Un zeste d’éternité

Avec en couverture un portrait souriant du psychosociologue qui depuis 1962 donne à réfléchir. Attention, l’expression est à prendre à pied de la lettre. Il nous offre à réfléchir sur nous et sur les rapports que nous entretenons avec nous-mêmes et avec les autres. Il faut alors souligner deux choses : cette réflexion est loin d’être inutile et les conseils de Jacques Salomé savent la susciter.

Si l’on considère que vieillir c’est d’abord cesser d’avoir des envies qui débouchent sur des projets que l’on tente de réaliser, la lecture de ce livre est indispensable. Elle va vous aider à prendre conscience de vous. Et c’est cette conscience qui aide à lire le monde, à y trouver sa place.

J’avoue, le discours de bon sens de Jacques Salomé peut paraître sans surprise à ceux habitués à Être. Mais vous pouvez aussi être surpris par certains passages. Ainsi je vous conseillerai de lire d’abord le sommaire et de commencer votre lecture par les sujets ou les thèmes qui vous surprennent. « Élever autrement les garçons » (par exemple) s’ouvre sur une citation de Aung San Suu Kyi (je ne vous ferai pas l’injure de vous dire de qui il s’agit). Imaginer ce qu’il adviendrait des rapports entre les hommes et les femmes si les garçons étaient éduqués autrement. Si les mères, les puéricultrices, et les maîtresses d’écoles ne suivaient plus les schémas éducatifs que la société impose… Jacques Salomé vous propose d’y réfléchir comme il incite à voir la vieillesse autrement. Peut-être aurez-vous en fin de lecture la même impression que moi : celle que nous avons l’habitude de prendre les problèmes à l’envers. Vous connaissez sans doute au moins l’exemple de la douleur… on traite d’abord comme il se doit le symptôme avant de s’attaquer à sa cause… Imaginez que l’on fasse pour presque tout la même chose….

Bonne lecture.

Un zeste d’éternité
Auteur : Jacques Salomé
Editeur : Editions de l’Homme

www.editions-homme.com

Un zeste d'éternité
4.0Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.