La souplesse du dragon

Avec en sous-titre (rouge sur noir, pas très lisible) : »Les fondamentaux de la culture chinoise ». Un livre indispensable. Auquel on reprochera toutefois une absence d’index et de bibliographie. Il me semble qu’aujourd’hui – grâce aux ordinateurs – ce genre de choses est facile à obtenir. Un livre indispensable pour comprendre que notre conception du monde n’est pas universelle.

Vous souvenez-vous des civilisations que vous avez étudiées lorsque vous étiez au collège, au lycée, après le primaire ? Les Grecs, les Romains sans doute, les Égyptiens, les Perses peut-être ? Des civilisations anciennes mais pas la plus ancienne : la Chine. Cyrille J.-D. Javary nous fait découvrir le récit originel, fondateur de cette civilisation qui au départ repose sur l’agriculture et n’a nul besoin de cosmogonie. Il est question de fractales et de mouvements d’équilibre – de dialectique – entre le fameux Yin et le non moins fameux Yang. Il me vient à l’instant à l’esprit une petite phrase que chantait Jacques Brel : « Qui n’avance pas recule. » (vous vous souvenez ?). Javary nous explique que c’est le mouvement qui conditionne la civilisation chinoise… Une des plus fécondes sur le plan des inventions. On a bien dû vous dire qu’elle avait inventé la poudre à canon avec laquelle elle confectionnait les « pétards », nous nous avions la métallurgie et la possibilité des canons… Il me semble que cette différence est d’importance et traduit bien deux états d’esprits différents.

Conseil de lecture : laisser ce livre à portée de mains et l’ouvrir de temps à autre – lorsque vous avez un instant – au hasard pour se réveiller les méninges en réfléchissant à l’opposition entre souplesse et raideur, entre souplesse et rigidité cartésienne…

Bonnes lectures…

La souplesse du dragon
Auteur : Cyrille J.-D. Javary
Editeur : Albin Michel

www.albin-michel.fr

La souplesse du dragon
4.0Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.