dans un camping terminer le manuscrit commencé avec l’écrivain Chris Julian (qui vient de se suicider) et qu’il compte signer de son propre nom est considéré comme un tueur par les gens du coin. Et là, sans doute parce que le « Je » de l’écrivain Ric commente et parle avec d’autres, on y croit plus, on se laisse porter, on adhère.

Un conseil : suivez l’ordre de présentation des textes…

Bonne lecture au coin du feu.

Tempêtes
Auteure : Andrée A. Michaud
Editeur : Rivages

www.payot-rivages.net

Tempêtes
3.0Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.