Les fans du hérisson bleu vont être contents, 2017 voit arriver un deuxième épisode des aventures de Sonic. Après l’excellent Sonic Mania qui jouait habillement la corde sensible des nostalgiques de la période 16 bit avec un side scroller 2D de toute beauté, Sonic Forces, lui, revient avec un épisode 3D mêlant phases de course en avant et side scroller 2D à l’ancienne qui rappellent fortement Sonic Generations. 


En voyant arrivé Sonic Forces, au travers d’annonces et de trailers, je me suis dit: « voilà peut-être enfin le digne successeur à Sonic Generations. Combinant des stages en 3D et en 2D, avec Sonic moderne et Sonic rétro, tous les éléments pour rappeler Generations étaient réunis. Malheureusement, la comparaison s’arrête un peu là. Sonic Forces est jeu simple sans grande ambition enchaînant de nombreux stages qui sont souvent très courts, mal calibrés, sans grand intérêt ni cohérence. Il y a 30 stages à parcourir dans le jeu. Si le nombre peut paraitre grand, il faut savoir qu’ils sont souvent très courts et faciles. Le jeu est facilement terminable en moins de 5 heures. Heureusement, il y a des missions SOS, des défis et autres objectifs pour donner un intérêt à revenir dans les stages et ainsi prolonger la durée de vie. Il y a des défis quotidiens ainsi que des missions de sauvetages à effectuer pour gagner des pièces de vêtements pour customiser son avatar.

L’avatar, c’est la nouveauté intéressante du titre. En plus de pouvoir jouer avec les deux Sonic, moderne et classique, il faut créer une nouvelle recrue qui intègre la bande. Il y a pas mal de choix pour créer un avatar très personnel avec plusieurs types d’animaux (hérisson, chat, ours, oiseaux, chien, loups, lapin, etc.) ainsi que beaucoup de vêtements et accessoires à gagner au fil du jeu. L’avatar a des habilités et des armes (Wispons) qui lui sont propres, comme le lance-flamme ou le crochet, mais aussi un « pouvoir » spécial comme le double saut pour l’oiseau ou attirer les rings pour le loup par exemple qui sont uniques à l’animal sélectionné. Après, ça ne change pas fondamentalement le cœur du jeu qui reste somme toute très classique, mais c’est sympa. On court on saute, on essaye d’avoir le plus de rings possibles et avoir la meilleure note possible en fin de stage.

Les niveaux 3D en mettent souvent pleins la vue et sont généralement plaisant à jouer. Ça tourne dans tous les sens et c’est rapide comme l’éclair. On fonce à toute allure dans les niveaux avec une vue plongeante, mais, par contre, on se sent un peu sur des rails en tant que spectateur plutôt qu’acteur. Il suffit souvent de sauter simplement au bon moment ou d’utiliser son gadget pour terrasser les ennemis sur le chemin. On se sent assisté dans les virages. Sans doute pour rendre l’action plus spectaculaire et fluide. En plus, avec la vitesse et le nombre de choses affiché à l’écran on perd souvent en visibilité. Il n’est pas rare de rater un saut ou de se ramasser un ennemi qui nous stoppe net sans l’avoir vu venir. Autre problème auquel il faut s’y faire, l’attaque guidé. Souvent en retard à nos attentes, il faut être patient avec cette dernière pour qu’elle veule bien s’afficher et soit effective. Surtout contre les boss qu’il faut souvent marteler avec cette attaque, il faut sauter gentiment et éviter de represser trop rapidement le bouton de saut, sinon c’est cuit. Pour les autres ennemis, c’est pareil, il ne faut pas céder à la panique et attendre que la cible s’affiche, mais c’est trop long pour être efficace et plaisant.

