Lorsque Outriders a été annoncé, le jeu semblait ressembler méchamment à un bête looter-shooter de la trempe de Destiny ou encore The Division pour ne citer qu’eux. Maintenant que le jeu est sorti, voici venu le moment de faire le point sur ce que le jeu propose en plus afin de faire la différence avec la compétition (ou pas).


Le jeu vous met dans la peau d’un… outrider, un super soldat qui est envoyé dans l’espace avec des milliers d’autres colons afin de coloniser une nouvelle planète luxuriante, la terre étant malheureusement morte. Une fois arrivé sur ce qui était promu comme un nouvel Eden, vous vous rendez compte qu’il n’en est rien dû à une super tempête qui détruit tout sur son passage. Etant gravement blessé, vous êtes remis en cryostase pour vous réveiller 30 ans plus tard dans un monde post-apocalyptique où les monstres sont féroces et l’humanité est séparée en divers groupuscules afin de pouvoir survivre. Vous vous rendrez rapidement compte que vous faites partie des rares élus, les altérés, ayant reçu des super-pouvoirs suite au passage de cette méga tempête. Vous voici maintenant parti à la quête d’un mystérieux signal qui sonnait déjà à votre arrivée sur la planète et qui est peut-être la clef à la survie de l’humanité.

Alors oui, dit comme ça, le scénario a l’air d’être très manichéen et il est assez brouillon dans les premières heures (d’ailleurs, ne vous fiez pas à l’impression que donne la démo, pour ceux qui l’ont testé), mais par la suite, les personnages se développent et le tout est assez agréables à suivre, même si ce n’est pas non plus super poussé.

I’m no superman

Le jeu est un TPS (jeu de tir à la 3ème personne) avec un système de couverture (pensez Gears of War ou The Division) et l’utilisation de super-pouvoirs. Vous aurez assez rapidement accès à 4 classes de super-pouvoirs différents les uns des autres. Personnellement, j’ai jeté mon dévolu sur la pyromancie qui permet de se soigner en brulant des ennemis, de transformer un ennemi en grenade si on le tue dans le temps imparti ou encore d’avoir accès à des balles de feu. Ces super-pouvoirs ont un temps de réutilisation relativement court, ce qui permet de se sentir comme un vrai superhéros sur le champ de bataille. Les autres classes sont centrées soit sur des pouvoirs temporels pour se téléporter ou ralentir le temps, le technomancien qui permet de faire apparaître des tourelles ou encore geler des ennemis et finalement une classe de protection (plus tank) permettant de réfléchir des balles ou d’encaisser des dégâts.

Chaque classe vient avec un arbre de talent très étoffé qui vous permet de rajouter des points et améliorer votre personnage et ses capacités à chaque changement de niveau. Chose agréable comparée à la concurrence, il est possible à tout instant de changer tous les points de cet arbre de compétence sans aucun coût. Ainsi, si vous n’aimez pas les spécifications de votre avatar, vous pouvez à tout moment changer quelques points de compétence et voir si le résultat vous plaît ou non.

Pew Pew

Bien entendu, vous ne devrez pas vous reposer uniquement sur vos pouvoirs pour vous frayer votre chemin sur le champ de bataille, mais vous aurez accès à de nombreuses armes. Ces dernières sont plaisantes à manier, mais malheureusement elles n’ont pas le punch, ni autant de variations que d’autres softwares similaires (coucou Destiny ou Borderlands). Il y a cependant quelques bonnes idées telles que des armes vous permettant d’améliorer vos capacités. A vous de trouver ce qui vous correspond le mieux. Bien entendu, vous collecterez une pléthore de pétoires et de pièces d’équipement lors de votre périple et vous pourrez les démonter pour obtenir des composants afin d’augmenter d’autres armes ou encore les revendre afin d’obtenir de la monnaie sonnante et trébuchante afin de pouvoir l’investir dans de nouvelles pièces d’équipement. Vous pourrez à tout moment être équipé de 2 armes longues différentes à la fois (comme un fusil à pompe, mitrailleuse, fusil d’assaut ou fusil de précision entre autres) ainsi qu’un pistolet.

A deux, c’est mieux ?

