Warning: A non-numeric value encountered in /home/clients/69f240c24f67ed29e8afc4785d2ca8a1/web/wp-content/themes/valenti/library/core.php on line 1606

Warning: A non-numeric value encountered in /home/clients/69f240c24f67ed29e8afc4785d2ca8a1/web/wp-content/themes/valenti/library/core.php on line 1606

Warning: A non-numeric value encountered in /home/clients/69f240c24f67ed29e8afc4785d2ca8a1/web/wp-content/themes/valenti/library/core.php on line 1606

Un road trip à travers les États-Unis ça vous dit? Parcourir les États-Unis d’Est en Ouest en Harley-Davidson ou en Ferrari. C’est maintenant possible avec The Crew 2. Survoler le Grand Canyon en avion ? Pas de problème. Descendre des rapides en Hors-bord ? Aucun souci. Dans The Crew 2, Ubisoft vous donne tous les outils nécessaires pour traverser les États-Unis comme il vous plait. De New York à Los Angeles ou de Miami à Seattle, Arpentez les Rocheuses, naviguez dans les Everglades, sillonnez les déserts arides du Nouveau-Mexique et d’Arizona, faites un petit arrêt à Las Vegas, Detroit, Chicago ou Dallas, prenez la fameuse route 66. Liberté, fun et diversité. The Crew 2 est le monde ouvert de cet été 2018 pour les adorateurs de grosses cylindrés sur terre, sur mer ou dans en l’air.


Ivory Tower, un studio Lyonnais appartenant à Ubisoft, sort son nouveau bébé pour l’été, The Crew 2. Parfait pour un moment de détente seul ou entre amis, The Crew 2 revient avec une formule plus complète, plus divertissante et surtout beaucoup plus fun avec des voitures, des buggys, des motos, mais aussi des bateaux et des avions. Plus beau, plus gros et plus diversifié, The Crew 2 a-t-il trouvé la formule gagnante ?

Le premier The Crew était bon jeu de courses en monde ouvert (surtout avec les dlc), mais qui laissait un arrière-goût d’inachevé. En direct concurrence avec des jeux comme Need For Speed ou encore Forza Horizon, The Crew se démarquait en proposant un monde ouvert tellement vaste que s’en était à peine croyable : La carte entière des États-Unis d’Amérique. Si la taille de la carte était impressionnante, le reste du jeu l’était un peu moins. Le jeu de base était trop sérieux, le système d’amélioration des voitures pas des plus pratiques, le système de crew fonctionnait plus ou moins correctement et l’un dans l’autre le jeu était un peu moyen. Du coup Ivory Tower a pris toutes les critiques et à revues sa copie pour offrir cette fois-ci une expérience plus ultime.

The Crew 2 est un vrai numéro deux et non pas un 1.5 fait à la va-vite. Le contenu du jeu à été diversifié et il y a beaucoup plus de choses à faire que dans The Crew 1. En fait, c’est comme si depuis les premiers DLC du premier opus, avec les Big Foots et autres activités plus funs, les développeurs avaient trouvé la bonne formule qui convenait et que The Crew 2 était le résultat de toute cette expérience positive poussé au niveau suivant.

