Warning: A non-numeric value encountered in /home/clients/69f240c24f67ed29e8afc4785d2ca8a1/web/wp-content/themes/valenti/library/core.php on line 1606

Warning: A non-numeric value encountered in /home/clients/69f240c24f67ed29e8afc4785d2ca8a1/web/wp-content/themes/valenti/library/core.php on line 1606

Warning: A non-numeric value encountered in /home/clients/69f240c24f67ed29e8afc4785d2ca8a1/web/wp-content/themes/valenti/library/core.php on line 1606

Aux commandes de mon F-14 Tomcat, je me prends à rêver d’être Maverick de Top Gun. Cela faisait longtemps que l’on n’avait pas eu un jeu du genre sur cette génération de console. Un vrai jeu d’avions de chasse avec de vrais dogfights. Bandai Namco a mis du temps à le sortir, mais le plaisir de voler est au rendez-vous. Bienvenue dans la Danger Zone de Ace Combat 7: Skies Unknown.


Ace combat 7 est un jeu d’avion de chasse de type arcade. C’est très important de préciser arcade, car on est loin des jeux de simulation. C’est écrit souvent simulation, mais on est plus près d’un After Burner qu’un d’un Flight Simulator. Dans les Ace Combat, on cherche plus l’action et le fun que l’authenticité au pilotage. La série des Ace Combat ne date pas d’hier. C’est en 1993 que le premier Ace Combat est sorti sur borne d’arcade. Déjà totalement en 3D, c’est sur PlayStation qu’Ace Combat gagna le cœur des joueurs. Les différents épisodes de la série ont suivi rapidement, mais là, cela faisait 8 ans qu’un nouvel Ace Combat n’était pas sorti. Il était temps.

Ace combat 7 skies unknown (AC7) est la suite directe de AC6 Fires of liberation. L’aventure se passe dans un univers alternatif. Nous sommes sur Strangereal, une planète terre différente de la nôtre, mais très similaire. La guerre fait rage entre le peuple des Oseans, habitant de Osea et celui des Eruseans venant de Erusea. AC7 se repose sur le lore des épisodes précédents. Et je dois avouer que ne connaissant pas et je suis un peu passé à côté. Les cinématiques qui racontent l’histoire sont très belles, mais elles sont ennuyeuses à mourir. Elles introduisent des personnages et des situations à la japonaise avec de longs monologues qui se perdent dans les détails et des situations simples, mais qui deviennent très compliquées inutilement. En gros, la campagne d’Ace combat 7 se divise en une vingtaine de missions entre-coupées de cinématiques. L’histoire est centrée autour de Trigger, un pilote qui se bat aux côtés de l’Osea. Il va devoir faire son devoir au travers de combats contre un ennemi qui se bat sur de multiples fronts. L’ennemi est dans les airs, sur mer et sur terre. Duels dans les nuages, dogfights de masses, furtivité dans des canyon, Trigger devra se surpasser. Après, l’échec d’une mission capitale, Trigger est emprisonné par son peuple pour trahison. Il va quand même voler, car son pays a besoin de lui et tenter de découvrir qui l’a piégé…

Il ne faut pas s’attendre à un jeu de simulation. C’est de l’arcade. Le but, c’est d’avoir du fun et de piloter des avions militaires parmi les plus perfectionnés au monde. Pas besoin de cours de pilotage, la série Ace Combat est simple de prise en main. En plus d’être simple le jeu propose deux types de pilotage : le simple et le réaliste. En mode simple il suffit de presser à gauche pour que l’avion tourne à gauche. Aucune prise de tête, l’avion répond au doigt et à l’œil. Par contre pour faire des vrilles et se remettre droit, ce n’est pas toujours pratique. En mode réaliste, pour tourner, il faut balancer l’avion sur le côté puis tirer sur le manche. Un poil plus difficile, mais tellement plus naturel, surtout avec un vrai joystick compatible.

AC7 est un jeu simple et fun. Pour chaque mission, on choisit son avion de chasse, son type d’armement, genre missiles air-air ou air-sol, etc. On débloque des nouveaux avions au fil de la campagne, mais on peut aussi en acheter avec l’argent in-game les PAM. On achète aussi des pièces pour améliorer les perfs des avions et des armes. Une fois le briefing de mission avalé, c’est parti, on embarque et on décolle. Les missions se résume souvent à des dogfights où il faut détruire des avions de chasse ennemi, des bombardiers, des drones, des installations militaires, des hélicoptères, des tanks, etc. Il y a aussi des missions plus furtives où il faut se faufiler entre les radars et ne pas se faire détecter. Il y a les missions à points, qui sont pour le coup les plus pénibles. Pas très difficile, il faut détruire le plus possible pour gagner des points. Le problème, c’est que c’est chronométré et que les points ne montent pas bien vite. C’est souvent frustrant et on perd un temps fou à recommencer quelque chose de pas super intéressant sur le temps. Ce qui est sympa, c’est qu’en fin de mission on peut revoir sa mission en replay sous différents angles de caméra et profiter de la beauté des combats aériens.

