Warning: A non-numeric value encountered in /home/clients/69f240c24f67ed29e8afc4785d2ca8a1/web/wp-content/themes/valenti/library/core.php on line 1606

Warning: A non-numeric value encountered in /home/clients/69f240c24f67ed29e8afc4785d2ca8a1/web/wp-content/themes/valenti/library/core.php on line 1606

Warning: A non-numeric value encountered in /home/clients/69f240c24f67ed29e8afc4785d2ca8a1/web/wp-content/themes/valenti/library/core.php on line 1606

Bandai Namco sort un nouvel épisode de la légendaire série de jeu de baston, Tekken. Ce 7ème opus reste dans la tradition de ses aînés. Tekken 7, c’est encore et toujours très arcade avec des combats rapides et brutaux en arènes.


Chaque jeu de baston à son style et ses fans. Il y a ceux de l’école Street fighter, d’autre de Mortal Kombat, certains ne jurent que par King of Fighter et il y a ceux de l’école Tekken. Peu importe les raisons. Que ce soit le style de combats, la variété des combattants, les graphismes, etc. Il en y a pour tout le monde et personne n’a tort ni raison. Tekken c’est une franchise qui s’est illustrée dans les années 90 sur Playstation 1, mais aussi et surtout sur borne d’arcade Namco. Depuis Tekken 6, la série sort toujours sur Playstation, mais aussi sur les autres plateformes comme Xbox. Tekken 7 débarque sur PS4, Xbox One et sur PC Windows.

C’est un jeu de baston arcade à l’ancienne. Si le jeu est beaucoup plus beau et plus rapide qu’à l’époque, ses mécaniques et animations archaïques n’ont pas vraiment changées. C’est rigide comme pas possible. Après, on aime ou on n’aime pas, mais c’est son style et ça n’a pas changé. Tekken 7 propose toujours une grande variété de personnages. 35 combattants hauts en couleurs sont disponibles dès le départ.

Le mode histoire propose de grandes cinématiques, très japonaises, avec des dialogues à deux balles qui veulent tout et rien dire en même temps, mais qui sont dit avec tellement de passion et d’enthousiasme que ça en devient presque profond. Chose rigolote, chaque personnage parle dans sa langue maternelle. On mélange donc le japonais avec l’anglais, le français, l’italien et le russe. Heureusement, tout est sous-titré. On vit l’histoire au travers de différents chapitres racontés par un reporteur. Chaque chapitre couvre différents personnages et sont entre coupé de jolie cutscenes. Il y a des combats simples mais aussi en tag team avec plusieurs combattants. Avec le temps, on débloque des épisodes pour certains persos qui peuvent être joué au travers du story mode. C’est en plus, c’est cadeau. Le mode histoire est prévu pour tous. Il y a 3 niveaux de difficulté et les commandes des personnages peuvent s’afficher durant les combats avec le bouton L1. Ce mode se parcourt agréablement durant ses 4-5 heures de gameplay. Il y a des combats banals, mais aussi des épiques qui feront plaisir aux fans de la série.

Tekken, c’est un jeu de type button smashing. Alors je veux bien qu’il y a des pros qui maitrisent et qui défoncent tous les nouveaux, mais un débutant peut aussi réussir son combat sans rien connaître au jeu juste en martelant les boutons. Et ce n’est pas une mauvaise chose. On fait n’importe quoi et souvent ça fait ce qu’il faut et on gagne. Un peu comme dans les Soul Calibur. Mais moins quand même. Ce n’est pas un jeu élitiste. Après faut aussi tomber sur un personnage assez souple, parce qu’avec un rigide ça donne pas grand-chose. Il y a 3 genre de combattants dans le roster. Ceux pour les débutants, les intermédiaires et les personnages avancés. Il y a aussi le bouton R1 pour nous sauver. Il est prévu comme ultime riposte en cas de coup dur. Lorsque le perso est dans le rouge, une dernière attaque spéciale, très spectaculaire, lui est disponible. Ravageuse, si elle fait mouche. C’est un peu le baroud d’honneur. Tekken est un des derniers jeux de baston 3D. Alors que la mode et redevenu la 2D (niveau gameplay, pas graphique), Tekken propose encore un gameplay en arènes dans lequel il est possible d’esquiver en faisant un pas de côté.

