San Francisco l’utopie hippie

Pour ceux qui n’en connaissent rien, n’ayez aucune inquiétude, la photo en couverture est largement expliquée par le livre. Première remarque : chapeau à l’auteur qui a su ne jamais rendre ennuyeux un historique plus complexe qu’il n’y paraît et surtout le rendre lisible. Je ne vais ni résumer, ni raconter. Je me contenterai de vous parler des quatre idées qui me sont venues à l’esprit en lisant.

La première concerne un des « groupes » qui ont participé à l’utopie, les « diggers ». Imaginez des gens qui prônent la gratuité et ouvrent des magasins où les objets « proposés » sont gratuits. Il est même question de soins médicaux gratuits… Nous sommes dans les années 1960 aux Etats-Unis… Et ils sont les héritiers d’autres groupes. Ces audaces ont mis bien longtemps à revenir à la surface de nos réflexions et projets … Sans doute à cause de ma deuxième idée… En France, ces idées et mouvements, peut-être à cause du LSD – dont un reportage sur « 5 colonnes à la Une » avait montré les méfaits – et autres drogues qui les entachaient, trouvaient peu d’écho. En matière de « Contre-culture » nous ne disposions que de Charlie et Actuel (et un peu Planète) dont les tirages et la diffusion étaient « limités ». Je n’ai pas souvenance de grands papiers dans la presse nationale présentant les choses de manière objective. Et d’ailleurs la bibliographie en fin de volume donne peu de livres en français parus à l’époque – le plus ancien est de 1977. Peut-être aurait-il fallu mieux écouter la musique inspirée par les mouvements : mais si vous vous souvenez de Woodstock que représente pour vous la version du « Stars Sprangle Banner » par Jimi Hendrix, ou le « San Francisco » de Maxime Leforestier ? Des souvenirs ou des idées ? Avant de conclure, je voudrais citer deux auteurs de science-fiction. Philip K. Dick parce qu’il me semble avoir illustré à merveille un des titres des chapitres du livre : « Create your own reality » et – mais celui-là vous le connaissez – George R.R. Martin qui dans son roman « Armageddon Rag » reprend en partie les événements du 24 août 1968… (éditions J’ai Lu).

C’est par le biais de ces événements que l’on peut comprendre une des raisons de l’échec des mouvements. Les querelles de personnes et d’égos y jouent un très grand rôle… Comme si l’important était pour chacun de tirer la couverture à soi et non de voir triompher le mouvement…

Bonne lecture, lente pour assimilation en écoutant Janis Joplin, par exemple…

 

San Francisco l’utopie hippie
Auteur : Steven Jezo-Vannier
Editeur : Le mot et le reste

http://lemotetlereste.com/mr

San Francisco l'utopie hippie
5.0Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.