Soleil rouge

Un bandeau rouge et son texte en noir signé Donald Ray Pollock annoncent  » un roman survolté. »

Une note de l’auteur nous prévient. Le comté de Gasconade est bien un comté du Missouri, l’auteur y a grandi. Il a toutefois pris quelques libertés avec la topographie. Il signale que ledit comté « a été qualifié de capitale mondiale de la méthamphétamine » dans les années 1990.

On imagine que, vue la demande, tout le monde ou presque, à un moment ou à un autre, c’est mis à en fabriquer et à en vendre… Pour ce qui est de la consommation entre addicts et occasionnels elle est une providence. Et même les flics n’hésitent pas à y participer, à l’occasion. Chargé d’appréhender Jerry Dean Skaggs pour non-respect de sa liberté conditionnelle, les shérifs-adjoints Dale Everett Banks et Bo Hastings investissent sans autorisation son mobile home mais n’y trouvent rien. Il leur est demandé de laisser un homme sur place. C’est Dale E. Banks qui accepte. Croyant avoir vu une lumière, il rentre à nouveau et ne trouve personne. De rage, il donne un coup de pied dans le bac à litière du chat et dérange 52000 dollars dont il s’empresse de s’emparer pour aller les cacher. Mais Jerry Dean l’avait vu attendre avec Hastings…

Je vous laisse imaginer la suite sachant que les dollars trouvés par Banks n’appartiennent pas en propre à Jerry Dean mais au groupe de voyous dont il fait partie… et que ceux-ci entendent bien les récupérer. Comme nous sommes dans un paysage rural, on ajoutera, pour faire plus couleur locale, un vieux paysan, ses bêtes et son tracteur.

Attention, malgré l’annonce de Donald Ray Pollock et sa parution en Neo noir, je pense qu’on peut considérer ce roman d’abord comme une œuvre littéraire remarquablement écrite.

Prenez le temps d’en savourer la lecture.

Soleil rouge
Auteur : Matthew McBride
Editeur : Gallmeister
Collection : Neo noir

www.gallmeister.fr

Soleil rouge
5.0Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.