Le premier tome de la série Lost Children, divisé en trois chapitres (Ran, Yuri et Origines) débute en l’an 930 dans la cité d’Imban, une ville située dans la province de Hen. Cette métropole est le centre politique, économique, religieux et culturel du Royaume. Dans une société régie par un système de castes, les Gathiyas sont voués à une vie de misère. Ils ne sont pas considérés comme de véritables citoyens et sont privés de nombreux droits. Les membres de la caste supérieure sont les Achras. Ils exercent la profession qu’ils souhaitent, ont accès à l’éducation et peuvent ériger toutes sortes de lieux de culte. Lors d’une révolte, Ran, un jeune Gathiya sauve Yuri, un enfant Achra qui vient de perdre ses parents.Nous retrouvons Ran quelques années plus tard. Il est devenu guerrier et se bat aux côtés d’un groupe de révolutionnaires. Le jeune combattant n’a pas oublié Yuri et espère bien le recroiser un jour…

Involontairement embarqués au coeur d’une révolution qui bouleverse tout le royaume, les deux héros tentent de survivre chacun de leur côté.

Dans cet ouvrage, la Fantasy n’a jamais été aussi réaliste. L’auteure, Tomomi Sumiyama, nous offre une fresque construite autour d’une société inégale. La scénariste et dessinatrice nous présente ici sa première œuvre. Après un cursus spécialisé en arts plastiques, la jeune japonaise a passé six mois à Paris pour se consacrer à la peinture et aux musées. De retour au Japon, Tomomi a appris les techniques de dessin digital en travaillant comme designer graphique dans une société de jeux vidéo. Pour améliorer sa technique, elle s’est inspirée de planches de divers illustrateurs dont certains célèbres mangakas. Sa fièvre de création mêlée à son intérêt aux problèmes de société, lui ont permis de créer l’univers de Lost Children. Ce manga est intéressant mais assez violent. Les personnages sont mystérieux et les décors variés. Le style du récit porte des notes indiennes, tibétaines et moyen-orientales. Ce premier épisode de la série sert à introduire l’histoire. Le lecteur fait ainsi la connaissance des lieux et des principaux personnages. Les dialogues sont simples et courts, mais la traduction est décevante. Certains passages sont en japonais. On ne sait pas s’ils ont été laissés volontairement, car ils se fondent bien dans l’histoire.  Autre élément dérangeant, le texte est quasiment illisible car la police de caractère est trop petite.

Un lexique donne des informations complémentaires.
Paru en mai 2018 chez (Ki-oon), ce Manga de 192 pages est le premier épisode d’une longue série de livres de poche. Les tomes 2 et 3 sont déjà disponibles en librairie. On se réjouit déjà de les découvrir…

 

Tome 1

Auteur: Tomomi Sumiyama / Création originale

Éditions Kioon

Adaptation Graphique : Erwan Lossois

Lost Children – Révolution !
3.0Note Finale
Note des lecteurs: (0 Vote)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.