Les années Saravah

Il me semble que quand un artiste obtient un grand succès capable de lui assurer une rente confortable il n’a que deux solutions : il se confit en solitude et joue les Harpagon de service ou bien il invite d’autres saltimbanques à partager sa bonne fortune. C’est ce que le regretté Pierre Barouh s’est autorisé entre 1967 et 2002. Et sont passés chez Saravah beaucoup d’artistes qui venaient là faire la preuve de leur indépendance et de leur talent. Certains ont disparu des écrans mais d’autres sont toujours là et on a reconnu leurs qualité et talent. On connaît je suppose le Jacques Higelin d’avant « Alertez les Bébés », celui qui s’étonnait d’avoir dit « Tiens » et accompagnait le duo Areski/Fontaine (Brigitte). Carole Laure n’est pas qu’actrice, elle a chanté aussi. Maurane est toujours là comme d’autres mais qui se souvient d’Oscar Castro ou de Françoise Kucheda… de Véronique Balmont ou d’Éric Guilleton ? Vous pourrez les découvrir ici.

Comme retrouver Jean-Roger Caussimon, Philippe Léotard, ou Pierre Louki. Je vous entends murmurer, pas si bas que cela : pourquoi vient-il nous ennuyer avec sa nostalgie ? D’abord il n’est pas certain que ce florilège vous ennuie. Areski/Fontaine ont fort bien pris de l’âge, je ne suis pas sûr qu’on ne les écoute plus. Ensuite, mais là vous n’êtes plus obligés de me suivre, il est parfois bon d’écouter ce qui s’est fait face aux grosses productions des grosses maisons de productions. Question : que deviendraient/deviennent aujourd’hui ceux qui ont trouvé sur Internet la possibilité de produire un album qui demain, ayant lassé les auditeurs, se retrouveront en vide-greniers ou pire à la poubelle ? Il y avait sans doute en plus des gens qui testaient leur talent et leurs chansons, un esprit particulier qui soudait les artistes et donnait de la force à leur musique…
Bonne écoute.

  • Les années Saravah
  • 2 CDs
  • Divers artistes
  • Editeur : Frémeaux & Associés

www.fremeaux.com

Les années Saravah
5.0Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.