Les niveaux 2D, quant à eux, sont un peu plus plaisant à jouer. Favorisant plus le gameplay que le spectacle visuel, on retrouve de vraies sensations à la Sonic. Ça va moins vite qu’en 3D. Plus lent et même parfois trop lent, les stages en 2D sont, malheureusement, souvent pénalisés par une mauvaise lisibilité à l’écran, comme en 3D. Cette fois, c’est la caméra qui s’éloigne souvent trop loin et laisse le personnage tout petit et on a de la peine à le distinguer avec tous les effets autour. Spécialement sur Switch en mode nomade, ce problème est vraiment accentué, mais c’est le cas sur tous les formats. Le level design est cependant pas trop mal. Les niveaux sont grands avec plusieurs de routes disponibles. On peut souvent y aller à fond la caisse ou prendre son temps pour explorer les stages et chercher les 5 pièces rouges. La jouabilité est aussi très capricieuse. L’inertie des sauts est fréquemment contre intuitive et du coup difficile à maîtriser. On finit dans le trou fréquemment à cause de ça. Souvent on arrête de presser le bouton de direction en l’air, car le cerveau calcul qu’avec la vitesse et la position actuelle, on devrait atteindre la plateforme sans problème. Et là, au lieu de continuer sa course normalement, Sonic tombe à la verticale comme un boulet. Mais ce n’est pas le cas avec l’avatar qui lui continue sa course. Il faut donc jongler entre les différents comportements des différents personnages à tout bout de champ et c’est perturbant, frustrant et pénible à la longue. Il arrive souvent que Sonic se déplace avec des bottes en fer aux pieds, au départ, puis soudainement, il passe à la vitesse lumière et on finit dans le trou. C’est valable en 3D aussi. Le problème réside dans des courbes d’accélération et de décélération mal gérées et mal pensées qui induisent tout le temps en erreurs. Alors, oui, on apprend à faire avec, mais ce n’est pas terrible quand même et faudrait revoir ça.

Graphiquement, Sonic Forces est pas trop mal.  On retrouve bien la patte aguicheur des Sonic. Ça reste souvent assez simple géométriquement, mais c’est propre. Les backgrounds sont bien animés et chargés en éléments pour donner sens et vie au monde dans lequel on est. Certains stages sont tape à l’œil, vraiment jolis et colorés. Green Hill est, comme souvent, magnifique avec ses chutes d’eau, ses totems et sa verdure luxuriante. Chemical plants est aussi de la partie avec ses tubes qui s’entrecroisent avec différents designs. C’est pas mal dans l’ensemble, mais c’est parfois trop chargé de lumières et d’éléments dans le background ce qui rend le jeu beaucoup moins lisible, comme par exemple dans les stages casino de mystic jungle. Il y a aussi les stages sur fond bleu avec Sonic qui est tout bleu. Qui a eu cette idée de génie ? On ne peut pas faire mieux pour perdre de vue notre héros quand la caméra s’éloigne et que le jeu accélère. D’autres stages sont trop sombres ou simplement pas inspirés avec un manque flagrant d’imagination. Les cinématiques sont jolies et bien animées. C’est un des points fort du jeu. Très bien doublé, ça fait très dessin animé pour jeunes que l’on pourrait voir à la TV.

Le jeu propose deux niveaux de difficulté, normal et difficile. Le mode normal devrait plutôt s’appeler le mode facile. Les pénalités sont moins contraignantes. On ne perd que 20 rings lorsque l’on est touché, mais on est limité à 100 rings maximum. Il n’y a pas de vie dans Sonic Forces. On peut mourir tant qu’on veut. Cela rend le jeu aussi beaucoup plus facile et moins frustrant. Le mode difficile, lui, devrait être considéré comme le mode normal. Il n’y a pas de limite de rings, mais on perd tous ses rings si Sonic est touché et il est plus difficile d’atteindre le rang S. D’ailleurs, seuls les chronos en mode difficile sont pris en compte sur le leaderboard. Même en mode difficile, Sonic Forces reste un jeu assez facile qui vise un public plutôt jeune et pas trop expérimenté. D’ailleurs, les cinématiques, le ton du jeu et les thèmes abordés se réservent plus à des enfants qu’à des adultes ou des jeunes adultes. C’est moralisateur. L’amitié est au cœur de l’histoire et ramené à tout bout de champ avec des dialogues digne d’un épisode de Martine. Ça dérangera moins les plus petits.

