Marie bis

Marie bis

Sans doute l’oiseau qui entoure le cou de la jeune femme en couverture doit-il être vu comme un ibis en raison de l’oralité du titre. Un titre qui renvoie d’abord, je pense, à la dualité de chaque individu. Comme il est indiqué par l’auteure que les personnages de « Marie et Marie-Bis peuvent ou doivent être jouées par la même comédienne » et qu’un prologue précise que ce qui suit est un manuscrit trouvé et lu par un fils dans l’armoire de sa mère défunte… on peut penser qu’il s’agit d’une sorte d’autobiographie de la mère, qui se présente jeune puis adulte.

En quatrième de couverture on nous dit que l’auteure tient un site de critique théâtrale (marieordinis.blospot.com) on lui supposera donc une bonne connaissance de cet art. Sa pièce est une œuvre théâtrale; je veux dire qu’elle théâtralise – dramatise – des situations qu’on pourrait qualifier de banales ou de connues, vécues… C’est d’abord intéressant dans ce sens. Le vocabulaire qu’elle utilise est sensiblement décalé par rapport au vocabulaire des mêmes situations dans votre vécu… Lisez, vous comprendrez l’effet que cela produit. On se dit d’abord que c’est « faux », pas réaliste, pas « vraisemblable » et pourtant, au bout d’un court instant, on sent que l’on a pu vivre les mêmes situations. Entre indécision et paralysie de la pensée, entre désir d’autre chose et incapacité à savoir ce que l’on veut… Vous savez bien aussi que la principale caractéristique du désir est d’être toujours insatisfait en qualité comme en quantité…

Lisez ce texte, laissez reposer et montera en vous l’impression que ce que vous avez lu est d’une rare et subtile justesse. Peut-être vous souviendrez vous d’en avoir joué des extraits dans votre vraie vie.

Bonne lecture.

Marie bis
Auteure : Marie Ordinis
Editeur : Harmattan
Collection : Théâtre des 5 continents

www.editions-harmattan.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.