Le jeu, même s’il permet de jouer à plusieurs et en groupe, ne présente pas vraiment de hub central où les joueurs peuvent se retrouver comme dans Warframe ou Destiny. Il y a bien des villes, mais surtout pleines de NPCs et pas pleines de joueurs, ce qui peut sembler bizarre par moment. Heureusement, les villes sont quand même vivantes. Vous pourrez rejoindre facilement vos amis (ou de sombres inconnus qui sont à peu près au même niveau que vous dans le jeu) dans des groupes allant jusqu’à 4 joueurs. Bien entendu, cela aura tendance à rendre les combats plus faciles car il peut y avoir des synergies intéressantes entre les différents pouvoirs et vous serez surtout plus puissants à 4 que tout seul.

Est-ce obligatoire et y-a-t’il du contenu uniquement prévu pour être joué à plusieurs ? Absolument pas car tout le jeu peut être joué en solo, ce qui est très agréable et il n’ y aucune obligation à jouer avec d’autres personnes. De plus, le jeu propose un système de world tiers qui représente la difficulté du jeu. Vous pourrez donc à tout moment changer le niveau de difficulté pour quelque chose qui est proche de ce que vous souhaitez. A noter que plus la difficulté est haute, plus vous recevrez de matériel de bon niveau. Le jeu en soit n’est pas vraiment dur pour autant qu’on soit habitué au TPS, seuls quelques ennemis de base, les snipers, ont tendance à énerver les joueurs au plus haut point. Ils ont une visée parfaite et vous empêche tout bonnement de sortir de votre cachette pendant qu’ils vous visent (vous pouvez le remarquer grâce à leur petit laser). Ils ont heureusement été nerfé durant la dernière mise à jour ce qui vous permet de sortir de votre cachette 2 secondes afin de coller quelques balles dans la tête d’ennemis, mais une fois ce délai passé les snipers vous tireront et vous atteindront automatiquement ce qui vous fera tomber hors de votre cachette et vous mettra alors à portée des armes des autres ennemis. Autant dire qu’ils sont quasiment les ennemis les plus redoutables du jeu.

Une technique qui toussote

Le jeu, malheureusement, a connu quelques soucis de démarrage, ce qui n’est pas inhabituel pour des jeux de cette sorte. Le jeu a principalement eu des gros soucis de connexion sur les serveurs empêchant aux joueurs de pouvoir toucher au soft. Ce problème est maintenant corrigé et soit dit en passant, je ne comprends pas quelle est la raison pour laquelle un jeu qui peut être fait 100% en solo a besoin d’une connexion Internet pour fonctionner… Mais soit. D’autres problèmes beaucoup plus gênant (et heureusement beaucoup plus rares) sont aussi à déplorer : pertes d’équipements (bug normalement corrigé aussi) et maintenant des attaques qui sont sensées être non létales tuent certains joueurs automatiquement… En règle générale, pour un bug retiré, un nouveau problème apparaît aussitôt. Ceci est peut-être dû au manque d’expérience de People Can Fly, le développeur qui a précédemment travaillé sur Bulletstorm, sur les jeux online. De mon côté, je n’ai rien vécu m’empêchant de jouer (mis à part le bug de connexion), donc ne vous faites pas trop de soucis non plus.

Pour le reste, les environnements sont assez jolis, même si pas totalement innovants et les graphismes sont corrects. Le sound design des armes et des ennemis ainsi que la musique du jeu fait bien le taf, sans pour autant être impressionnante. Là où le jeu est impressionnant, c’est en terme de durée de vie.  Comptez entre 40 et 50h selon vos capacités, votre groupe, votre envie d’avoir du challenge et vos envies de faire des quêtes secondaires ou non pour faire le tour de l’aventure. Ensuite vient le endgame qui est surtout formé de nouvelles quêtes similaires aux quêtes de l’aventure principale dans de nouveaux environnements.

Outriders n’est finalement pas ce qu’il semble être. Il ne s’agit pas d’un autre Destiny ou Division, mais offre quelque chose de vraiment différent. Même s’il contient des éléments de loot, de shoot et de coopération online, il sait se faire sa place et la fait bien, même si parfois de manière un peu maladroite, mais assez bien pour donner l’envie d’y retourner.

Les Plus :

  • Les pouvoirs à utiliser sur les champs de bataille, nous transformant en machine à tuer
  • Les zones et environnements à visiter, très différentes les unes des autres
  • La liberté dans la façon de gérer son personnage et ses points de compétence

Les Moins :

  • Les graphismes qui sont OK sans plus
  • L’écriture un peu bordélique en début de jeu
  • Les quelques soucis techniques

Développeur : People Can Fly
Editeur : Square Enix
Support : PS5 (version testée), PS4, Xbox Series X, XboX One et PC
Date de sortie : 1er avril 2021

Genre: TPS

Outriders
3.5Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.