Warning: A non-numeric value encountered in /home/clients/69f240c24f67ed29e8afc4785d2ca8a1/web/wp-content/themes/valenti/library/core.php on line 1606

Warning: A non-numeric value encountered in /home/clients/69f240c24f67ed29e8afc4785d2ca8a1/web/wp-content/themes/valenti/library/core.php on line 1606

Warning: A non-numeric value encountered in /home/clients/69f240c24f67ed29e8afc4785d2ca8a1/web/wp-content/themes/valenti/library/core.php on line 1606

 

Pour les plus jeunes d’entre vous (dont je fais à moitié partie), Shadow of the Beast est considéré comme l’un des meilleurs jeux de l’AMIGA de par sa technique. Il a été par la suite porté sur 10 autres plateformes, dont la Megadrive, la SNES ou encore la LYNX. Si je vous en parle, c’est que le jeu a été remis au goût du jour sur PS4.


Un scénario en demi-teinte et relativement bien caché

Le scénario est relativement simple: le héros, Aarbron a été enlevé un nuit sans lune à ses parents par de mystérieux personnages. Elevé par la suite par les Mages de l’Obscurité, des prêtres-guerriers au service de Maletoth. Les expériences et autres breuvages lui étant administrés le transforment peu à peu en un monstre à la force et l’agilité décuplées. Un jour, se souvenant de son passé, Aarbron se soulève contre ses maîtres et part vers le bastion de Maletoth, assoiffé de vengeance. Si le scénario est bien caché, c’est que le jeu ne le présente pas de manière conventionnelle. S’il y a bien 1 ou 2 cut scenes, le jeu se concentre principalement sur le gameplay. La plupart du scénario se déroule en dehors des niveaux en lançant des cinématiques depuis le menu principal après avoir trouvé des collectables dans les niveaux. C’est un choix que je trouve malheureusement peu judicieux, car on a de la peine à rentrer dans le jeu et malheureusement, le gameplay n’est pas assez bon pour faire oublier le manque de narration.

Un jeu à la vieille école

Même s’il s’agit plutôt d’un reboot (ah, encore un autre, c’est la mode à voir…), le jeu est construit de manière assez conventionnelle. Il s’agit d’un jeu de plateforme avec arènes de combat, le tout en 2.5D (déplacement uniquement de droite à gauche, mais décors et persos en 3D). Là où je le trouve assez peu inspiré, c’est que la plupart des combats se passent dans des arènes (en 2D, je vous le rappelle) qui se ferme dès qu’on rentre dedans. La légitimité de la chose est uniquement expliquée à mes yeux par l’intérêt que les fans de scoring y trouveront. En effet, à la fin de chaque combat, des points vous seront attribués en fonction de votre performance (combo max, vies perdues, etc…) un peu à la Devil May Cry. Ces points permettant de débloquer de nombreux bonus et améliorations pour le héros.

Un gameplay lourd,  mais pas toujours

Si la force du héros est bel est bien augmentée, l’agilité n’est pas vraiment son fort. En effet, Aarbron tue ses ennemis de manière souvent gore, ne lésinant pas sur la tripaille ni le sang. Les finish move sont toujours impressionnants, même si peu variés. Par contre, au niveau réactivité, on repassera. Les mouvements de base sont lents et rigides, loin d’un réel assassin. De plus, il n’est pas rare de se faire attaquer dans le dos alors que l’on vient de finir un ennemi dans une explosion de sang. Heureusement, le jeu comporte un bon système de combo qui fluidifie les combats.

Et le reste?

Heureusement, le jeu est beau (bon, ça reste de la 2D, dans le style, je préfère quand même Dust: an Elysian Tail) et la direction artistique est superbe (panoramas des mondes visités, design des ennemis, etc..). Le son, quant à lui, n’est pas mémorable, ni dans un mauvais sens, ni dans un bon. Son plus grand point faible vient à mon avis de sa durée de vie courte (comptez environ 3h pour le finir en ligne droite). Heureusement, pour les gens appréciant le jeu, pleins de collectables sont disponibles, allant de parties de scénario à images-concept. Le plus intéressant, du moins d’un point de vue historique, reste le déblocage du jeu original, de vies infinies pour finir ce dernier et de sa musique. La note finale est à nuancer. C’est un 4 pour les fans de scoring ou du jeu de départ, mais un 2 pour les gens qui recherchent autre chose que juste des combats dans un jeu.

Les plus:

  • Un bel hommage au jeu original…
  • qui plaira beaucoup à ses fans
  • Les fans de scoring s’y retrouveront aussi.
  • Les boss sont intéressants.

Les moins:

  • Durée de vie très courte en ligne droite.
  • Level design anecdotique
  • Le scénario caché dans les niveaux et que les intéressés ne pourront seulement voir entre niveau.
  • Le gameplay relativement rigide dès que l’on ne sort pas de combos.

 

Shadow of the Beast, un jeu à laisser dans l'ombre ?
3.0Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.