C’est la rentrée. Et après une bonne pause estivale, la saison de formule 1 reprend. C’est le bon moment pour Codemasters de sortir sa nouvelle version 2016 de F1 pour nous faire admirer les magnifiques carrosseries des monoplaces et les splendides circuits du sport automobile le plus prestigieux du monde. Sensations garanties.


F1 2016, nous propose, à mon sens, le meilleur jeu de formule 1 jamais sorti. Cette mouture 2016 est simplement splendide. J’avais joué à d’autres version plus ancienne de F1, toujours en me lassant très vite du jeu après quelques heures. Il en a été tout autrement avec ce F1 2016. Le jeu est prenant.

Le gameplay et les sensations de conduite sont excellentes. Jamais je n’avais ressenti ça dans un jeu de F1. La prise en main est assez simple (pour de la F1) sans, toutefois, nous mâcher tout le travail, freinage, assistance dans les virages, etc. Bien sûr, on peut choisir son degré d’assistance allant de la prise par la main pratiquement totale pour les vraiment moins expérimentés avec lequel il n’y a pratiquement plus qu’à tourner dans les virages jusqu’au mode expert où il faut tout gérer soi-même et avec lequel un tête-à-queue est tellement vite arrivé. Je préviens, c’est hyper exigeant en expert. Le mode intermédiaire est, à mon avis, juste bien calibré pour les joueurs normaux qui veulent s’amuser tout en gardant un peu de challenge. Dans le sens qu’on se sent encore vraiment au contrôle de la voiture pour d’excellentes sensation de conduite sans ressentir l’assistance qui se charge de ne pas faire partir la voiture dans le décor trop facilement. Ne vous inquiétez pas, un virage mal négocié et c’est la sortie de piste assuré. La difficulté est très bien dosée. L’IA est suffisamment bonne pour nous donner du challenge sans jamais vraiment nous frustrer non plus, la pole position est toujours à portée de main. Il ne faut pas hésiter de jouer des coudes avec l’IA, car elle n’hésite souvent pas de vous rentrer dedans sans préavis, mais essayez d’éviter la casse.

F1™ 2016_26 

Les courses sont prenantes et on reste agrippé au pad, 100% concentré sur l’écran pour éviter toute erreur fatale de pilotage. Heureusement, il y a un système de rembobinage qui permet de remonter dans le temps afin de corriger l’erreur et ainsi ne pas avoir à recommencer toute la course ou dégringoler au classement bêtement. Mais le choix reste total au joueur de vouloir l’utiliser ou non. Les courses peuvent être longue selon ses choix. Pour un Grand Prix, on peut faire la course à 100%, environ une soixantaine de tours, 50%, 25% ou 5 tours. Sachant qu’un tour se fait entre 1 et 2 minutes, dépendamment du circuit et du pilote, ça peut faire long. Tous les circuits sont présents : Monaco, Bahreïn, Shanghai, Sotchi, Abu Dhabi, les 21 circuits de la saison 2016 ont été modélisés avec grand soin pour notre plus grand plaisir. La météo évolue avec le temps pour ajouter de la variété et de la stratégie dans les courses. Le cycle jour/nuit permet de piloter et d’admirer les décors sous différentes lumières.

 