Terminé les scénarios sérieux et la progression longue et fastidieuse (enfin presque). Dans The Crew 2, c’est simple, rapide, fun et 100% pas de prise de tête. Pour commencer, les loadings sont très court pour une expérience fluide sans trop d’interruptions. Après un premier chargement assez long, faut avouer et équivalent à celui de Far Cry 5, en début de partie, le jeu n’a plus que de petits chargements rapides. On peut se téléporter d’un bout à l’autre de la carte en quelques secondes. C’est impressionnant. Ensuite, le drop-in drop-out fonctionne très bien. On crée son crew (sa bande, en français) en quelques secondes et c’est parti. Chaque membre du crew est libre de faire ce qui lui plait et d’aller là où il veut. Aucune contrainte. Lors d’événements comme des courses ou des défis, les notifications d’invitations à participer s’envoient automatiquement et libre aux membres d’accepter ou non. Le tout de manière hyper simple, rapide et fonctionnel. Les membres du crew partent et reviennent, on fait certaines courses ensemble, on s’entraide, on se lance des défis, on défie d’autres crews, etc. On s’amuse. On peut passer des heures à tenter de faire des cascades. Après, comme dans le premier, il vaut mieux avoir des véhicules de puissance assez similaire pour garder un équilibre. Avec trop d’écart, les parties deviennent vite frustrantes et lassantes pour les deux extrêmes. Par contre, lors d’épreuves dans des catégories qu’un membre du crew ne possède pas le véhicule nécessaire, le jeu lui en prête un pour pouvoir y participer avec ses amis. C’est sympa et ça évite de bloquer tout le monde pour un ou deux retardataires. Par contre, pas de reward en cas de victoire. On ne peut pas tout avoir.

The Crew 2 nous a vendu un peu de poudre aux yeux. Si dans les trailers et autres vidéos de présentation Ubisoft mettait en avant le côté diversifié de ses courses avec des changements de véhicules en pleine course, des effets visuels à la Inception avec les décors qui se tordent et se superposent l’un sur l’autre, et bien en réalité, tout ça n’est que très peu présent dans le jeu. Pour l’effet Inception, c’est à la première course du jeu que ça se passe. Voilà, ça s’est fait. Les changements en pleine course, il y a environ une petite dizaine dans les live events, lors des épreuves de fin de catégories. Et c’est tout et c’est en solo. Ce n’est pas grave en soit et c’est présent dans le jeu, mais en faire son fer-de-lance pour être si peu présent, c’est un peu frustrant. On en aurait voulu plus, parce que c’est cool et parce qu’ils en sont capables. Le reste n’est pas mauvais, loin de là. C’est juste plus classique.

Comme dans Steep, on peut changer à la volé de type de véhicule. Une petite pression sur le stick droit et on choisit une voiture, un bateau ou un avion, n’importe quand comme bon nous semble. On a à choix un véhicule sur terre, comme une voiture, un buggy, une moto ou autre. Un véhicule pour aller sur l’eau et un avion pour les airs. On peut choisir les véhicules par défauts lors des changements dans sa panoplie de véhicules disponible. Bizarrement, le jeu me remettait souvent le buggy Red Bull gagné au tout début du jeu comme véhicule de route par défaut. Ou l’Harley-Davidson qui est sélectionné pour une street race alors que c’est la Porche qui devrait être prise. Petit bug, ou erreur de mon côté, en tout cas je ne suis pas le seul dans cette situation. Ce n’est rien de grave, mais c’est ennuyeux. Autre petit point négatif, les plantages du jeu. Malheureusement, ils sont assez nombreux. Il y a des épreuves (en crew) qui ne se chargent pas parfois et restent bloquées aux écrans de chargement ou la porte ne s’ouvre pas, obligeant à redémarrer l’épreuve et même parfois le jeu. Un mauvais crash en avion et la console plante complétement. Là encore, ce sera sans doute réparé avec un patch avenir, mais c’est un peu énervant, surtout que repartir le jeu est assez long.