La VR est à l’honneur, mais sur PS4 uniquement. Ace Combat 7 propose un mode en réalité virtuelle pour une immersion totale. Ce mode est exclusif au PS VR de la PS4, pour 2019 du moins. Difficile de décrire précisément les sensations de l’expérience VR, mais c’est assez génial. Aux commandes d’un F-22, on arrive sur le pont d’un porte- avions. C’est grandiose et très impressionnant. On décolle à toute vitesse avec son équipe. Il ne manque que les G pour être scotché dans le fond du canapé. Les dogfights sont intenses. Ça tourne dans tous les sens. Ça va très vite. L’expérience est saisissante. Attention, à force de regarder partout, on risque le mal de cœur. A part ça, la VR donne moins vite la nausée que prévue. Faut s’accrocher et ne pas faire des sessions trop longues, mais ça va. Le mode VR propose une autre histoire que celle de la campagne. Elle est divisée en 3 missions. Il y a aussi un mode vol libre pour voler tranquillement et faire des pirouettes. Même si tout le jeu n’est pas compatible VR, ce mode parallèle est un bel ajout. C’est court, mais suffisamment long pour bien profiter de la VR.

AC7 utilise le Unreal Engine 4 et ça se voit. Chaque modèle d’avion est ultra-détaillé et ultra-réaliste. Tous les petits détails sont là. On peut inspecter la carlingue de chacun des zingues avec minutie, rien n’a été oublié. En vol le bal que forme les avions est enivrant. Lorsque l’on passe juste à côté d’un mig à pleine vitesse, c’est magique. Le reste est graphiquement pas mal dans l’ensemble. Au sol, tout est assez simple avec des textures très moyennes, mais comme on passe le plus clair de son temps à plusieurs centaines de mètres, on y fait un peu moins attention. Les villes peuvent être assez denses. Le plus impressionnant, ce sont les nuages volumétriques. Il donne un effet de profondeur et d’immensité assez fort. Les nuages dans AC7 sont un élément crucial dans les missions. Utiles à plusieurs égards, les nuages servent aux pilotes à se cacher dans les épais brouillards qu’ils forment. Mais il ne faut pas rester trop longtemps cacher dans un cumulonimbus sous peine de geler la carlingue. La musique dans le jeu a très bien été choisie et orchestrée pour marquer l’intensité de l’action. De grandes musiques pleines de grâces ajoutent encore plus de majestuosité à certaines scènes.

Ace Combat 7: skies unknown est de retour après 8 ans d’absence. Il aura fallu attendre longtemps pour que Project Aces termine AC7, mais cela en aura valu la peine. Ace Combat 7 ne déçoit pas. C’est un excellent jeu. Il n’est pas parfait, mais il atteint son objectif aisément d’être un jeu magnifique avec de nombreux avions de chasse et nous donner des sensations fortes lancé à Mach 2 dans des combats effrénés dans tous les sens. L’un dans l’autre c’est tout ce qu’on lui demande. Le reste, c’est du bonus. Et du bonus il y en a. AC7 propose une campagne assez longue avec 20 missions assez variée. L’histoire, un peu compliquée et osef. Elle est illustrée au travers de magnifiques cinématiques longues et ennuyeuses. Les missions sont bien rythmées avec de l’action comme on aime. En plus des célèbres dogfights à foison, AC7 propose des missions de défense, d’attaque de bases, de furtivité et de reconnaissance. La difficulté est présente, mais provient souvent du joueur qui n’écoute pas. Dommage que le jeu ne soit que sous-titré FR avec des voix en anglais ou en japonais, car il faut suivre les instructions à la lettre sous peine d’être sanctionné immédiatement. Certaines missions à points ne sont pas non plus les plus intéressantes. Le gameplay est bon. C’est simple, ça se joue très bien et on s’amuse sans apprentissage en quelques secondes. Il y a du multijoueurs en ligne pour affronter de vrais joueurs dans des dogfights. Voilà, c’est tout. Il n’y a pas grand-chose d’autre à dire sur le mode online. Il est là. Pas de multi en local, par contre, dommage. Cependant, il y a un mode VR qui est fantastique. Exclusif pour l’instant au PS VR de la PS4, ce mode est juste un truc de dingue. On est vraiment aux commandes de son avion. C’est un peu court, mais intense et hyper immersif. Pour les adorateurs de jeu d’avions de style arcade avec de l’action et de très beaux avions de chasse, Ace Combat 7 est fait pour vous. C’est beau, c’est chouette et c’est bien réalisé du début à la fin.

Les plus :

  • Un Ace Combat de qualité
  • Simple, dynamique et fun
  • De l’action arcade pur et dur
  • Un très beau jeu d’avion
  • Les changements météorologiques
  • Des dogfights prenant
  • Bonne variété d’avions de chasse différents
  • La musique est grandiose
  • Les missions VR (sur PS4)

Les moins :

  • Pas de voix française, seulement des sous-titres
  • Une difficulté parfois mal dosée
  • Un multijoueurs online minimaliste
  • Pas de multi-local
  • Beaucoup trop de monologues inutiles en campagne

 

 

Éditeur : Bandai Namco
Développeur : Project Aces (Bandai Namco)
Sortie : 18.01.2019

Disponible sur PS4, Xbox One & PC
Testé sur PS4

Genre : Combat aérien arcade

Ace Combat 7: Skies unknown
4.0Note Finale

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.