Navie est une femme mal dans sa peau. Cette trentenaire blonde de 127 kilos relate ses souffrances aussi bien physiques que morales dans son premier roman autobiographique.

Divisé en quatre chapitres (Mentir, combat, sexe et transformation), la nouvelle bande-dessinée de l’auteure parisienne décrit avec précision son quotidien et les différentes évolutions de son corps. Nous percevons aussi les séquelles physiques et morales qui y sont liées.

Le combat qu’elle mène contre son «double» est violent, voire gênant. Cet être imaginaire qu’elle s’est créé pour échapper au regard des autres et se protéger, la pousse dans la mauvaise direction. Elle n’a donc, pas d’autre choix, que de s’en débarrasser, mais comment va-t-elle procéder ?

Auteure polyvalente et touche-à-tout, Navie débute en bande-dessinée avec le très remarqué «Collaboration Horizontale» sorti en 2017. Scénariste et créatrice de pub, elle a également été animatrice télé dans l’émission «Les maternelles» sur France 5. Après avoir publié «Supergentil», «Star 90 Mag», «L’agenda de grossesse des paresseuses» et plusieurs «Boîtes à culture geek», elle présente accompagnée de Sophie-Marie Larrouy, «L’Émifion» sur la chaîne Youtube: Mademoiselle.com

Son témoignage rare, fort et autocritique est sublimé par le dessin tricolore (noir, blanc et rouge) d’Audrey Lainé.

Cette dessinatrice normande a entamé une tournée des écoles supérieures d’arts appliqués avant de devenir animatrice 3D. Titulaire d’un DMA Cinéma, l’illustratrice a produit, par la suite, quelques films d’animation et des planches de BD. «Moi et mon double» est sa première bande-dessinée entièrement réalisée.

L’album de 144 pages n’est pas un énième livre sur les régimes. C’est un témoignage marquant sur les souffrances liées à l’obésité, sur l’acceptation de soi ainsi que la relation de dépendance à la nourriture. Ce récit complet met en lumière les complexes de l’être humain. Le problème de Navie n’est pas unique. D’autres sortes de gênes peuvent provoquer les mêmes symptômes.

Le scénario est bon, les textes sont un peu longs et la police de caractère est moderne. Il faut compter environ une quarantaine de minutes pour parcourir le livre (un peu plus si vous vous attardez sur le graphisme).

Intéressante au premier abord, cette BD déçoit par sa vulgarité et son pessimisme. Très sombre et parfois angoissante, cette oeuvre permet, malgré tout, au lecteur de se remettre en question. Qu’il soit victime ou bourreau… et c’est ça l’essentiel !

Moi en double : un poids en moins !
2.5Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.