Pour ce qui est du catalogue de voitures et autres véhicules, Il y a de quoi faire, même si la liste n’est pas impressionnante. Il y a 67 véhicules tout confondu. D’autres s’ajouteront au fil des dlc. Évidemment, les voitures sont plus représentées que les autres. On n’est certes pas sur un éventail de choix comme dans un Forza ou un GT, mais on trouve un peu de tout. Il y a de la Ferrari, de la Porsche, des Maserati, de la BMW, Ford, Nissan, Chevrolet, Pagani, Renault, Audi, Lamborghini, Abarth, Ruf, Mercedes, etc. Mais, il y a aussi des Big Foot, des Jeep, des Buggys, des motos de course, des moto cross et même des Harley-Davidsons. Et ce qui est bien dans The Crew 2, c’est que les véhicules s’accumulent assez vite. Il faut plusieurs types de voitures pour les différentes épreuves comme le street race, le drag, ou le drift. Certains véhicules sont gratuits, d’autres il faut les acheter avec la monnaie in-game que l’on accumule en progressant. Et ce n’est pas donné d’acheter un nouveau bateau ou un avion. Souvent, si on gère mal son argent, en le dépensant sur des rims, des ailerons arrière ou autres fantaisies du tuning, on se retrouve sans un sou pour continuer la progression. Du coup, il faudra grinder pour se refaire et ce n’est pas toujours agréables. La progression dans le jeu se fait aussi par l’accumulation de fans. On gagne des fans un peu pour tout et pour rien. C’est dans les épreuves que l’on en gagne le plus et il y a des paliers à atteindre pour accéder aux catégories de classes supérieures. Le jeu n’est pas toujours facile. L’IA est un adversaire très coriace qui ne lâche pas. Toujours à l’affut de la moindre erreur pour en profiter, tel des vautours. Le niveau des véhicules est primordial pour avoir une chance de gagner. Heureusement, il n’est souvent pas nécessaire de finir premier aux courses. La troisième place suffit largement pour valider l’épreuve.

Parlons maintenant un peu d’un des rôles principaux du The Crew 2, la map des États-Unis. Si d’ordinaire une suite se veut d’être meilleure que l’épisode précédent, du moins graphiquement, ce n’est pas toujours le cas pour The Crew 2, malheureusement. On ne s’en rend pas tout de suite compte, mais il y a eu des concessions à faire pour intégrer les avions et les bateaux. Le jeu doit rester fluide avec une certaine cohérence visuelle. Du coup, il y a eu des coupes pour garder un bon niveau de performance. Les ombres sont souvent plus rudimentaires, certaines textures ont perdu en finesses telles que les bancs par exemple et les arbres. Certains quartiers, bâtiments, ou zones ont été downgradé. Le plus décevant étant Time Square à New York qui ne ressemble plus à rien, alors que dans The Crew 1, il était bien modélisé. Là, c’est ridicule, tellement c’est minimaliste et moche. On n’est même pas sûr d’y être tellement on est loin du compte. La nouvelle tour One World Trade Center, c’est une catastrophe. Ensuite, la lumière est aussi moins bien gérée avec moins d’effets de reflet sur les bâtiments. Et pourtant, on dirait que le jeu est plus beau que le premier The Crew… Cela tient du fait que The Crew 2 est plus coloré, avec des couleurs souvent plus chaudes, une lumière ambiante et globale plus naturelle. Il y a plus de végétation et de diversité qui remplissent mieux l’écran. Les décors sont beaucoup plus fournis et travaillés. Et il ne faut pas oublier que pour beaucoup de joueurs, The Crew 2 tourne sur des PC, PS4 Pro et des Xbox One X qui offrent un rendu global beaucoup plus propre et aguicheur. Sinon globalement le jeu est très beau globalement et tourne très bien. Il y a quelques ralentissements à noter, mais qui serait plutôt dû au netcode pour les membres du crew connecté à l’hôte. En solo, aucun souci.