Graphiquement, Tekken 7 est beau de loin mais loin d’être extraordinaire, même un peu décevant. Si aux premiers abords, on dirait que le jeu est magnifique, ce n’est pas faux. A vite y regarder, le jeu est coloré et détaillé. La direction artistique est très prononcée. Bon faut adhérer au style japonais un peu « vulgaire » parfois, mais surtout très décalé. Par contre lorsqu’un s’approche un peu plus de l’écran on s’aperçoit que techniquement, il y a quelques lacunes pour un jeu de cette trempe. Il y a une espèce de petit effet de flou générale qui gâche l’excellent travail des artistes. Les textures sont souvent magnifiques et très détaillées avec des vestes, des robes et costumes de malades, mais c’est de nouveau gâché par finitions bâclées qui rendent le tout très moyen. Les fourrures ne sont pas belles à voir. Il y a un peu d’aliasing sur les personnages, mais beaucoup dans les décors. Décors qui sont encore une fois riches en détails, mais un peu terne et délaver. Après les animations sont d’un autre temps. Comme les autres Tekken on dirait des robots rouillés avec un bâton pas dans la main. C’est un peu leur marque de fabrique et si en 1994 c’était bien, en 2017 des animations de la sorte ça passe moins bien. Si les Tekken ont toujours été très rigides avec des animations de robots depuis la Playstation 1. Ça n’a pas changé. Par contre le jeu est très fluide et les combos s’enchainent pour notre plus grand plaisir. Ce n’est pas aussi harmonieux qu’un DoA ou killer Instinct, mais bien plus qu’un SF ou Mortal Kombat. Après le jeu est bien plus basé sur l’attaque que les contres. Faut frapper vite et fort. Il y a vraiment plusieurs types de combattants. Du perso lent mais fort, aux rapides et plus faibles. Sur les 35 personnages disponibles il faut bien choisir. Personnellement, certains characters me conviennent parfaitement et j’arrive à faire quelque chose, à mon niveau, et d’autre absolument rien et ils me font carrément mal aux doigts à force.

Une des forces de ce Tekken 7, c’est son contenu fan-service pour les nostalgiques. Il est possible d’aller voir les cinématiques ainsi que des illustrations de tous les Tekken sortis à ce jour (sauf le cross). Alors tout n’est pas disponible dès le départ. Il faut débloquer les précieux sésames avec l’argent du jeu. Heureusement, on en gagne facilement. C’est vraiment une touche sympa de Bandai Namco d’avoir mis ça. On peut aussi personnaliser tous les personnages du jeu. Chapeau, coupes de cheveux, maquillages, gadgets en tout genre, vêtements et couleurs, il y a l’embarra du choix. Mais là encore faut payer avec la devise du jeu. Il faut donc jouer et jouer encore. On peut aussi gagner du stuff dans la course aux trésors. On enchaîne les combats les uns après les autres et on gagne un coffre contenant un objet, comme des lunettes, un drapeau, une couleur de cheveux, etc.

Tekken 7 est une bonne suite, mais qui ne révolutionnera pas la série. Les gens qui aiment le genre ne seront pas déçus et ceux qui n’aiment pas la série, n’aimeront pas plus cet épisode. C’est Tekken qui fait du Tekken. Tout est juste mieux fait, mais la base reste la même. Le mode histoire est bien fait avec de belles cinématiques. Il se traverse en 4 à 5 heures de jeu. C’est un vrai mode histoire et pas un simple mode arcade déguisé. Le online fonctionne pas trop mal. Les connexions lors des combats sont bonnes et on s’en pas le lag en général. Le matchmaking se fait souvent rapidement au début et trouve vite quelqu’un, mais si la connexion se perd, il devient difficile de retrouver un autre match. En tout cas, sur les quelques sessions que j’ai faites, pas de problèmes majeurs à signaler. Je sais par contre que d’autres joueurs ont pleins de problèmes à ce niveau-là. Autre point fort du jeu, les cinématiques et illustrations des anciens Tekken. C’est simple, bien garni et ça fait plaisir à retrouver. La customisation des personnages est aussi sympa et donne pas mal de liberté. Tekken 7 n’est pas le plus beau jeu de baston, mais c’est au moins le plus beau Tekken. L’unreal Engine 4 rend le jeu de bonne qualité, très sophistiqué et riche en détails. Par contre un certain manque de finition ou de technique gâche un peu la fête. Le manque de netteté, l’aliasing, le manque de polygones, les effets cheap comme pour la fourrure ne sont pas au niveau. Ça ne gâche pas le jeu, mais il aurait pu être somptueux avec quelques ajustements techniques. Les arènes aussi sont moyennes avec des décors banals. Bon ça, ça vient aussi du fait que le jeu propose des arènes 3D à 360°. Si on les compare aux autres jeux avec des décors sur plan fixe, ce n’est pas le même travail. Tekken 7 propose beaucoup de contenu. Avec pleins de modes, comme le bon mode histoire, le mode arcade, le mode chasseur de trésors, le mode online, le mode survie, le mode versus ou encore le mode entrainement. C’est très classique, certes, mais au moins c’est là. Je trouve juste dommage que le mode versus soit uniquement du PvP et pas aussi du PvCpu. Il y a 35 combattants avec des style de combat très différent. Il y a pleins d’anciens, mais aussi des nouveaux. C’est très complet. Ceux qui aiment Tekken ne seront pas déçus de cet opus un peu classique, mais efficace.

Les plus :

  • Des combats rapides et brutaux
  • Très complet
  • Fun et simple à jouer
  • Un bon mode histoire
  • De la customisation et du fan-service

Les moins :

  • Les animations robotiques
  • Un style de combat particulier
  • Décevant graphiquement

Editeur : Bandai Namco
Développeur : Bandai Namco
Date de sortie : 02.06.2017
Plateforme : PS4, Xbox One & PC
Testé sur PS4

Tekken 7
4.0Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.