Le mode carrière est très complet et captivant. On commence par créer son pilote et on choisit son écurie. Pour chaque Grand Prix, on dispose de 3 périodes d’essais, une qualification et du Grand Prix. Les essais permettent de se familiariser avec la course, mais pas seulement. L’écurie nous propose différents types d’épreuve afin de s’améliorer et gagner des points qui pourront être utilisés à améliorer la monoplace dans le secteur de R&D, comme le moteur, la consommation d’essence, les freins, l’aérodynamisme, etc. Ces améliorations coûtent cher, très cher même. Il faut donc essayer d’obtenir un maximum de point pour rester dans la course, car les autres écuries aussi s’améliorent. Une des épreuves durant les essais consiste à la reconnaissance du circuit. Il faut aussi tester les pneus, tendres, super tendre ou pluie, en les usant le moins possible tout en restant dans un temps limite. Ce n’est pas toujours évident, car un virage pris trop sec ou trop lentement et les points s’envolent. Une autre épreuve est le sprint dans laquelle il faut prendre les portes dans les virages le mieux possible. La dernière épreuve demande d’atteindre des objectifs d’équipe, comme faire le meilleur temps dans certaines sections, avoir le meilleur tour, etc. Grâce à ces épreuves, on reste à faire les essais sans passer aux qualifications directement, ce qui est possible aussi. Bref, une fois le circuit maîtrisé, c’est parti pour la course. Parez sur la ligne, il ne faut pas rater son départ. Pied au plancher il faut se faufiler parmi les autres monoplaces sans faire d’accident volontaire sous peine d’être sanctionné. Sur une course en 5 tours, pas besoin de gérer grand ou même d’aller au stand. Par contre, sur un course complète, il faut faire quelques arrêts pour remettre de l’essence, changer les pneus ou les pièces cassées. Les courses de plus de 10 tours sont vite longues, voire très longues. Elles deviennent assez éprouvantes, car il faut rester concentrer tout le temps pour ne pas faire d’erreur, mais la victoire n’en est que plus belle. La carrière est longue avec jusqu’à 10 saison de F1. La concurrence avec votre partenaire est rude, il faut le battre pour avoir les clémences de votre écurie et gagner des points précieux. Les intermèdes sont ponctués de scénettes nous plongeant dans l’univers F1, avec des scènes dans les stands, sur la piste, dans les bureaux, ou comme à la télévision. Il y a quelques petits soucis de synchro labiale, mais rien de bien méchant.

F1™ 2016_20160825185917  F1™ 2016_20160825171435

Graphiquement, c’est joli, sans plus. C’est loin d’être une claque, mais ça fait le job. Les voitures et les circuits ont été modélisé avec soins en faisant attention aux petits détails. Les circuits, pareil c’est bien, avec de jolis effets de lumière, mais c’est pas ouf non plus. Par contre, les personnages sont bien moins joli et donne pas très bien à l’image. Techniquement tout n’est pas parfait, on notera les textures qui tardent un peu à se charger, mais sinon dans l’ensemble tout se tient. Le jeu tourne de manière fluide à l’œil à 60 fps avec un peu de tearing de temps en temps lors des faibles chutes de framerate. F1 2016 profite d’un anti-aliasing qui lui donne un joli aspect lisse et propre pour le plus grand plaisir de nos yeux.

 

F1 2016 est la référence actuelle des jeux de Formule 1. Il est complet en proposant un contenu riche online (22 joueurs en ligne) et offline ainsi qu’un gameplay aux petits oignons, sans parler des jolis graphismes qui nous plongent au cœur-même de l’événement.  Il manque quand même un mode multi local en écran splitté, c’est dommage. F1 2016 s’adapte à tout type de joueur afin de satisfaire les pilotes les plus chevronnés et les débutants. Le pilotage est excellent. Bon, c’est de la formule 1 et pas du Rally, il faut s’attendre à des voitures un peu capricieuses qui demandent d’être traitées avec douceur et tact sous peine d’être vite mis au brancard. Une fois dompté, les monoplaces procurent de merveilleuses sensations qui vous permettront de vous hisser sur la plus haute marche du podium et faire couler le champagne.

F1™ 2016_20160825185958

Les Plus:

  • Les sensation de pilotage.
  • Complet et immersif.
  • Joli et bien mis en scène.
  • Pour les perfectionnistes Et les novices

Les Moins:

  • Manque de musique
  • Pas le droit à l’erreur en Formule 1 (merci le rewind)
  • Faut quand même aimer le genre
  • Pas de multi en local

F12016_PS4_BOX

Éditeur : KOCH Media
Développeur: Codemasters
Sortie : 19.08.2016
Disponible sur PS4, Xbox One & PC
Testé sur PS4

 

F1 2016
4.0Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.