D’un point de vue plus comparatif aux éléments nouveaux de cette map 2018 des États-Unis, ce n’est énorme, mais il y a des changements. Bon, c’est difficile de renouveler une carte entière de cette taille surtout quand la base existe réellement. Du coup on a plus le droit à des ajustements. Pour commencer, les lacs et cours d’eau ont été plus travaillé et prennent une place plus importante pour offrir des courses intéressantes aux bateaux. La région sud-est, Floride, Louisiane, etc. a aussi pris en volume et propose plus d’environnements différents avec un accent tout particulier sur le bayou et les Everglades. La région montagneuse de Salt Lake City n’est pas sous la neige cette fois-ci. The Crew 2 est aussi beaucoup plus vertical que le précédent. Il y a beaucoup de relief avec énormément de sauts, de montagnes ou de collines. De plus, les villes, surtout New York, ont été habillées de rampes et autres échafaudages qui donnent accès aux toits de la ville pour des course effrénées dans la grosse pomme. Il y a aussi des skate-parks gigantesques pour voitures ou motos et monster trucks. Personnellement, je trouve l’aménagement de la carte beaucoup plus fourni, diversifié et fun que dans le précédent. On sent qu’il y a eu un effort tout particulier de rendre les tracés plus créatifs et plus plaisants, même si on perd parfois un peu en réalismes. Le but, c’est de s’amuser dans le fond. Et la première conséquence de ça, c’est que les courses en jeu sont plus intéressantes et moins monotones. Les conditions de conduite changent souvent. On dévale des flancs de montagne à toute vitesse, on traverse des forets à 200 km/h, on vole au milieu des buildings. Par contre, il n’y a pas vraiment de nouvelles villes. Il n’y a toujours pas de Boston, Philadelphie ou encore Phoenix ou San Diego. N’empêche, il y a 67 villes et villages modélisés avec plus ou moins d’exactitudes et ça c’est grandiose.

Il y a des courses de plus de 20 minutes. Comme une en Harley-Davidson qui fait traverser Las Vegas au couché du soleil pour ensuite traverser le désert à toute vitesse, grimper le col d’une montagne puis redescendre et finir en ville en pleine nuit. C’est juste magique. Une autre en Hyper car, qui fait traverser plusieurs états en ligne droite pratiquement. C’est long aussi et difficile, si la moto ou la voiture ne sont pas au niveau. Ce qui nous amène au point suivant, la difficulté du jeu et l’IA. Dans The Crew 2, il faut continuellement upgrader ses véhicules pour rester compétitif, car le niveau monte petit à petit. En début de chaque course, on nous affiche le niveau des concurrents ainsi que le nôtre. Mieux vaut avoir un peu de marge, car l’IA colle aux baskets dans ce jeu, c’est fou. A moins d’avoir 20 niveaux d’avance, elle reste dans le rétroviseur, mais ça va encore. Le truc, c’est qu’elle est souvent agressive. Elle n’hésite pas à pousser dans les décors, faire des queues de poisson, nous induire en erreur, etc. C’est assez agaçant, car souvent c’est purement gratuit. On fait un beau dépassement avec de la marge pour passer tranquillement sans dommage, et bien non, l’IA va se rabattre et nous donner un petit coup. Et, en plus, elle prend toujours des trajectoires parfaites à fond les ballons. Elle reste scotchée au bitume, sans souci, alors que nous il faut freiner si on ne veut pas finir dans le décor. C’est assez désagréable et un peu injuste au ressenti.

Les épreuves de motocross sont fantastiques. Ce n’est pas pour tout le monde. Je sais que pas mal de joueurs ne sont pas fans. De mon côté, j’ai beaucoup apprécié. Ça rappelle Excitebike, Motocross madness ou encore MX vs. ATV. Ça tourne, ça saute, il faut gérer ses accélérations pour atterrir au bon endroit pour ne pas perdre de temps. Ça va vite et ça joue des coudes. Les courses en bateaux sont pas mal aussi. Il y a des courses dans les canaux de Vegas, d’autres dans les rapides vers Chicago, ou dans le grand canyon avec un saut magistral depuis le Hoover Dam. Parfois ça manque un peu de vagues. C’est un peu le calme plat. En avion, perso, j’ai moins aimé les épreuves d’acrobaties. Faire des points tout en faisant des loopings et des tonneaux, c’est rigolo 2, 3 fois, mais après c’est long et ennuyeux. Il y a pour tous les goûts dans The Crew 2 et c’est ça qui est chouette. Ce sont tous ses petits moments magiques qui font que le jeu est bon. The Crew 2 arrive à nous surprendre de temps en temps avec une bonne idée, un magnifique environnement, des tracés surprenants, il y a souvent un petit quelque chose en plus qui rend les courses uniques.