Sonic Forces est un jeu qui se voulait être sympathique aux premiers abords. Pleins de promesses et après un Sonic Mania de bonne facture, Sonic était reparti sur la voie du succès. Malheureusement, l’espoir d’un Sonic 3D de qualité a vite disparu. Ce n’est pas foncièrement un mauvais jeu, mais la déception est présente à pratiquement tous les niveaux et pour plusieurs raisons. Personnellement, j’espérais un genre de suite à Sonic Generations que j’avais adoré. Malheureusement, Sonic Forces n’arrive pas à tenir la comparaison très longtemps malgré les efforts. Déjà, il y a un manque de finition dans le jeu. La caméra et la jouabilité devraient être revues et corrigées dans un premier temps. C’est la catastrophe. Ensuite, le rythme de jeu est mal équilibré. On va soit à fond la caisse et ça va tellement vite qu’on perd presque le fil des événements et on devient plus spectateur qu’acteur. Soit le jeu va trop lentement et présente une certaine lourdeur dans les commandes qui plombe le gameplay. Il y a des problèmes flagrants de lisibilité dans le jeu. Il y a trop de choses en même temps, c’est fouillis, c’est souvent trop éloigné. Il y a souvent quelque chose pour nuire à la lisibilité du jeu. Ensuite, le jeu est trop facile. Il n’y a plus de système de vie donc on meurt autant qu’on veut sans faire attention. Les 30 niveaux sont très courts et s’enchaînent à une vitesse folle. Le jeu se termine en 5 heures environ. Il y a des bons stages sur lesquels on prend du bon temps, certes, mais il y a une bonne poigné des stages qui sont soit totalement oubliables et sans intérêt, soit qui ne sont simplement pas bons. Le fait de créer son propre personnage est une bonne idée et est assez bien amené avec de la variété et du choix cosmétique. Il y a plusieurs animaux différents avec chacun un « pouvoir » unique. Il y a différents types d’armes qui apporte un peu de variété et un intérêt à revisiter les stages. Par contre, niveau gameplay, ça n’apporte pas grand-chose de neuf sur la table. On reprend tout ce qui a déjà été vu et revu dans les anciens Sonic, on secoue et voilà. La jouabilité est aussi à revoir. En fait, on meurt plus à cause de la mauvaise jouabilité ou de la mauvaise lisibilité qu’à cause de la difficulté du jeu. Bref, les commandes sont bancales et sans cohérence entre les différents personnages. Le level design général n’est pas mauvais, mais manque un peu d’inspiration et d’originalité, comme il y en avait dans Mania. Et pour finir, l’histoire est très enfantine et pas très intéressante comme c’est souvent le cas avec Sonic. Mais, c’est peut-être la seule chose vraiment cohérente dans ce jeu qui vise plus un public d’environ une dizaine ou une douzaine d’années, pas plus. Sonic Forces est une déception. On passe un bon moment sur certains stages qui en mettent plein la vue, mais c’est assez rare et la plupart du temps, c’est plus que moyen et soit on s’ennuie un peu soit on peste contre les commandes ou la caméra. Dommage.

Les plus :

  • Ça va vite
  • Ce n’est pas vilain
  • Customiser son avatar
  • Des cinématiques de qualités
  • Du fan service
  • Pas mal d’objets à collectionner

Les moins :

  • Jouabilité à revoir
  • Caméra à revoir
  • La lisibilité dans certains stages
  • Techniquement limite
  • Très court
  • Manque d’inspiration et d’originalité
  • Clairement destiné à un public assez jeune

 

Éditeur : Sega
Développeur : Sonic Team
Date de sortie : 07.11.2017
Plateforme : PS4, Xbox One, Swtich & PC

Genre : action / plateforme

Sonic Forces
3.0Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.