Warning: A non-numeric value encountered in /home/clients/69f240c24f67ed29e8afc4785d2ca8a1/web/wp-content/themes/valenti/library/core.php on line 1606

Warning: A non-numeric value encountered in /home/clients/69f240c24f67ed29e8afc4785d2ca8a1/web/wp-content/themes/valenti/library/core.php on line 1606

Warning: A non-numeric value encountered in /home/clients/69f240c24f67ed29e8afc4785d2ca8a1/web/wp-content/themes/valenti/library/core.php on line 1606

The Roberta Martin singers, 1947-1962

Quand vous aurez ouvert le coffret, vous prendrez le petit livret et vous irez à la page 25 voir la reproduction du timbre qui rend hommage à Roberta Martin, édité en 1998 avec trois autres timbres consacrés à Mahalia Jakson, Sister Rosetta Tharpe et Clara Ward. C’est presque trente ans après sa mort mais c’est une reconnaissance indéniable. Roberta Martin est la créatrice de la première chorale mixte de gospel.

Au moment où j’écris ces lignes, l’expression negro spirituals s’impose à moi et me dit qu’il y a une différence avec le gospel. Le gospel (déformation de godspell qui signifie « évangile ») descend du negro spirituals – terme générique pour la musique des noirs afro-américains – et relèverait des chants chrétiens.

Roberta commence l’apprentissage du piano à six ans avec une de ses belles-sœurs et lorsque sa famille se fixe à Chicago vers 1919-1920 elle poursuit ses études et ses leçons de piano au point qu’un professeur la pousse à devenir concertiste, chose que l’on imagine mal à l’époque pour une femme noire, et elle n’a que quinze ans. Mais elle tient le piano à l’école du dimanche de la Pilgrim Baptist Church et rencontre Thomas A. Dorsey qui lui offre après audition de diriger et d’accompagner la nouvelle chorale de jeunes. Roberta apporte du nouveau dans la musique sacrée afro-américaine grâce à la diversité des sources qui l’inspirent et de sa formation.

Je ne sais pas comment vous écoutez la musique – quel que soit le genre -, vous connaissez ma façon de faire : écouter en faisant autre chose. Il arrive un moment où, si la musique est bonne – comme dit un certain Jean-Jacques, pas celui-là, l’autre -, elle perce le mur de mon activité et je l’entends… je l’apprécie alors ou non.

Et puis je réécoute et là je mesure la force, la puissance et le plaisir qu’elle procure.

En l’occurrence, j’ai plus entendu et écouté de la musique que vu ces scènes d’église que nous montrent les films musicaux. Une musique que l’on sent plus imprégnée de foi que de religiosité.

Bonnes écoutes répétées.

The Roberta Martin singers, 1947-1962
3 CD
Editeur : Frémeaux & Associés

www.fremeaux.com

The Roberta Martin singers, 1947-1962
5.0Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.