The Crew 2 a simplifié à fond les menus pour les rendre super rapides. Dans The Crew 1, il fallait prendre les transports publics pour passer d’une zone à l’autre rapidement, découvrir les zones, aller jusqu’à l’épreuve et tout ça nous faisait profiter de la carte. Dans The Crew 2, il est possible d’aller d’épreuve en épreuve via le menu d’activités. Du coup, si on en abuse, on ne visite pas vraiment la carte, mais seulement les circuits et trajets proposés sans jamais avoir l’impression d’être dans ce monde gigantesque et c’est dommage, car c’est ce qui est plaisant dans ce jeu. Il faut voyager, explorer, découvrir et visiter les lieux emblématiques et s’imprégner de ce beau pays qui a tant à offrir. Juste utiliser les menus pour avancer dans le jeu est, selon moi, une perte immense de l’expérience The Crew. Il faut prendre son temps et voyager. En voiture, en bateau, ou en avion, peu importe, il faut visiter.

The Crew 2 est une bonne suite. Ivory Tower a brillamment repris les mécaniques qui fonctionnaient du premier et ajouter de nouvelles idées ainsi que beaucoup de contenu pour un résultat beaucoup plus diversifié et beaucoup plus fun. L’apport des nouveaux véhicules, motos, avions, bateaux, est un vrai plus dans le jeu. Les épreuves sont variées et nombreuses. Si on ne se lasse pas de parcourir l’immense carte des États-Unis qui est encore plus fournies qu’avant avec encore plus de relief et de parcours sinueux rempli de bosses et de sauts. Souvent c’est au joueur de trouver son propre chemin dans des courses effrénées lâché en pleine nature. Si les catégories de course sont nombreuses ainsi que les types de véhicules, on regrettera l’installation d’une certaine lassitude à faire et refaire un peu toujours les mêmes épreuves à la chaîne avant d’accéder à une nouvelle catégorie de courses qu’il faudra essorer à son tour avant de passer à la suivante. Le fait de souvent devoir grinder pour obtenir de nouveaux fans ou de l’argent pour acheter le véhicule manquant pour accéder aux épreuves contribue à faire baisser un peu l’enthousiasme. Ou pire encore, refaire des courses encore et encore pour upgrader son véhicule trop faible pour gagner une course supposément à son niveau, mais que l’IA est beaucoup trop rapide et agressive pour gagner convenablement. Pour le reste tout fonctionne bien. L’intégration des joueurs au sein d’un crew marche à merveille. Les joueurs peuvent jouer librement et se joindre aux épreuves ou activité du groupe quand ils le souhaitent via une interface simple et rapide. Personnellement, The Crew 2 est un jeu qui me permet de m’évader quelques heures aux États-Unis, de faire une virée entre amis de NY à LA. De m’amuser à essayer de faire des figures en tandem en avion, de faire du motocross dans le désert, d’essayer d’atterrir sur la statue de la liberté ou encore faire des cascades en big foot. C’est un immense bac à sable et se seront toutes ces petites choses fun, diverses et variées que vous et vos amis imagineront et créeront qui feront de The Crew 2 une expérience inoubliable.

Les plus :

  • La carte des États-Unis plus fun et plus fournie
  • Voitures, motos, bateaux et avions réunis
  • Un jeu fun seul et surtout à plusieurs
  • Très beau, varié avec une lumière ambiante magnifique
  • Les menus simples et rapides
  • Gros contenu
  • Un jeu très coopératif

Les moins :

  • Connexion en ligne permanente requise
  • L’AI pas très fair
  • Obligation de grinder pour avancer
  • Quelques downgrades graphiques, comme Time Square
  • Quelques bugs de jeunesse gênant
  • Pas vraiment de multi compétitif

Editeur : Ubisoft
Développeur : Ivory Tower
Date de sortie : 29.06.2018
Plateforme : PS4, Xbox One & PC

Genre : Courses de véhicules

 

The Crew 2
4.0Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.