WW 2.2 t.7 - Extrait

WW 2.2 t.7 – Extrait

 

La série s’arrête avec ce septième volume où il est mis fin à cette guerre bis. Je suppose et j’espère que si elle est allé jusqu’au but annoncé c’est qu’elle a eu suffisamment de lecteurs pour cela. Je pense que tous ceux qui l’ont suivie depuis le début ont goûté le travail de ré-écriture de l’histoire et les qualités des dessins. Ce dernier tome est conforme à l’ensemble.

Surtout ne regardez pas la fin avant d’y être… Laissez-vous porter par le récit. Quatre hommes, deux soldats, deux scientifiques sont chargés d’aller en Allemagne pour essayer de savoir ce qui se passe à propos de « la bombe de la désintégration ». Un des scientifiques est tué lors du saut en parachute et les trois restants rencontrent un groupe d’évadés d’un camp de travail forcé. Celui qui est le chef raconte au soldat le plus gradé ce qui se passait dans les camps de concentration. Là on a droit à quatre pages muettes dont chaque case présente une situation dans ces camps, c’est très bien fait et montre si cela était nécessaire qu’un « bon » dessin est meilleur qu’un long ou un bon discours. Le soldat est convaincu et abandonne sa mission première pour tenter de délivrer ceux qui sont prisonniers d’un camp proche. Bien sûr il subira un échec et sera jugé pour désertion…

Je ne vous en dirai pas plus et d’ailleurs vous pouvez avoir compris puisque le dessin de couverture est explicite ce qui est un peu dommage. Ici le dessin est parfois un peu raide, j’entends par là que dans certaines attitudes les personnages manquent de souplesse et que l’expression de certains visages semble trop outrée, trop figée. Mais cela ne nuit pas vraiment à l’album.

Peut-être qu’une petite relecture de la série complète s’impose pour mieux comprendre et saisir les modifications de l’histoire.

Bonnes lectures.

WW2.2 t. 7
Paris, mon amour
Série terminée
Dessinateur : Boivin
Scénariste : David Chauvel
Éditeur : Dargaud

 

http://www.dargaud.com/ww-2-2

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.