L'agence n°1 des dames détectives

L’agence n°1 des dames détectives

Attention, ce volume de 685 pages contient les trois premières enquêtes de Mma Ramotswe ! Et si je vous demandais de situer le Botswana sur un planisphère, en seriez-vous capable ? Rassurez-vous j’ai eu un temps d’hésitation avant de le situer en frontière de l’Afrique du Sud et contenant le Kalahari. Mma Ramotswe – Precious de son prénom – est une jeune femme qui hérite de son père un joli troupeau dont la vente lui rapporte de quoi faire ce dont elle rêve. Son père a été mineur et, ayant vu ce qu’il n’aurait pas dû, a fui et est revenu chez lui, il a su gérer son troupeau. Sa fille peut ainsi ouvrir son agence de Détective privé et embaucher une secrétaire Mma Makutsi. Mma Ramotswe a vécu un mariage malheureux avec un trompettiste et a décidé de rester célibataire. Sa première affaire consiste à vérifier que l’individu qui s’est introduit dans la vie de sa cliente sous prétexte d’être son père qu’elle n’a pas connu dit vrai. Comme la tradition veut que l’on s’occupe des vieux parents la cliente est coincée… Mma Ramotswe va user d’un subterfuge assez subtil et satisfaire sa cliente. Hélas l’Agence n’est pas très rentable et Mma Ramotswe travaille à perte. Heureusement, sa fréquentation d’un garagiste local J.L.B. Matekoni s’avère bénéfique. C’est ainsi qu’elle va travailler pour un riche. Elle décidera aussi qu’elle peut épouser le garagiste et Mma Makutsi va devenir assistante de détective et secrétaire et sous-directrice du garage.

Non ce n’est pas de la littérature bon enfant. C’est de la littérature sérieuse et prenante. On vit la vie du Botswana, au rythme du Botswana selon les règles et les coutumes… Une bonne façon d’apprendre la vie.

Mais curieusement, alors que tout semble couleur locale, parfois, au détour d’un paragraphe, une petite phrase concernant tous les humains vient se faire lire… Celle qui suit touche l’Afrique mais lisez-là bien : « Il y avait tant de souffrance en Afrique qu’on était parfois tenté de hausser les épaules et de s’éloigner. Seulement, on ne peut pas faire cela, pensa-t-elle. On ne peut pas. « 

Bonnes lectures…

L’agence n°1 des dames détectives
Auteur : Alexander McCall Smith
Editeur : 10-18

www.10-18.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.